Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Discours sur la mer, résistance des pratiques

Discourse of the sea, resistance of practices

*  *  *

Publié le mercredi 11 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

Le thème choisi pour ce colloque « Discours sur la mer, résistances des pratiques », qui se tiendra à Brest les 23 et 24 novembre 2017, a pour objectif d’enrichir une réflexion engagée lors de la journée d’étude « Mers et océans en “crise” : vers de nouvelles représentations ? » et d’explorer les synergies et tensions entre l’espace construit par le discours globalisé (médiatique, politique, publicitaire, environnemental, …) et l’espace vécu, celui des pratiques des habitants, dessiné par le quotidien, les arts et l’imagination.

The international conference “Thinking the sea in a global world: discourses and practices” aims at examining the convergences and the tensions between the representation of the sea in global discourses, whether from the media or from the political, advertising or environmental spheres, and the sea as a space shaped by the everyday practices and the arts of the local populations. 

Annonce

Argumentaire

Le thème choisi pour ce colloque « Discours sur la mer, résistances des pratiques », qui se tiendra à Brest les 23 et 24 novembre 2017, a pour objectif d’enrichir une réflexion engagée lors de la journée d’étude « Mers et océans en ‘crise’ : vers de nouvelles représentations ? » et d’explorer les synergies et tensions entre l’espace construit par le discours globalisé (médiatique, politique, publicitaire, environnemental, …) et l’espace vécu, celui des pratiques des habitants, dessiné par le quotidien, les arts et l’imagination.

Axes thématiques

Trois axes de recherche pourront ainsi être envisagés :

1. La construction des discours sur la mer

Si la mer est indifférente à l’homme, ce dernier cependant n’a eu de cesse de projeter sur sa surface ou sur son bord toutes formes de désir ou d’angoisse. Comme le souligne Pierre Cassou-Noguès, ces formes se matérialisent dans une certaine mesure par le déchet : « nous humanisons la mer […] Nous y laissons des nappes de pétrole et toutes sortes de déchets, des bouteilles, des bidons, des ballons, etc., etc. [1]». On s’intéressera aux modes d’élaboration d’un discours qui appréhende des phénomènes globaux tels que la pollution et le réchauffement climatique.

Cette réflexion pourra se décliner, de manière non exhaustive, en diverses thématiques :

  •  Quelle influence ont les théories esthétiques dans notre manière de regarder et de penser les mers ?
  •  Quels concepts, notions, valeurs façonnent notre consommation esthétique des mers ?
  •  Comment aborder les phénomènes de transfert culturel au niveau maritime ?
  •  Comment, ici et ailleurs, éduque-t-on les enfants à la mer ? Quelles représentations dans la littérature ou séries télévisées à destination des plus jeunes ? Quelle place la mer occupe-t-elle dans les programmes éducatifs ?
  •  Quand doit-on parler de « bonnes » pratiques de la mer ? Comment sont-elles diffusées, et dans quel objectif (pêche de loisirs, protection des espaces littoraux, nautisme, transports maritimes, aires marines,…) ?

2. Les pratiques de la mer : un rapport de consommation ?

On s’interrogera sur la qualification de la mer comme réservoir de minéraux, d’énergies fossiles, de végétaux, de nourriture, mais aussi de paysages, de services marchands et de loisirs, de tourisme, de culture et d’identités. On se penchera ainsi sur les déclinaisons de cette « consommation » de la mer, ses présentations et représentations.

  •  L’idée d’une mer-ressource est-elle compatible avec sa conception en tant qu’espace du vivant ?
  •  Quelle influence ont les discours publicitaires, environnementaux et de santé sur notre mode de consommation des produits de la mer ?
  •  Existe-t-il des discours normalisés, normalisants de la mer ? Comment diffèrent-ils selon les cultures et les sociétés ?
  •  Dans quelle mesure le tourisme maritime peut-il induire une « folklorisation » des pratiques de la mer ?

3. Conflits, résistances, créativité

La mer en tant qu’espace d’échanges génère des formes originales d’organisation humaine ou de création artistique montrant une ouverture vers de nombreux usages. On pourra s’interroger sur la nature et la fonction de ces nouvelles formes sociales et culturelles de la mer. On se penchera également sur le caractère parfois partisan de la représentation des pratiques et des usages de la mer. De quelles façons ces discours et ces représentations influent-ils sur les pratiques et sur les formes culturelles en lien avec la mer, qu’elles soient de l’ordre du divertissement, de la sociabilité ou de l’art ?

