AccueilRegards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant

Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant

Perspectives on Malagasy heritage as transmission and regeneration of a living patrimony

*  *  *

Publié le mardi 10 janvier 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Ces journées de réflexion constituent le fruit de rencontres nées autour du film Songs for Madagascar de Marie Clémence et César Paes produit en 2016. Au vu de la richesse et de l’importance de la question du patrimoine, les principaux enjeux consistent dans la façon de maintenir vivant et même de continuer à façonner et de transmettre cet héritage partiellement ancré dans le passé. Il s’agit de le régénérer pour que les générations futures puissent se construire avec cet apport. 

Annonce

Date et lieu

Colloque international, Vendredi 24 février et samedi 25 février 2017 à l’Université de La Réunion

Argumentaire

Autour du thème fédérateur « Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant » le laboratoire DIRE de l’Université de La Réunion en partenariat avec la Maison des Langues de l’Université de la Réunion organise un colloque international transdisciplinaire. Ces journées de réflexion constituent le fruit de rencontres nées autour du film Songs for Madagascar de Marie Clémence et César Paes produit en 2016. Ce film s’inscrit dans la continuité des thématiques culturelles et/ou musicales explorées par les réalisateurs lors des précédents films (Mahaleo, Angano Angano, L'Opéra du bout du monde…). Il offre un regard sur l’action du groupe de musique Madagascar All Stars qui unit des ténors de la musique malgache en vue de transmettre, protéger et valoriser le patrimoine malgache, qu’il s’agisse du patrimoine culturel à travers la musique ou du patrimoine naturel, celui de l’île-continent. Ce groupe est constitué d’auteurs compositeurs, , Rasolofondraosolo Zafimahaleo dit Dama du groupe Mahaleo Justin Vali, Régis Gizavo, Eric Manana, Eusèbe Jaojoby et Olombelo Ricky. Le colloque du 24 et 25 février 2017 sera adossé à la présentation en avant-première réunionnaise de Songs for Madagascar en partenariat avec En Quête Prod. Il sera aussi associé à la venue à l’île de La Réunion du groupe Madagascar All stars pour une série de concerts en partenariat avec la compagnie Acte III et le théâtre Les Bambous. Un premier volet de cette réflexion s’articule autour du patrimoine malgache pour rendre compte autant de cette synergie opérée autour de Songs for Madagascar, film co-produit par le Professeur Ulrike Hanna Meinhof et son centre de recherche sur les Etudes Transnationales Studies à l’ Université de Southampton et Latérit que de cette posture militante des artistes de Madagascar AllStars.

Les déclarations de l’UNESCO[1] offrent un cadre pour cerner le riche sujet du patrimoine culturel et naturel, matériel et immatériel. Leur mise en valeur promeut à la fois la diversité culturelle et le développement durable. Il souligne aussi la profonde interdépendance entre le patrimoine culturel et naturel immatériel et le patrimoine culturel et naturel matériel. Tous deux façonnent les identités et déterminent des manières d’être au monde, de gérer de manière originale les enjeux identitaires, sociétaux et environnementaux auxquels chaque peuple doit faire face. La notion de « patrimoine » reprise par l’UNESCO englobe aussi bien des biens culturels matériels traditionnels tels que monuments, sites, œuvres d’art que divers apports culturels immatériels perçue de manière plurielle comme tout ce qui fonde l’identité d’un groupe tout en présentant des traits universalisables que l’autre peut aussi s’approprier. Ce patrimoine immatériel comprend plusieurs ensembles. Les us et coutumes liés aux fêtes traditionnelles, aux langues régionales, aux croyances populaires orales y sont englobés. Vako drazana, hira gasy ou maloya en font ainsi partie. On y rattache également le milieu naturel et environnemental caractéristique, paysages particuliers, telle faune et telle flore, Tsingy de Bemaraha, cirques de La Réunion... Un autre volet très intéressant concerne la patrimonialisation des personnages historiques et culturels importants. Ils emblématisent l’identité et l’histoire d’un peuple. Au vu de la richesse et de l’importance de la question du patrimoine, les principaux enjeux consistent dans la façon de maintenir vivant et même de continuer à façonner et de transmettre cet héritage partiellement ancré dans le passé. Il s’agit de le régénérer pour que les générations futures puissent se construire avec cet apport. Il est aussi question de le modeler pour l’adapter aux enjeux du présent sans lui faire perdre son identité. Dans un univers mondialisé, interdépendant, comment cet ancrage local et riche du passé peut-il armer pour faire face aux défis de demain ?

La réflexion autour de ce thème « Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant » peut alors s’articuler autour de divers axes dynamiques, non exhaustifs et qu’on peut fertiliser en les associant:

Axe 1 Exploration du patrimoine et de ses enjeux

  • L’Art pour s’engager dans la sauvegarde du patrimoine culturel, environnemental, identitaire
  • L’impact de la musique sur les questions sociétales et environnementales
  • La langue comme vecteur du patrimoine immatériel

Axe 2 Le patrimoine identitaire à l’aune de l’altérité

  • Échanges entre les groupes de manière transnationale pour hybrider, métisser, générer des interactions fécondantes
  • Circulation, ré(appropriation) de son patrimoine, de celui de l’autre

Axe 3 Outils innovants pour faire circuler et régénérer le patrimoine culturel

  • Recréation, réécritures, reprise, recyclage du matériau patrimonial traditionnel (à travers la littérature, le cinéma etc. )
  • Fictionnalisation de grandes figures de l’histoire, de la littérature, de la culture de manière large
  • Appropriations modernes du contenu patrimonial
  • Expériences de recherche inédites, de collaboration innovantes transdisciplinaires notamment pour mettre en avant le patrimoine

[1] Recommandation sur la sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire en 1989, la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle en 2001, Déclaration d’Istanbul de 2002.

Modalités pratiques

  • Les propositions de communications, d’une quinzaine de lignes maximum, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique doivent être envoyées aux organisateurs à l’adresse suivante noro.rakotobe-dalberto@univ-reunion.fr

avant le 25 janvier 2017.

  • La notification sera transmise avant le 01 février 2017
  • Les frais d’hébergement et de déplacement restent à la charge du chercheur.

Comité d’organisation

  • Ulrike Hanna MEINHOF (Pr, Department of Modern Languages, Université de Southampton)
  • Yu-Sion LIVE, (MCF, Dire, Université de La Réunion)
  • Noro RAKOTOBE D’ALBERTO (PhD, DIRE, Maison des Langues, Université de la Réunion)

Lieux

  • Faculté des Lettres et Sciences Humaines - Université de la Réunion
    Saint-Denis, La Réunion (97490)

Dates

  • mercredi 25 janvier 2017

Mots-clés

  • Madagascar, patrimoine, culture, littérature, société, musique, cinema

Contacts

  • Noro Rakotobe D'Alberto
    courriel : noro [dot] rakotobe-dalberto [at] univ-reunion [dot] fr
  • Ulrike Hannah Meinhof
    courriel : U [dot] H [dot] Meinhof [at] soton [dot] ac [dot] uk

Source de l'information

  • Noro Rakotobe D'Alberto
    courriel : noro [dot] rakotobe-dalberto [at] univ-reunion [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 janvier 2017, http://calenda.org/389357