AccueilPratiques sociales et apprentissages

Pratiques sociales et apprentissages

Social practices and apprenticeships

*  *  *

Publié le lundi 14 novembre 2016 par Elsa Zotian

Résumé

L’objectif général est d’interroger le co-adossement des processus d’apprentissage et des pratiques sociales : en quoi les pratiques sociales sont elles porteuses d’apprentissage ? En quoi les situations « apprenantes » peuvent-elles être génératrices de pratiques sociales ? Il s’agit de s’intéresser aux apprentissages tout au long de la vie, des plus jeunes enfants aux adultes les plus âgés, dans l'ensemble des contextes de vie : familles, structures institutionnelles, associations, monde du travail, loisirs, mondes virtuels...

Annonce

Argumentaire

Le centre de recherche interuniversitaire EXPERICE (Paris 8 / Paris 13 / UPPA) organise un colloque sur la question des pratiques sociales et de leurs rapports avec les processus d'apprentissage, les 8 et 9 juin 2017 à l'université de Saint Denis.

Le colloque « Pratiques sociales et apprentissages » invite à étudier des pratiques qui n’ont pas pour objectif premier l’apprentissage ou l’éducation mais qui peuvent avoir des effets d’apprentissage, que ceux-ci soient repérés ou non, formalisés ou non a posteriori. Comment analyser, définir, penser la pratique, la pratique sociale ? Comment questionner les théories de l’apprentissage quant à leur prise en compte des pratiques quotidiennes ou ordinaires ? Quelles relations les pratiques entretiennent-elles avec l’apprentissage dans la mesure où l’on peut considérer que la pratique renvoie à ce qui a été appris ? Il s’agit également d’analyser les dispositifs éducatifs comme des pratiques sociales dont les effets ne se limitent pas à ceux qui sont attendus et sont en particulier le lieu d’apprentissages en quelque sorte « clandestins ». Quels sont les effets d’apprentissage que peuvent avoir des pratiques sociales (liées au travail, aux loisirs, à la vie quotidienne, etc.)  qui ne visent pas un ou des objectifs éducatifs explicites ou premiers ?

Les rapports « pratiques sociales / apprentissages » ont ainsi à voir avec des concepts tels que ceux d'apprentissage informel, d'expérience, de participation, d’autoformation, de praxis, de poïesis, d’action, de discours, de corporéité, de geste, d’intention… Les recherches qui s'y confrontent appellent alors un repérage des pratiques et des apprentissages, de leurs formes et de leurs éventuelles formalisations.

Ces recherches soulèvent également des questions méthodologiques et épistémologiques. Dans le flux bien souvent invisible et indicible tant des pratiques que des apprentissages, quelles sont les «  données » pertinentes ? Comment les recueillir/construire ? Comment les analyser et les interpréter ? Comment, en somme, offrir un cadre d'intelligibilité cohérent avec ces « objets » toujours présents et toujours déjà passés-transformés ? L’un des enjeux serait-il de déplacer les lignes de force entre chercheurs et acteurs, de renouveler à la fois les pratiques et les apprentissages de la recherche ?

Tout en s’inscrivant dans ce questionnement, les communications peuvent prendre différentes directions dont on propose ici plusieurs thématiques :

1. Mobilités

Les différentes formes de mobilités (immigration, déplacements professionnels ou liés aux études, tourisme…) mais aussi les plus quotidiennes liées à l’éloignement entre lieux de résidence et de travail connaissent un important accroissement. Quels sont les effets d’apprentissages de telles pratiques mobilitaires ?

2. Corps, pratiques de santé et apprentissages 

Les pratiques corporelles, ou qui mettent fortement en jeu le corps peuvent être porteurs d’apprentissages spécifiques et singuliers. L'expérience de la santé, notamment, est une pratique sociale d'apprentissage qui questionne les stéréotypes à propos des malades, des soignants, des formateurs. Comment ces expériences et ces pratiques liées au corps mettent-elles en discussion une normativité sociale dans et par les apprentissages ? 

3. Ecritures impliquées, écritures de soi  

Du journal à la monographie, de la correspondance aux histoires de vie, tout un ensemble de pratiques d’écriture mettent en jeu l’implication des acteurs dans les plis et les replis du social. A quoi reconnaît-on ces écritures impliquées ? De quelles préoccupations, de quelles capacitations sont-elles porteuses ? Que nous apporte l’approche de l’identité narrative pour saisir les processus de production des écrits "dits" pour soi, qui sont aussi des écrits destinés à d'autres et portant des perspectives de transformation de soi ? 

4. Construction de l’expérience et biographisation 

Les apprentissages engagent des processus d’appropriation et de biographisation qui relèvent de la construction du sujet au sein de l’espace social. Comment viennent-ils prendre leur place dans l’expérience du sujet et participer à sa constitution et à son développement individuel et social ? Comment la biographie d’expérience et d’apprentissage du sujet vient-elle à son tour encadrer et structurer les processus d’apprentissage ? 

