Accueil« L’art est éternel et les artistes sont des génies ! »

« L’art est éternel et les artistes sont des génies ! »

“Art lasts forever and artists are geniuses!”

Les idées reçues en histoire de l’art contemporain, des années 30 à aujourd’hui

Generally accepted ideas in contemporary art history, from the 30s to the present day.

*  *  *

Publié le vendredi 02 décembre 2016 par João Fernandes

Résumé

À l’instar des autres disciplines affiliées au champ des sciences humaines et sociales, l’histoire de l’art n’est pas exempte d’idées reçues car elle n’est pas imperméable à la société dont elle fait partie. Elle possède par ailleurs ses propres prismes idéologiques qui, parfois, constituent un frein à l’exploration de certains sujets. 

Annonce

Argumentaire

À l’instar des autres disciplines affiliées au champ des sciences humaines et sociales, l’histoire de l’art n’est pas exempte d’idées reçues car elle n’est pas imperméable à la société dont elle fait partie. Elle possède par ailleurs ses propres prismes idéologiques qui, parfois, constituent un frein à l’exploration de certains sujets. Bien que le rôle du chercheur soit précisément de savoir se situer par rapport aux phénomènes qu’il étudie, à la juste distance qui lui permet de l’analyser, il ne peut être objectif. Son rôle est précisément de ne jamais prendre pour acquis ce que les idées et analyses que ses prédécesseurs lui ont transmis ni ce que ses contemporains en disent, et savoir remettre en question ce qu’il croit savoir de son sujet.

Le discours de certaines institutions muséales et culturelles, des critiques, mais aussi des ouvrages ou travaux de recherche de référence au sein de l’histoire de l’art, entérinent certaines idées qui, parce qu’elles ne sont pas argumentées, ne sont que des opinions. Or, elles nuisent à l’étude des courants, des artistes comme du milieu de l’art et créent des récits tronqués, qui aboutissent à une histoire de l’art aux pages manquantes.

Afin de repenser ces récits et de proposer des analyses novatrices, beaucoup de doctorants s’attachent aujourd’hui à concevoir leurs objets d’étude en adoptant une posture interdisciplinaire, dans le but de s’approprier de nouveaux angles d’approche et d’élargir les perspectives de leur domaine de recherche. Parmi les travaux actuels portant sur l’histoire de l’art des XXe et XXIe siècles, certains tendent à apporter de nouveaux éléments de réponse, à construire de nouvelles formes de récits, en interrogeant d’autres domaines des sciences humaines et sociales tels que l’économie, le droit, la sociologie, l’histoire et les sciences politiques.

Cette interdisciplinarité, prônée par les différentes instances de la recherche universitaire, s’avère pourtant fort complexe à mettre en pratique du fait du degré de maitrise du sujet et de connaissance que cela exige, de l’absence d’outils méthodologiques et en particulier le manque d’offres de formation pour les doctorants. L’interdisciplinarité est donc une ambition souvent périlleuse : une audace jugée trop grande peut être sanctionnée par ces mêmes instances qui incite pourtant à cette démarche.

Ces différents problèmes s’illustrent particulièrement dans l’histoire de l’art du XXème et XXIème siècles. Parce que le XXème siècle a été traversé par de grands courants idéologiques, que l’art y a été engagé politiquement, par le biais des artistes, des critiques ou des institutions et parce que l’art du XXIème siècle, l’art d’aujourd’hui, n’échappe pas aux mutations sociétales ni aux questionnements qui en découlent. L’absence de recul temporel ne doit pas empêcher la tentative de compréhension de l’histoire de l’art contemporain, car dans le champ de la recherche, la prise de risque est une nécessité intellectuelle.

L’enjeu de cette journée d’études est donc d’inviter les doctorants et docteurs en histoire de l’art à faire une proposition articulant leur sujet avec des questionnements portant sur leur pratique de la recherche, incluant des problématiques relatives à l’interdisciplinarité et aux contraintes d’ordre idéologique, théorique ou encore méthodologique rencontrées dans leurs travaux.

Les travaux devront porter sur une période comprise entre les années trente et aujourd’hui. La sélection des interventions privilégiera une représentation équilibrée des différentes périodes de cette chronologie. Les travaux d’analyse comparée entre deux périodes sont également les bienvenus.

Axes thématiques 

Cette journée d’étude se propose d’explorer (sans pour autant s’y limiter) les pistes suivantes :

L’histoire de l’art et ses prismes idéologiques

  • Genèse et enjeux contemporains des récits identitaires en l’histoire de l’art
  • Nationalités, origines et genres : les discours orientés de l’histoire de l’art sur les artistes et leur possible déconstruction
  • Engagement et désengagement des institutions de l’art : l’empreinte idéologique des politiques culturelles dans le champ de l’histoire de l’art
  • La compétition internationale au sein des institutions muséales : enjeux politiques, enjeux artistiques

L’art et l’argent : enjeux idéologiques d’hier et d’aujourd’hui

  • Galeristes, collectionneurs et mécènes : « héros » d’hier, « infréquentables » d’aujourd’hui ?
  • Art contemporain et spéculation : raccourcis, idéologie et réalité

Travaux de recherche et enjeux méthodologiques

  • Formations interdisciplinaires et enseignements méthodologiques en histoire de l’art : quelles perspectives aujourd’hui ?
  • L’injonction du recul historique : les difficultés de traiter de l’art actuel en l’histoire de l’art
  • Quels obstacles lorsque l’on choisit des sujets de recherche dans des domaines peu traités ? Histoire de la mode, du tatouage, du graffiti pour citer quelques exemples.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de communication (une page maximum), peuvent être écrites en français ou en anglais et sont à adresser

avant le 15 janvier 2017

à l'adresse : absolument.contemporain@gmail.com

Une publication des interventions est envisagée.

Comité scientifique et d'organisation

Cette journée d’études est organisée par Anna Halter et Hélène Joyeux, doctorantes en histoire de l’art, sous la direction de Philippe Dagen (Paris 1/Laboratoire HiCSA).Anna Halter et Hélène Joyeux sont membres et co-fondatrices du groupe de recherche Absolument Contemporain et co-organisatrices du séminaire « Art en cours : acteurs et pratiques de l’art d’aujourd’hui » en 2015 – 2016.

Pour plus d’information :

https://www.facebook.com/absolumentcontemporain/

http://abscont.hypotheses.org/

Lieux

  • Institut National d'Histoire de l'art, salle Vasari, 1et étage - 2 rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • dimanche 15 janvier 2017

Mots-clés

  • art, histoire, méthodologie, marché, idéologie

Contacts

  • Anna Halter
    courriel : absolument [dot] contemporain [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Anna Halter
    courriel : absolument [dot] contemporain [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« « L’art est éternel et les artistes sont des génies ! » », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 02 décembre 2016, http://calenda.org/386249