AccueilLe développement des activités humaines en mer – quel cadre juridique ? Pour un nouveau droit maritime

Le développement des activités humaines en mer – quel cadre juridique ? Pour un nouveau droit maritime

The development of human activities at sea - what legal framework? For a new maritime law

Contrat postdoctoral, université de Nantes, programme HUMAN SEA

Post-doctoral contract, University of Nantes (France), Human Sea program

*  *  *

Publié le jeudi 05 janvier 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le projet porte sur l’impact des nouvelles technologies dans les activités en mer, en vue d’une refondation du droit maritime et du droit de la mer.

Annonce

Projet

Le projet porte sur l’impact des nouvelles technologies dans les activités en mer, en vue d’une refondation du droit maritime et du droit de la mer. Le développement d’activités humaines en mer conduit à une transformation du droit de la mer et du droit maritime. Le droit a pour fonction de civiliser les activités nouvelles que les innovations technologiques permettent. Les activités d’extraction sur le plateau continental ont été prises en compte par la Convention de Genève de 1958, puis la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, afin de protéger les Etats côtiers. Mais ces activités restent juridiquement peu encadrées sur le plan international, quand les normes industrielles sont nombreuses. Le droit maritime reste centré sur le concept de navire, pouvant laisser de côté des nouvelles installations en mer et leurs travailleurs.

Le développement d’activités illicites en mer interroge les compétences des Etats, ainsi que leur coopération, ce qui fut l’objet d’un colloque en octobre 2015. C’est à partir des activités en mer, des innovations et développements techniques que les interrogations juridiques peuvent être identifiées. Les énergies marines renouvelables sont un bon exemple d’innovations en cours. Le colloque Human Sea – Marisk d’octobre 2016 les a abordées, ainsi que les questions de sécurité et sûreté maritime et portuaire et plus précisément de cybersécurité à travers la notion d’organisations à haute fiabilité (HRO).

La thématique des innovations technologiques doit être poursuivie en 2017, notamment à travers les drones et navires télécommandés, les questions de biodiversité en haute mer, avant un retour vers des questionnements juridiques en fin de programme pour le colloque final prévu début octobre 2018. Il s’agit de participer, en coopération avec un docteur en droit et en sciences de gestion, à la mise en place du 4ème workpackage (WP) consacré aux développements en cours et à venir des nouvelles technologies, qu’il s’agisse de l’exploitation des ressources du plateau continental, des ressources vivantes, des plates-formes multi usages ou encore des nouveaux outils de la recherche marine, les questions de pollution, de gouvernance des océans.

Comment penser au XXIème siècle la civilisation par le Droit de ces nouvelles activités en mer, c’est-à-dire la protection de l’environnement marin ?

Qualifications

Le chercheur post-doctoral est docteur en droit, ou en géographie, ou en relations internationales, ou en sciences politiques, ou en sciences de gestion, avec des travaux entrant dans les thématiques du programme Human Sea de recherche Advanced Grant du Conseil européen de la recherche. Elle/Il a une bonne connaissance des activités navales ou maritimes, des contacts industriels et/ou administratifs, déjà des publications, une certaine pratique de la préparation ou de l’intervention dans des colloques internationaux. Une bonne pratique du français ainsi que de l’anglais écrit et oral, est nécessaire; une première expérience d’enseignements ou de conférences en anglais serait utile.

Missions/Responsabilités

Ce chercheur(e) postdoctoral, le quatrième du programme de recherche, participe au noyau central de la conception et de la mise en œuvre du programme. Elle/Il exercera ses fonctions à la Maison des Sciences de l'Homme Ange-Guépin de Nantes, sous la direction du responsable du programme, en lien avec la manager du programme.

Elle/Il participe à la recherche documentaire, à l’identification des spécialistes, notamment des industriels, responsables de développement, décideurs économiques, responsables administratifs, à leur intervention au sein des séminaires prévus, du colloque international final.

Elle/Il fait le lien avec les doctorants recrutés dans le programme, ou relevant de thématiques entrant dans Human Sea. Elle/Il participe aux réunions hebdomadaires de coordination.

Elle/Il intervient dans le 4ème WP consacré aux drones, plates-formes gazières et pétrolières en mer, à la pollution et à la biodiversité marine. Quatre séminaires internationaux sont prévus au cours de l’année 2017 et 1er trimestre 2018.

Il s’agit surtout de participer, en coopération avec deux postdoctorants, l’un docteur en sciences de gestion et l’autre docteur en droit, à la mise en place du 5ème WP consacré au colloque international final du programme, qui aura lieu les 1er et 2 octobre 2018.

Il/Elle participe à la communication, par billets dans un carnet de recherche, par la mise à jour du site web sur les activités scientifiques du programme Human Sea.

Elle/Il poursuit ses recherches et ses publications liées au programme, dans les champs de ses spécialités.

Conditions d’emploi

Le chercheur post doctoral est recruté dans le cadre d’un contrat de travail à durée déterminé de deux années (quotité 100%) au plus tard du 1er mars 2017 au 28 février 2019.

Elle/Il doit résider à Nantes pendant les périodes de travail et disposera d’un espace de travail équipé informatiquement à la MSH. La coordination de l’équipe de recherche se fait en français ; un bon niveau en français et en anglais, écrit et oral est nécessaire.

Rémunération selon expérience et selon la grille des post-doctorants de l’université de Nantes : le salaire net mensuel minimum est de 2°100 euros. Le contrat comprend une période d’essai de 1 mois.

Affectation structurelle : Université de Nantes

Affectation géographique : Maison des Science de l'Homme Ange-Guépin, 5 allée Jacques Berque, BP 12105, 44021 Nantes cedex 1

Procédure de recrutement

Pour faire acte de candidature, envoyer une lettre de motivation, comportant un curriculum vitae, l’indication (noms, prénoms, fonctions et mail de 3 référents), à :

Présidence de l’Université de Nantes, Direction de Ressources Humaines

1, quai de Tourville, BP 13522, 44035 Nantes cedex 1

Ou, en version PDF, par messagerie électronique à drh.concours@univ-nantes.fr

Avant le 12 janvier 2017.

L’examen des candidatures interviendra mi-janvier 2017 et donnera lieu à des auditions à la fin de ce mois, pour un recrutement au plus tard à partir du 1er mars 2017.

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme Ange-Guépin, 5 allée Jacques Berque, BP 12105
    Nantes, France (44000)

Dates

  • jeudi 12 janvier 2017

Mots-clés

  • mer, droit maritime, technologie

Contacts

  • Véronique Véronique Aubert
    courriel : veronique [dot] aubert [at] univ-nantes [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Véronique Aubert
    courriel : veronique [dot] aubert [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le développement des activités humaines en mer – quel cadre juridique ? Pour un nouveau droit maritime », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le jeudi 05 janvier 2017, http://calenda.org/388698