5. La participation, le collectif et le commun 

Quelles sont les conditions méthodologiques et les dispositions relationnelles propices à la participation ? Comment co-former les savoirs et les savoir-faire dans le cadre des pratiques collectives ? Sur quelle base co-élaborer dans une visée d'intérêt commun ? 

6. Education, asymétrie, réciprocité

Dans les situations sociales asymétriques, comment concevoir et prendre en compte les points de vue des autres, des « dominés » ? De quels apprentissages ces situations, qu’elles se veulent ou non éducatives,  sont-elles porteuses ? Comment, en particulier dans les pratiques qui mettent aux prises enfants et adultes, penser cette réciprocité des apprentissages ?

 7. Réseaux sociaux, savoirs expérientiels et apprentissages télécollaboratifs

Les évolutions des usages du Web et de ses mondes sociaux questionnent à nouveau le concept de communautés de pratiques : quels sont les formes des relations entre collectifs et apprentissages au sein des réseaux sociaux numériques ? Quelles sont les motivations d’adhésion de leurs membres ? Quels apprentissages voient le jour au fil de la fréquentation de ces mondes numériques ? 

8. Pratiques informelles et institutions 

Dans les espaces d’éducation et de formation, les pratiques sociales informelles sont porteuses d’apprentissages en actes. Elles peuvent aussi s’avérer des analyseurs des formes, des normes et des cadres sur lesquels reposent les institutions établies. De quelles contre-institutions ces pratiques sont-elles potentiellement porteuses ? En quoi ces déviances au regard de l’institué peuvent-elles s’avérer des ressources, parfois appropriées par les institutions elles-mêmes ? Que nous disent-elles de la confrontation entre pratiques instituantes et instituées ? 

9. Education populaire politique contemporaine

L'éducation populaire est souvent renvoyée à des univers de pratiques relevant du loisir, de l'animation, de la culture. Pour aller vers un renouvellement de la question du politique dans ses problématiques, il s'agira ici de l'articuler avec la question du sens des pratiques émergentes et des registres d'innovation se revendiquant de ces perspectives. Comment penser son articulation avec les théories et pratiques d'émancipation contemporaines ?

10. Loisirs et pratiques ludiques

Quels sont les effets d'apprentissage que peuvent avoir des pratiques sociales liées aux jeux et aux loisirs ? Comment penser les apprentissages propres aux pratiques ludiques (au sens le plus large) sans retomber dans le mythe d’un jeu éducatif « par nature » ?

11. Pratiques de recherche, expériences de chercheur

En considérant la recherche comme une pratique sociale, dans quelle mesure et comment le chercheur travaille-t-il avec/sur/pour/par les acteurs du « terrain » ? ses pairs ? les commanditaires ? Entre expérimentation, expérience et épreuve, comment vit-il lui-même sa recherche ?

Conditions de soumission

Les propositions de communication feront apparaître des liens avec les questions d’apprentissage et d’éducation. Leur résumé (3 000 signes max, intégrant les références bibliographiques), montrera notamment la problématique, méthodologie, terrain ou corpus, et résultats de la recherche.

Le dépôt des propositions se fera à partir du 15/11/206 sur le site du colloque : http://prasoa.sciencesconf.org

La date limite de soumission des propositions de contribution est le 15 janvier 2017.

Comité scientifique

  • Brito Olivier, Université Paris 10
  • Brougère Gilles, Université Paris 13
  • Delalande Julie, Université Caen
  • Delory-Momberger Christine, Université Paris 13
  • Garnier Pascale, Université Paris 13
  • Gonzales-Monteagudo José, Université de Séville
  • Guénif-Souilamas, Nacira, Université Paris 8
  • Le Grand Jean Louis, Université Paris 8
  • Lerbet-Sereni Frédérique, Université de Pau et des pays de l’Adour
  • Reis Rosemeire, Universidade Federal de Alagoas
  • Tremblay Philippe, Université de Montréal
  • Ulmann Anne Lise, Conservatoire des arts et métiers, Paris
  • Vandenbroeck Michel, Université de Gand Vulbeau Alain, Université Paris 10 

Lieux

  • Université Paris 8
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • dimanche 15 janvier 2017

Mots-clés

  • apprentissages, pratiques sociales, éducation, sciences sociales

Contacts

  • Bérénice Waty
    courriel : valorisation [dot] lshs [at] univ-paris13 [dot] fr
  • Laboratoire EXPERICE
    courriel : experice [at] univ-paris13 [dot] fr

Source de l'information

  • Pascale Garnier
    courriel : pascale [dot] garnier [at] univ-paris13 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pratiques sociales et apprentissages », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 novembre 2016, http://calenda.org/382730