Accueil« Le più belle poesie si scrivono sopra le pietre ». L’œuvre d’Alda Merini à l’épreuve de la critique

« Le più belle poesie si scrivono sopra le pietre ». L’œuvre d’Alda Merini à l’épreuve de la critique

"Le più belle poesie si scrivono sopra le pietre" - the work of Alda Merini and the challenge of criticism

*  *  *

Publié le jeudi 15 décembre 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Sept ans après la disparition d’Alda Merini, sa riche production littéraire en prose et en vers commence à faire l’objet d’études critiques plus approfondies, non seulement en Italie mais aussi à l’étranger. Le parcours poétique de l’écrivaine milanaise, disparue le 1er novembre 2009, débute dans les années 50 du siècle dernier, notamment avec la publication du recueil La presenza di Orfeo (1953). Cette jeune poétesse est tout de suite remarquée par des écrivains et des intellectuels de l’époque, entre autres, Giacinto Spagnoletti, Pier Paolo Pasolini, Angelo Romanò.

Annonce

Argumentaire

Sept ans après la disparition d’Alda Merini, sa riche production littéraire en prose et en vers commence à faire l’objet d’études critiques plus approfondies, non seulement en Italie mais aussi à l’étranger. Le parcours poétique de l’écrivaine milanaise, disparue le 1er novembre 2009, débute dans les années 50 du siècle dernier, notamment avec la publication du recueil La presenza di Orfeo (1953). Cette jeune poétesse est tout de suite remarquée par des écrivains et des intellectuels de l’époque, entre autres, Giacinto Spagnoletti, Pier Paolo Pasolini, Angelo Romanò. L’expérience de l’internement, qui a lieu entre les années 60 et 70 dans plusieurs asiles psychiatriques du nord et du sud de la Péninsule, ainsi qu’un certain nombre de vicissitudes personnelles, interrompent momentanément, mais brutalement, le parcours littéraire de Merini, qui reprendra dans les années 80 avec une poétique et une expression littéraire profondément marquées par le sentiment de la douleur. Il en ressort une écriture qui est capable de transformer la douleur en un processus de connaissance de soi, de l’autre et d’une réalité qui stigmatise la notion de différence.

En 1998, Maria Corti écrit qu’Alda Merini, en dépit de son expérience infernale de l’asile, n’a jamais été une poétesse de la nuit et du désespoir mais, au contraire, la poétesse par excellence de la lumière et du feu : un feu et une lumière qui ont été constamment nourris par la puissance et l’innocence d’un véritable sentiment d’amour vis-à-vis de toute forme du vivant.

Réhabilitant les notions de parole et de corps, de vision et de mémoire, la dernière production littéraire de l’écrivaine fait état d’un anti-lyrisme permettant à Alda Merini de forger une expression inédite de la ‘différence’ et de la ‘folie’ ainsi qu’une poésie qui s’affiche et agit comme un espace d’existence et de résistance, de naissance et de renaissance.

Les différentes interventions pourront porter sur les questions suivantes :

  1. Analyse des notions de folie, différence, ‘parole-image’, corps, sentiment d’amour, sacré et mémoire dans l’œuvre en prose et en vers d’Alda Merini ;
  2. Le répertoire d’images et de métaphores païennes et chrétiennes dans l’écriture d’Alda Merini ;
  3. Analyse des formes de représentation et d’autoreprésentation dans le processus de création littéraire, entre autobiographie et fiction ;
  4. Écriture poétique et oralité dans la production d’Alda Merini ;
  5. Alda Merini : modèles poétiques, dialogues et intertextualité ;
  6. Musique et musicalité de l’écriture : la poésie au croisement des langages artistiques ;
  7. éception en Italie et en France de l’œuvre d’Alda Merini ;
  8. Alda Merini : un nouveau modèle poétique au seuil du troisième millénaire.

Modalités de participation

Chaque proposition devra indiquer :

  1. Le nom et le prénom de l’intervenant, son établissement et son centre de recherche de rattachement ;
  2. le titre de l’intervention ;
  3. un résumé de la communication en une dizaine de lignes.

à transmettre avant le 31/12/2016.

21/22 mars : colloque

Langues du colloque: français et italien

Conseil scientifique

  • Myriam CARMINATI (Université Paul-Valéry Montpellier III),
  • Jean NIMIS (Université JeanJaurès, Toulouse),
  • Flaviano PISANELLI (Université Paul-Valéry Montpellier III),
  • Ambra ZORAT (Université de Bourgogne, Dijon). 

Catégories

Lieux

  • Campus de la Route de Mende - Université Paul-Valéry Montpellier III
    Montpellier, France (34)

Dates

  • samedi 31 décembre 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Alda Merini, poésie

Contacts

  • Flaviano Pisanelli
    courriel : flaviano [dot] pisanelli [at] univ-montp3 [dot] fr

Source de l'information

  • Caterina Manco
    courriel : ecole [dot] doctorale-ete [at] univ-montp3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« « Le più belle poesie si scrivono sopra le pietre ». L’œuvre d’Alda Merini à l’épreuve de la critique », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 15 décembre 2016, http://calenda.org/388423