AccueilVieillissement et mobilités géographiques

Vieillissement et mobilités géographiques

Aging and geographical mobility

Famille, care et migrations

Family, care and migrationsé

*  *  *

Publié le mardi 15 novembre 2016 par João Fernandes

Résumé

Cette journée d’étude vise à interroger la manière dont la prise en charge de la vieillesse, les liens familiaux et les relations de soin au grand âge sont mis à l’épreuve et reconfigurés dans des contextes migratoires. Trois approches seront privilégiées : les migrations de travail transnationales dans le soin aux personnes âgées, la reconfiguration des solidarités familiales face à la distance ainsi que les enjeux liés au vieillissement des migrants eux-mêmes. La diversité disciplinaire ainsi que les éclairages empiriques seront particulièrement valorisés.

Annonce

Journée d’Étude du Groupe « Vieillissements & Société », 1 Mars 2017,  INED

Argumentaire 

Le vieillissement de la population mondiale – et non plus seulement des pays occidentaux les plus riches – est aujourd’hui un fait démographique central conditionnant de multiples transformations sociales et de nouveaux enjeux à l’échelle du globe. Les projections citées par l’OMS estiment ainsi qu’entre 2000 et 2050, la proportion de la population mondiale de plus de 60 ans doublera pour passer de 11 à 22%, et que sur la même période, le nombre absolu des plus des 60 ans devrait passer de 65 millions à deux milliards. Parallèlement, la globalisation de l’économie mondiale et des inégalités, les guerres et les crises tout comme le développement des moyens de transports et de communication, participent d’un accroissement des mobilités et des migrations internationales et interrégionales, qu’elles soient de travail, de refuge, de confort ou touristiques. Les rapports de l’OECD estiment ainsi à 38% la croissance du taux migratoire dans toutes les régions du monde entre 2000-2002 et 2010-2011, et à 106 millions le nombre de migrants âgés de plus de 15 ans[1].

Dans ce contexte, cette journée d’étude souhaite confronter les enjeux de vieillissement et de distances induites par les mobilités internationales ou interrégionales, pour penser les reconfigurations des modèles de prise en charge des personnes âgées, ainsi que les solidarités intra et intergénérationnelles qui les soutiennent. Plusieurs études l’ont souligné : les solidarités familiales et intergénérationnelles jouent un rôle crucial dans l’accompagnement des personnes âgées, notamment dépendantes. Mais ces études négligent bien souvent la manière dont les mobilités défient aujourd’hui l’organisation de la prise en charge des personnes âgées, en suggérant de nouveaux modèles de care et de solidarités.

En restant attentive au dialogue interdisciplinaire et à la diversité des aires géographiques étudiées, cette journée d’étude propose ainsi d’interroger la diversité des transformations du care engendrées par les mobilités géographiques, que celles-ci soient interrégionales ou internationales. Trois axes thématiques seront abordés, qui structureront la journée d’étude et au sein desquels les contributions pourront s’insérer : (1) les migrations de travail transnationales dans le soin aux personnes âgées ; (2) la reconfiguration des solidarités familiales face à la distance ; (3) les enjeux liés au vieillissement des migrants et à la mobilité des personnes âgées. Outre les approches sociologiques et anthropologiques, seront également valorisées les propositions de contribution en histoire, géographie, en micro-économie ou en psychologie.

Axe 1 : Migrations de travail et soin aux personnes âgées

Les contributions pourront tout d’abord proposer des analyses des chaines globales de care (Hochschild et Ehrenreich, 2004) en prenant en compte les phénomènes de migrations féminines largement employées au sein des services à la personne et du secteur domestique, dans un contexte de défamilialisation et de crise de l’Etat social dans les pays développés. Il s’agira par exemple de revenir sur les reconfigurations des solidarités familiales et du travail de care auprès de personnes âgées que sous-tendent ces migrations de travail. A l’image des études existantes auprès des « badanti » en Italie (Scrinzi, 2004), des domestiques à demeure Philippines en Israël (Liebelt, 2011) ou à Paris (Mozère, 2002), ou encore des femmes de Chine rurale impliquées dans le soin à domicile des personnes âgées de Chine urbaines (Li, 2009), il s’agira d’examiner la manière dont la migration vient redéfinir la parenté en proposant des modèles de quasi-parenté de proximité, tout en reproduisant des inégalités sociales par le « drainage d’amour et de care » (Hochshild et Ehrenreich, 2005) issu de pays ou régions en développement.

