AccueilRomain Rolland et l’Allemagne pendant la Grande Guerre : connexions, perception, réception

Romain Rolland et l’Allemagne pendant la Grande Guerre : connexions, perception, réception

Romain Rolland and Germany during the Great War - connections, perception and reception

*  *  *

Publié le mercredi 16 novembre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

« Comment être plus négligé que ne l’est aujourd’hui Romain Rolland (1866-1944) ? », s’interrogeait Florent Georgesco dans une chronique publiée dans Le Monde des livres à l’occasion de la sortie du Journal de Vézelay. Ce constat, formulé en décembre 2012, est aujourd’hui en grande partie dépassé. Portée par le formidable engouement médiatique et scientifique suscité par le centenaire de la Grande Guerre, l’œuvre de Rolland est sortie du purgatoire dans lequel l’histoire l’avait enfermée.

Annonce

Argumentaire

« Comment être plus négligé que ne l’est aujourd’hui Romain Rolland (1866-1944) ? », s’interrogeait Florent Georgesco dans une chronique publiée dans Le Monde des livres à l’occasion de la sortie du Journal de Vézelay.[1] Ce constat, formulé en décembre 2012, est aujourd’hui en grande partie dépassé. Portée par le formidable engouement médiatique et scientifique suscité par le centenaire de la Grande Guerre, l’œuvre de Rolland est sortie du purgatoire dans lequel l’histoire l’avait enfermée. Plusieurs publications y ont contribué : la réédition d’Au-dessus de la mêlée, en 2013, par la Petite Bibliothèque Payot, a été, si ce n’est le signal, du moins l’un des moments forts de cette dynamique.[2] Préfacé par Christophe Prochasson, l’un des meilleurs spécialistes français de l’histoire culturelle de la Grande Guerre, le recueil a en effet connu lors de sa sortie en librairie un très large écho : que l’on songe à ce titre à l’émission que lui a consacré France Inter le 29 janvier 2013[3] ou bien encore à cet article du Nouvel Observateur (22 mars 2013) affirmant, à juste titre, que la réédition de ce petit ouvrage mettait un terme à une anomalie remontant au ralliement passager de Rolland au stalinisme (début des années 30).[4] La parution récente des trois tomes de la correspondance Romain Rolland-Stefan Zweig (1910-1940), a, elle aussi, joué un rôle de premier plan dans cette reviviscence.[5] Comme cela avait été le cas en 2013, les médias, qu’ils soient grands publics ou spécialisés, ont là encore largement commenté l’évènement. On s’en réjouira d’autant plus que ces trois volumes, respectivement publiés en 2014, 2015 et 2016, offrent des perspectives de travail qui ne manqueront pas d’attirer l’attention des chercheurs, qu’ils soient spécialistes de Romain Rolland ou de Stefan Zweig. D’autres projets, tout aussi prometteurs, sont aujourd’hui en cours d’élaboration. Le plus important d’entre eux est incontestablement celui piloté par les éditions Garnier.

Le chantier, lancé courant 2014, prévoit de rééditer à l’horizon 2018-2020 l’ensemble de l’œuvre de Romain Rolland, à l’exception du Journal et de la correspondance. Divisée en huit thèmes, cette édition complète – la première initiative du genre –, comprendra 24 volumes, peut-être même davantage, un chiffre pour le moins impressionnant et qui donne bien à voir la place occupée par l’écrivain dans ce que Michel Winock a appelé « le siècle des intellectuels. »[6] Le volume 22 – à paraître fin 2017 – sera consacré à Au-dessus de la mêlée (1915) et aux Précurseurs (1919), deux ouvrages qui, on le sait, ont placé l’Allemagne au centre des débats. Cette publication doit être l’occasion de réévaluer le rapport – direct ou indirect – que Romain Rolland a entretenu avec ce pays pendant la guerre et l’accueil que celui-ci réserva à ses écrits. Depuis la parution, en 1962, de l’étude de Marcelle Kempf et, l’année suivante, de la thèse de René Cheval[7], personne n’a entrepris de réflexion globale sur cette thématique, pourtant essentielle afin de mieux cerner l’homme ainsi qu’un pan entier de l’histoire de la vie intellectuelle française et allemande. Récemment, certains chercheurs ont  ouvert de nouvelles perspectives grâce à la découverte de matériaux encore inexploités et à la mise en œuvre des outils fournis par les approches « relationnelles. »[8] La journée d’études que nous nous proposons d’organiser à Regensburg le samedi 11 novembre 2017 – jour du 99ème anniversaire de l’armistice – entendra apporter une contribution supplémentaire à l’analyse de cette question.La recherches’articulera autour de trois mots-clés : « connexions », « perception », « réception. » Sensible au particulier, aux « singularités » susceptibles de « faire cas »[9], elle ne perdra pas pour autant de vue la « moyenne » durée et s’attachera, par la même occasion, à montrer l’importance du moment 14-19 – 1919 correspond au lancement de la Déclaration d’indépendance de l’esprit – dans la trajectoire de l’écrivain.