  •  Quels langages et quelles actions face aux discours, économies, systèmes dominants ?
  •  Comment sont présentés les conflits d’usages ? Quels discours sont portés sur ou par les acteurs ?
  •  Dans quelle mesure les concepts d’ « environnement » et d’ « écosystème » ont-ils été repris par le discours politique et leur signification infléchie par des discours uniformisants ?
  •  Comment les arts populaires se saisissent-ils de la question maritime ?
  •  Peut-on parler de processus d’invisibilisation ou de mythification de certaines pratiques/certains acteurs pour porter voire déporter un discours ?
  •  Comment la littérature rend-elle compte des pratiques de la mer ?
  •  Comment la poétique du texte ou autres formes artistiques retravaillent-elles les discours idéologiques sur la mer ?
  •  Comment l’élément marin nous aide à penser la pratique artistique ?

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de communication, (prévoir 20 minutes de présentation) pourront être rédigées en français ou en anglais et devront contenir les informations suivantes :

  • nom, prénom et adresse e-mail ;
  • université et laboratoire de rattachement ;
  • courte notice biobibliographique ;
  • titre envisagé de la communication ;
  • résumé de 1 500 signes maximum précisant le contenu du projet de communication

La date limite impérative de soumission des propositions d’articles est fixée

au 15 mars 2017

aux adresses suivantes : pagejones@univ-brest.fr    yvanne.bouvet@univ-brest.fr

Vous recevrez réponse par le comité organisateur pour la mi-avril 2017.

Une sélection d’articles issus du colloque sera publiée dans un ouvrage collectif.

Comité scientifique

  • Yvanne BOUVET (MC Géographie de la pêche – GéoArchi, Université de Bretagne Occidentale)
  • Omer CHOUINARD (Professeur – Université de Moncton, Canada) 
  • Catherine CONAN (MC Etudes Irlandaises – HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
  • Simon FOALE (Senior Lecturer, School of Arts and Social Sciences, James Cook University, Australia)
  • Sophie GONDOLLE (PRCE/Docteur Littérature bretonne – CRBC, Université de Bretagne Occidentale)
  • Géraldine LE ROUX (MC Anthropologue – CRBC, Université de Bretagne Occidentale )
  • Camille MANFREDI (MC Etudes Ecossaises – HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
  • Elisabeth MICHEL-GUILLOU (PR Psychosociologie de l’environnement – CRPCC, Université de Bretagne Occidentale)
  • Bertrand LE GALLIC (MC Economie de la pêche – AMURE, Université de Bretagne Occidentale)
  • Kimberley PAGE-JONES (MC Anglais –HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
  • Pierrick POURCHASSE (PR  Histoire maritime – CRBC, Université de Bretagne Occidentale)
  • Peter WEISS (Docteur en linguistique – Centre universitaire des Fjords Ouest, Islande)

Comité organisateur

  • Yvanne BOUVET  (MC Géographie de la pêche – GéoArchi, Université de Bretagne Occidentale)
  • Catherine CONAN (MC Etudes Irlandaises – HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
  • Kimberley PAGE-JONES (MC Anglais –HCTI, Université de Bretagne Occidentale) 

[1] Pierre Cassou-Noguès, Métaphysique d’un bord de mer, Les Editions du Cerf, 2016, p.366.

Argument

The international conference “Thinking the sea in a global world: discourses and practices” aims at examining the convergences and the tensions between the representation of the sea in global discourses, whether from the media or from the political, advertising or environmental spheres, and the sea as a space shaped by the everyday practices and the arts of the local populations. Three major areas of research can be identified:

1.      How sea discourses are built

Even though the sea may be indifferent to mankind, human beings have always sought to project upon its surface or on its shores their desires and anxieties. Marine debris materialize, to a certain extent, those human projections. As Pierre Cassou-Noguès in  Métaphysique d’un bord de mer argues, “the sea has been humanized […] we leave oil spills and all kinds of waste, bottles, cans, beach balls, etc”. Pollution, like global warming, is a worldwide phenomenon, which may obscure the question of its exact provenance. Contributions are invited to examine how sea imaginaries in various cultures seize those global phenomena and voice or construct their own sea discourses.