Axe 2 : Les solidarités familiales face à la distance

Seront également valorisées les contributions analysant les reconfigurations des solidarités intergénérationnelles face à la distance, celles-ci permettant, ou non aux liens de perdurer par-delà l’idéal familial de proximité physique et affective (Baldassar et Merla, 2014). Il s’agira par exemple de revenir sur la manière dont des liens de proximité, de parenté pratique (Weber, Gojard, Gramain, 2003) ou au sein de l’entourage (Bonvalet, Lelièvre, 2012) viennent palier, ou non, le déclin des solidarités entre générations. Pourront également être examinés le rôle central joué par les grands-parents dans certains contextes migratoires (Attias-Donfut, 2008 ; Golaz, 2015), ou encore la manière dont les nouvelles technologies participent à maintenir et redéfinir les liens et à construire de nouvelles formes de solidarité à distance entre des parents âgés et leur descendance.

Axe 3 : Vieillissement des populations migrantes et migration des populations vieillissantes

Les contributions pourront enfin revenir sur un troisième aspect du lien entre vieillissement et migration : celui de la mobilité des personnes âgées ainsi que sur le vieillissement des populations migrantes. En effet, vieillissement et migrations ont longtemps été pensés comme des phénomènes distincts : d’un côté les politiques de prise en charge de la dépendance et de l’autre, les politiques d’accueil des populations d’origines étrangères. Cependant, les évolutions démographiques de la population migrante participent au vieillissement collectif (Attias-Donfut, 2006). Se posent alors des enjeux touchant aux normes de prise en charge, mais aussi aux représentations de son propre vieillissement dans un contexte d’éloignement de la parenté d’origine. Inversement, le phénomène de mobilité des retraités et des personnes âgées dépendantes reste un angle très peu traité par la littérature (Pihet et Viriot Durandal, 2009). Or, le développement de maisons de retraite dans des pays à bas coût de main d’œuvre ou les migrations interrégionales de confort transforment aussi les solidarités et les relations d’aide.

A travers ces différentes approches et un accent mis sur la pluridisciplinarité et la diversité des aires géographiques, cette journée d’étude entend ainsi plus largement croiser vieillissement, famille et migrations pour penser les extensions géographiques du care (Bessin, 2014). Les participants seront particulièrement encouragés à apporter un éclairage empirique sur les liens entre parentés pratiques et logiques d’échange à l’œuvre dans ces nouvelles configurations d’aide.