Références

[1] Florent Georgesco : « Lumière retrouvée. ‘Journal de Vézelay 1938-1944’ de Romain Rolland », Le Monde des livres, 7 décembre 2012, http://www.lemonde.fr/livres/article/2012/12/07/romain-rolland-lumiere-retrouvee_1800585_3260.html, consulté le 2 septembre 2016. Le Journal de Vézelay 1938-1944 a paru chez Bartillat (Paris). L’édition a été établie par Jean Lacoste.

[2] Romain Rolland : Au-dessus de la mêlée, Paris : Petite Bibliothèque Payot, 2013.   

[3] Guyonne de Montjou : « Les oubliettes du temps. 29 janvier 1866 : naissance de Romain Rolland », France Inter, 29 janvier 2013, http://www.franceinter.fr/emission-les-oubliettes-du-temps-29-janvier-1866-naissance-de-romain-rolland?page=0, consulté le 13 février 2015.

[4] [Non précisé] : « Au-dessus de la mêlée réédité », L’Obs (22 mars 2013),  http://derdesders.blogs.nouvelobs.com/livre/, consulté le 2 septembre 2016.  

[5] Jean-Yves Brancy (éd.) : Romain Rolland – Stefan Zweig. Correspondance, 1910-1919. Traduction des lettres allemandes par Siegrun Barat, Paris : Albin Michel, 2014. Le deuxième volume comprend les lettres de 1920-1927 cependant que le dernier, paru le 1er septembre 2016, rassemble celles des années 1928-1940.

[6] En référence au titre de son ouvrage paru en 1997 (Paris : Seuil).

[7] Marcelle Kempf : Romain Rolland et l’Allemagne, Paris : Debresse, 1962 ; René Cheval : Romain Rolland, l’Allemagne et la guerre, Paris : PUF, 1963.

[8] Voir notamment : Michael Klepsch : Romain Rolland im Ersten Weltkrieg. Ein Intellektueller auf verlorenem Posten, Bonn : Kohlhammer, 2000 : Monika Grucza : Bedrohtes Europa. Studien zum Europagedanken bei Alfons Paquet, André Suarès und Romain Rolland in der Periode zwischen 1890 und 1914, Gießen, thèse de doctorat, 2008, p. 233-237; Hans-Jürgen Lüsebrink/Manfred Schmeling (Hg.) : Romain Rolland. Ein transkulturelles Denker – Netzwerke, Schlüsselkategorien, Rezeptionsformen, Stuttgart : Franz Steiner Verlag, 2016.

[9] Jacques Revel : « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in : Jean-Claude Passeron/Jacques Revel (dir.) : Penser par cas, Paris : Editions de l’EHESS, 2005, p. 9-44, ici p. 15-18. 

Modalités de soumission

Les propositions de communication (environ 300 mots), assorties d’une brève notice bio-bibliographique, sont à adresser conjointement à Landry Charrier (landry.charrier@univ-bpclermont.fr) et Marina O. Hertrampf (marina.Hertrampf@sprachlit.uni-regensburg.de)  

jusqu’au 15 mars 2017.

Vous serez notifié de l’acceptation de votre proposition au 31 mars 2017. Les organisateurs accorderont une attention toute particulière aux propositions portant sur des aspects encore méconnus ou cherchant à porter un regard neuf sur des « objets » déjà mis en intrigue.

Les langues de travail sont le français et l’allemand.

Les communications prononcées au cours de cette journée d’études feront l’objet d’une publication ultérieure.

Comité de sélection

  • Landry Charrier, Maître de conférences, Université Clermont Auvergne, Universität Regensburg
  • PD Dr. Marina O. Hertrampf, HDR Akademische Rätin a.Z.

Partenaires

  • Association Romain Rolland,
  • CHEC (Clermont-Ferrand)
  • Bureau de la Coopération Universitaire de Munich
  • Universität Regensburg 

Lieux

  • Haus der Begegnung
    Ratisbonne, Allemagne

Dates

  • mercredi 15 mars 2017

Mots-clés

  • Romain Rolland, Grande Guerre, connexion, perception, réception

Contacts

  • Landry Charrier
    courriel : landry [dot] charrier [at] univ-bpclermont [dot] fr

Source de l'information

  • Landry Charrier
    courriel : landry [dot] charrier [at] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Romain Rolland et l’Allemagne pendant la Grande Guerre : connexions, perception, réception », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 16 novembre 2016, http://calenda.org/382795