  • How do aesthetic theories influence the way we look at and conceptualize the sea?
  • What concepts, ideas, values shape our aesthetic consumption of the sea?
  • How can we analyse cross-cultural phenomena in relation to the sea?
    • How is the sea taught in school curriculums and innovative projects? How are the seas and oceans represented in children’s literature or TV series?
    • How can “sound practices” in relation to the sea be defined? What is their final objective, and how are they spread? (one may think about leisure fishing, the protection of coastal systems, sailing, maritime transport, marine protected areas,…)

2.      The sea in practice: a consumer resource?

We invite contributions that question the definition of the sea as a source of minerals, fossil fuels, vegetable matter, food, but also of landscapes, services, leisure, tourism, culture and identities. Do all human practices in relation to the sea amount to a form of consumption?

  • Can the sea envisaged as a resource accommodate the idea of the sea as a living entity?
  • How do advertising, environmental and health discourses influence our consumption of sea products?
  • Can we identify normalized and normalizing discourses on the sea? How different are they from one culture to the next?
  • Does maritime tourism take the risk of turning sea cultures into commodified simulacra?

3.      Conflict, resistance, creativity

As the space of various forms of both exchanges and conflicts, the sea generates original patterns of social organisation or artistic creation that may lead in turn to new uses and practices. Contributions may identify and analyse these original social and cultural uses of the sea, as well as the instances of one-sided, partisan representations. Contributions may also examine how discourses and representations affect cultural forms related to the sea, whether in the field of sociality or art.

  • What discourses, what forms of action are deployed against dominant economies and ideologies?
  • How is conflict between users of the sea played out? What are the discourses used by the different parties involved?
  • To what extent have the concepts of ‘environment’ and ‘ecosystem’ been recycled, and their meaning altered by political discourses?
  • How is the sea expressed in popular art forms, from sea shanties to leisure painting?
  • Are certain practices or users linked to the sea changed into myths, or on the contrary made invisible, in keeping with current dominant visions of the sea?
  • How are the practices linked to the sea represented in literature?
  • Can the practice of writing or other forms of art reshape a globalized perception of seas and oceans?
  • How can the sea help us rethink our understanding of the artistic practice?

Submission guidelines

Abstracts of no more than 1,500 signs for 20-minute papers in English or in French must contain the following:

  • First and last names, contact e-mail.
  • Academic affiliation
  • Research interests and recent publications
  • A provisional title for your paper

Proposals should be sent

no later than 15 March 2017

to pagejones@univ-brest.fr, yvanne.bouvet@univ-brest.fr. Notification of acceptance will be given around 15 April 2017.

A selection of papers will be published in a collective work.

Scientific Committee

  • Dr Yvanne Bouvet (University of Western Brittany, France)
  • Pr Omer Chouinard (University of Moncton, Canada)
  • Dr Catherine Conan (University of Western Brittany, France)
  • Dr Simon Foale (James Cook University, Australia)
  • Dr Sophie Gondolle (University of Western Brittany, France)
  • Dr Géraldine Le Roux (University of Western Brittany, France)
  • Dr Camille Manfredi (University of Western Brittany, France)
  • Pr Elisabeth Michel-Guillou (University of Western Brittany, France)
  • Dr Bertrand Le Gallic (University of Western Brittany, France)
  • Dr Kimberley Page-Jones (University of Western Brittany, France)
  • Pr Pierrick Pourchasse (University of Western Brittany, France)
  • Dr Peter Weiss (University of the Westfjords, Iceland)

Organisation

  • Dr Yvanne Bouvet
  • Dr Catherine Conan
  • Dr Kimberley Page-Jones

[1] Pierre Cassou-Noguès, Métaphysique d’un bord de mer, Les Editions du Cerf, 2016, p.366.

Lieux

  • Salle B001 - Faculté des Lettres et Sciences Humaines - 20 rue Duquesne
    Brest, France (29200)

Dates

  • mercredi 15 mars 2017

Mots-clés

  • mer, ressource, maritime, pratique, discours, consommation, résistance

Contacts

  • Kimberley Page-Jones
    courriel : pagejones [at] univ-brest [dot] fr

Source de l'information

  • Kimberley Page-Jones
    courriel : pagejones [at] univ-brest [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Discours sur la mer, résistance des pratiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 janvier 2017, http://calenda.org/389591