Références bibliographiques

  • « Le troisième âge des migrants » (dossier). 2015. Hommes et migrations, n° 1309.
  • Iftekhar Amin, Stan Ingman. 2014. « Eldercare in the Transnational Setting: Insights from Bangladeshi Transnational Families in the United States ». Journal of Cross-Cultural Gerontology, Vol.29, n°3, pp. 315–328.
  • Attias-Donfut Claudine. 2006. L’enracinement. Enquête sur le vieillissement des immigrés en France. Paris, Armand Colin, 358 p.
  • Attias-Donfut Claudine. 2008. « Les grands-parents en Europe : de nouveaux soutiens de famille »,  Informations sociales, Vol. 5, n° 149, pp. 54-67.
  • Baldassar Loretta, Merla Laura. 2014. Transnational families. Migration and the circulation of care, understanding Mobility and Absence in Family Life, Eds Routledge, 304 p. 
  • Baldassar Loretta. 2007. « Transnational Families and Aged Care: The Mobility of Care and the Migrancy of Ageing », Journal of Ethnic and Migration Studies, Vol. 33, n°2, pp. 275-297.
  • Bessin Marc. 2014. « Présences sociales : une approche phénoménologique des temporalités sexuées du care », Temporalités, n°20 [En ligne] URL : http://temporalites.revues.org/2944.
  • Bonvalet Catherine, Lelièvre Eva (dir.). 2012. .De la famille à l'entourage. L'enquête biographies et entourage, INED, 472 p.
  • Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Sow Fatou, Le Feuvre Nicky. 2010. Le sexe de la mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « Académique  », 344 p. 
  • Fleury Charles. 2011. « Transferts financiers intergénérationnels et cohésion sociale : le cas des familles transnationales », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n° 3, pp. 57-81.
  • Golaz Valérie. 2015. « Les enfants placés chez leurs grands-parents en Ouganda. Scolarisation, soutien parental et vulnérabilité » in Golaz Valérie, Thibon Christian, Enfants et jeunes hors les liens en Afrique de l'Est, Paris, IFRA-Karthala, pp. 161-178.
  • Hochschild Arlie Russell, Ehrenreich Barbara (éds.). 2004. Global Women: Nannies, Maids, and Sex Workers in the New Economy.  New York: Holt, 288 p.
  • Hummel, Cornelia. 2009. « Grandparentalité à distance: Des expériences contrastées », Interdialogos,  http://archive-ouverte.unige.ch/unige:83320
  • Husson Laurence. 2007. « Grand-parentalité et mobilité. Vieillissement et impact des migrations sur les relations intergénérationnelles en Indonésie ». Moussons n°11 [En ligne] Mis en ligne le 07 décembre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1802.
  • Kofman Eleonore. 2008. « Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare state. Un état des discussions », Les cahiers du CEDREF, 16, 2008, pp.101-124.
  • Liebelt Claudia. 2011. Caring for the 'Holy Land': Filipina Domestic Workers in Israel. New York: Berghahn, 213 p.
  • Li Shuang, Employées domestiques dans la Chine actuelle : le service domestique au croisement des rapports sociaux de sexe et de la hiérarchie urbain/rural, Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Danièle Kergoat. Soutenue le 2 décembre 2009, Université Paris VIII, Vincennes-Saint-Denis, 409 p.
  • Mozère Liane. 2002. « Des domestiques philippines à Paris: un marché mondial de la domesticité? », Revue Tiers Monde, Vol.43, n°170, pp. 373-396.
  • Pihet Christian, Viriot Durandal Jean-Philippe. 2009. « Migrations et communautarisation territoriale des personnes âgées aux États-Unis », Retraite et société, vol.3, n° 59, pp. 139-161.
  • Scrinzi Francesca. 2004. Professioniste della tradizione. Le donne migranti nel mercato del lavoro domestico (Professionals of Tradition. Migrant Women in the Domestic Work Sector). Polis, Vol. 18, n°1, pp. 107-136.
  • Scrinzi Francesca. 2013. Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie : construction de la non-qualification et de l’altérité ethnique. Paris, Petra, 212 p.
  • Trifiletti Rossana. 2005. « Le soin aux personnes âgées et les parcours d'intégration des immigrés en Italie. », Retraite et société, n° 44, pp. 149-173.
  • Christine Verschuur et Fenneke Reysoo. 2005. « Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations », Cahiers genre et développement, Paris, l’Harmattan, 352 p.
  • Weber, Florence, Agnès Gramain et Séverine Gojard. 2003. Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 420p.
  • Weber, Florence, Trabut, Loic, Billaud Solène. 2014. Le Salaire de la confiance. L’aide à domicile aujourd’hui, Paris, Éditions rue d’Ulm, 368 p.
  • Winlding, Raelene. « Virtual Intimacies ? Families Communicating across Transnational Contexts», Global Networks, 6, 2, 2006, pp.125-142.
  • Yeates, Nicola. 2009. Globalizing Care Economies and Migrant Workers : Explorations in Global Care Chains, New York, Palgrave Macmillan, 258 p. 

Coordinateurs de la Journée d’Etude

  • Carlotta MONINI, doctorante en Sociologie (EHESS – IRIS)
  • Lorraine ORY, doctorante en Psychologie (Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, LPN)
  • Justine ROCHOT, doctorante en Sociologie (EHESS – CECMC)
  • Loïc TRABUT, chargé de recherche,unité Mobilité Logement Entourage (Ined)

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de communication (3000 caractères maximum) sont à envoyer 

avant le 16 Décembre 2016

à l’adresse : vieillissement.mobilites2017@gmail.com

  • Nous annoncerons les propositions retenues à partir du  6 Janvier 2017
  • et réceptionnerons les textes des communications le 10 février 2017
  • La journée d’étude aura lieu le 1 Mars 2017

Les frais de voyage des participants résidants en dehors de Paris pourront être remboursés (totalement ou en partie selon le budget disponible pour la réalisation de la JE)

Retrouvez toutes les informations sur le site http://vieillissementsetsociete.com/

[1]Arslan C. et al. 2014. “A New Profile of Migrants in the Aftermath of the Recent Economic Crisis”, OECD Social Employment and Migration Working Papers, No. 160, OECD Publishing.

Dates

  • vendredi 16 décembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • vieillissement, vieillisse, mobilités, migration, care, famille, travail, solidarité

Contacts

  • Justine Rochot
    courriel : justinerochot [at] hotmail [dot] fr
  • Carlotta Monini
    courriel : carlottamonini [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Justine Rochot
    courriel : justinerochot [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vieillissement et mobilités géographiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 15 novembre 2016, http://calenda.org/382929