AccueilLes écrits identitaires historiques et mémoriaux : entre résistance et réécriture ?

Les écrits identitaires historiques et mémoriaux : entre résistance et réécriture ?

Historical and memorial writiings about identity - between resistance and rewriting?

*  *  *

Publié le lundi 14 novembre 2016 par Elsa Zotian

Résumé

Pour cette journée d’étude, nous nous sommes appuyés sur des lectures faites dans le cadre d’autres colloques, en effet : « Les constructions identitaires sont au cœur des problématiques contemporaines sociétales. Elles interrogent, bien sûr le rapport de soi à soi, mais plus largement, le rapport de soi aux autres. Qui suis-je  dans la société ? » (« Identité/Identités », mars 2013). Il est question, d’observer et d’approcher la dynamique identitaire entre altérité, histoire et mémoire en termes de (re)présentation(s) à travers des supports romanesques à la fois algériens, subsahariens et orientaux d’expression française : des lectures sociologiques considèrent l’identité comme un leitmotiv et un processus social actif en termes de représentations grâce à un travail d’une mémoire individuelle et/ou collective.

Annonce

Argumentaire

Pour cette journée d’étude, nous nous sommes appuyés sur des lectures faites dans le cadre d’autres colloques, en effet : « Les constructions identitaires sont au cœur des problématiques contemporaines sociétales. Elles interrogent, bien sûr le rapport de soi à soi, mais plus largement, le rapport de soi aux autres. Qui suis-je  dans la société ? » (Cf. Argumentaire du colloque tenu en Mars 2013 à l’université Lyon3, Identité/Identités).  Il s’agit d’interroger, de questionner, et d’interpréter les constructions identitaires ainsi que ses mécanismes. C'est pour ces raisons qu'il nous semble opportun d'interroger la construction identitaire dans une dimension récente, il nous paraît important de découvrir l'Autre.

Le caractère Historique, comme matière de l’écriture dans la production romanesque sera en mesure de nous expliquer et d’éclaircir  aussi des positions et même des idéologies. Les enjeux esthétiques, historiques, et sociologiques sont fortement sollicités dans la production littéraire et par conséquent dans la trame narrative.  Il serait intéressant de montrer, aussi, comment est-ce que les écrivains finissent par user de l’expérience de la –Guerre- pour dénoncer des non-dits et de revendiquer la part personnelle du souvenir mémoriel en mettant en scène les difficultés liées à l’écriture de l’Histoire. On s’intéressera aux procédés de construction et de déconstruction dont elle fait l’objet. Mémoire individuelle et mémoire collective sont interpelées dans cet appel.

Dans cet argumentaire, il est donc question, d’observer et d’approcher la dynamique identitaire entre altérité, histoire et mémoire en termes de (re)présentation(s) à travers des supports romanesques à la fois algériens, subsahariens et orientaux d’expression française : « Le concept d'identité explicite une problématique certainement diffuse qui apparaît avec force dans le romantisme et qui se trouve encouragée par les conditions de vie dans la société industrielle : c'est l'époque à laquelle l'individu perd petit à petit l'identité immédiate que lui conféraient les groupes sociaux stables et homogènes auxquels il appartenait »[1],  Des lectures sociologiques considèrent l’identité comme un leitmotiv et un processus social actif en termes de représentations grâce à un travail d’une mémoire individuelle et/ou collective. (Cf., Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France, 1950, rééd. Albin Michel, 1997,)

L’auteure Andrée Chedid, conçoit l'écriture comme une sorte d’exutoire, ce qui permet l’aboutissement d’une quête ou pas.   D'autres auteurs, tels Paul Dirkx, diront que l'écriture « est ce qui fait que le signifiant fasse davantage que dénoter son signifié et dépasse donc la transparence de la langue quotidienne (..). L'écriture est ce jeu de connotations qui réfère à un au-delà du langage `normal'. L'histoire sociale de la littérature est par conséquent, selon Barthes, l'histoire de cette résistance aux effets sclérosants des codes de la langue et du style »[2]. Et c’est dans cette optique que nous voudrions nous inscrire également.

Les interrogations sont les suivantes :

  1. Comment entre (re)présentation et (re) construction, l’identité, est prise en charge tantôt comme un processus, tantôt comme produit mémoriel?
  2. Comment peut-on réécrire l’H(h)istoire par le biais d’une mémoire? Peut-on parler d’une (im)possibilité et/ou d’une (ré) écriture relative à une identité à caractère mémoriel ?
  3. Peut-on appréhender l’identité en termes d’éclatement dans les récits à caractère identitaire(s) ? il serait pertinent de découvrir des points de vue : sociologique,  , historique, et littéraire. Quelle part H(h)istorique est véhiculée dans le trame narrative ?

Il est donc question, de favoriser, les rapports qui existent entre Identité, H(h)istoire et Littérature, dans l'approche de la question Identitaire dans la littéraire contemporaine. C’est pourquoi, cette journée d’étude se propose de questionner le rapport des identités à l’ère de la mondialisation/modernisation. Une approche transdisciplinaire (littérature, sociologie, anthropologie, etc.) sera privilégiée.  Aussi l'analyse du discours des supports romanesques est fortement sollicitée par les interventions des enseignants –chercheurs dans son rapport à la société et à l'histoire.

[1] Pierre-Luigi, Dubied, Apprendre Dieu, Labor et Fides, Genève, 1992, p. 123.

[2] Paul, Dirkx, Sociologie de la littérature, Armand Colin, Coll. Lettres Cursus, Paris, 2000

Conditions de soumission

Les proposition des participants sont à soumettre à l’adresse e-mail : nouar75@gmail.com

Elles comprendront :

  • Nom et prénom du communicant, grade, institution universitaire d’attache
  • Titre de la proposition
  • Résumé de la proposition en 500 mots au plus (Times new roman 12, interligne 1,5)
  • Notice bio-bibliographique de l’auteur

Calendrier

  • Soumission des propositions jusqu’au 30 novembre 2016

  • Evaluation des propositions : décembre2016
  • Notification d’acceptation : janvier 2017
  • Envoi des communications : 15 février 2017

Comité d’organisation

  • Kahina Bouanane (Crasc Oran) : responsable
  • Membres d’organisation (Crasc)

Comité scientifique

  • Bernadette Rey Mimoso-Ruiz (ICTToulouse )
  • Hassan Rémaoun (Crasc Oran )
  • Jean-Bernard Ouédraogo (CNRS Paris)
  • Zineb Ben Ali (Paris 8)
  • Latefa Sari (Univ. Tlemcen)
  • Kahina Bouanane (Crasc Oran)

Catégories

Lieux

  • CRASC Usto Technopole Bir el Djir
    Oran, Algérie (31)

Dates

  • mercredi 30 novembre 2016

Mots-clés

  • écrit, identité, mémoire

Contacts

  • Kahina Bouanane
    courriel : nouar75 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Kahina Bouanane
    courriel : nouar75 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les écrits identitaires historiques et mémoriaux : entre résistance et réécriture ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 novembre 2016, http://calenda.org/382680