AccueilÉducation technologique, formation professionnelle et innovation

Éducation technologique, formation professionnelle et innovation

Technological education, professional training and innovation

Cinquième colloque international du RAIFFET (Réseau africain des institutions de formation de formateurs de l’enseignement technique)

5th conference of the RAIFFET (the African network of technical training institutions)

*  *  *

Publié le mercredi 11 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque doit favoriser les échanges entre partenaires et surtout avec les participants de ces programmes. Il n’est pas le seul rendez-vous des institutionnels mais il est l’occasion de développer les coopérations et ainsi promouvoir les pratiques innovantes et la professionnalisation des acteurs de la formation à et par la recherche en éducation de l’ensemble des partenaires du réseau. L’organisation de ce colloque sera l’occasion d’assurer la diffusion des résultats des recherches conduites dans ce domaine ; de favoriser le développement futur de programmes communs et de soutenir la publication scientifique afin de valoriser les recherches conduites au-delà des réseaux locaux.

Annonce

1. Contexte et présentation de la manifestation

Ce colloque s’inscrit dans la dynamique impulsée par le réseau depuis plusieurs années. Le choix de l’orienter sur l’innovation répond à ce souci de développer des pratiques innovantes de formation en Education Technologique et Formation Professionnelle (ETFP) qui puissent répondre à l’environnement local.

La création de la chaire Unesco en partenariat avec l’ENSETP de Dakar et l’ESPE d’Aix Marseille, la mise en œuvre d’un programme Erasmus Mundus Europe- zone ACP sont autant de perspectives qui vise à développer et structurer la coopération universitaire interinstitutionnelle pour penser ces pratiques innovantes de formation et la professionnalisation des acteurs dans les domaines de l’éducation scientifique, technologique et professionnelle.

Par ailleurs, le RAIFFET développent des programmes de formation professionnelle en Afrique qui étendent ses actions de renforcement des institutions de formation de formateurs et de mutualisation des compétences et des ressources.

2. Les objectifs visés

Ce colloque doit favoriser les échanges entre partenaires et surtout avec les participants de ces programmes. Il n’est pas le seul rendez-vous des institutionnels mais il est l’occasion de développer les coopérations et ainsi promouvoir les pratiques innovantes et la professionnalisation des acteurs de la formation à et par la recherche en éducation de l’ensemble des partenaires du réseau. L’organisation de ce colloque sera l’occasion d’assurer la diffusion des résultats des recherches conduites dans ce domaine ; de favoriser le développement futur de programmes communs et de soutenir la publication scientifique afin de valoriser les recherches conduites au-delà des réseaux locaux.

Par ailleurs, ce colloque vise à accompagner les doctorants et post-doctorants dans une démarche de communications et de publications scientifiques. Dans cette perspective, les actes du colloque seront publiés et une sélection de textes fera l’objet d’une publication de la revue référencée par l’AERES : Distance et Médiations des Savoirs (https://dms.revues.org) »

3. Les dates, lieux et audiences des précédentes éditions, le cas échéant

Organisation de quatre colloques internationaux

  • 1er colloque international : 22-25 mars 2005 à Libreville (Gabon) : Education technologique, formation professionnelle et développement durable
  • 2ème colloque international : 15-18 avril 2008 à Tunis (Tunisie) : Education technologique, formation professionnelle et lutte contre la pauvreté
  • 3ème colloque international : 24-27 octobre à Dakar (Sénégal) : Education technologique, formation professionnelle et égalité des chances
  • 4ème colloque international : 28-31 octobre 2014 à Marrakech (Maroc) : Education technologique, formation professionnelle et formation des enseignants

4. Les retombées attendues pour l’université

En renforçant la position de l’ENSET et du RAIFFET dans le paysage méditerranéen et Africain sur des questions liées à l’éducation scientifique, technologique et professionnelle, l’impact du colloque pour l’université se décline en 3 axes :

1- Impact sur la formation des enseignants à l’Université de Douala : L’ENSET est bien positionnée au sein des établissement de formation professionnelle et technique pour se poser en référente dans le lien à construire entre formation des enseignants et résultats de la recherche en plus d’être le premier établissement du supérieur à former les enseignants de la section technique. En particulier, les résultats des recherches, menées dans le cadre du RAIFFET, ouvrent vers une prise en compte de ces résultats dans la formation des formateurs de l’ENSET, des étudiants se destinant aux métiers de l’éducation et de la formation, mais également des enseignants chercheurs.

2- Impact sur la mobilité étudiante : l’ENSET pourra bénéficier de l’expérience acquise dans le cadre du programme Erasmus Mundus STETTIN à travers la mise en œuvre des partenariats par le biais de l’accueil de doctorant du pourtour méditerranéen au sein de l’équipe GESTEPRO de l’EA 4671 ADEF (Apprentissage Didactique, Evaluation Formation)

3- Impact sur la mobilité enseignante et structuration de la recherche en éducation sur le pourtour méditerranéen et en Afrique : accueil d’enseignants chercheurs des différentes universités et renforcement du réseau à même de répondre rapidement à des appels à projets internationaux.

Ces différentes retombées s’inscrivent dans une politique plus globale d’AMU de renforcement du positionnement international de l’université et de de son rôle à jouer dans la zone méditerranéenne et africaine.

5. Contenus et activités

a. Contenus pédagogiques

Ce cinquième colloque sera l’occasion de confronter les points de vue en matière de formation et de professionnalisation des enseignants dans les disciplines scientifiques, technologiques et professionnelles, qu’il s’agisse de regarder cette question au niveau de l’école de base dans le cadre de l’éducation pour tous (EPT), dans celui de l’éducation et la formation technologique et professionnelle (EFTP) ou dans celui de la pédagogie universitaire. Trois thèmes principaux organiseront les différentes communications proposées :

  • Méthodes pédagogiques, situations didactiques et organisations de formation innovantes et leur efficacité en matière d’apprentissage et de développement des compétences professionnelles des enseignants
  • Nouveaux outils, nouvelles pratiques, le rôle des technologies numériques dans l’éducation et la formation technologique et professionnelle
  • Pratiques innovantes en formation et professionnalisation : pédagogie universitaire

Dans chacun des thèmes une attention particulière sera portée sur les impacts sociétaux.

Premier thème : Méthodes pédagogiques, situations didactiques et organisations de formation innovantes et leur efficacité en matière d’apprentissage et de développement des compétences professionnelles des enseignants

Les métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation appartiennent à la catégorie des métiers d’interactions humaines (enseigner, former, soigner, accompagner, aider, conseiller, assister, animer…). Ils requièrent l’adhésion du sujet, objet de l’intervention, et visent sa transformation. Trois éléments – le collectif de travail, l’environnement institutionnel et le contexte organisationnel – impactent les pratiques, mettant en tension deux registres de compétences, celles qui relèvent de l’objet du service, les contenus d’enseignement par exemple, et celles qui organisent la communication de cet objet. Cette tension se traduit en oppositions fortes de l’un envers l’autre par l’exagération de la prégnance de l’un sur l’autre. Ainsi, l’académisme disciplinaire est opposé au pédagogisme scolaire, comme si l’un ou l’autre ne pouvait coexister dans la formation professionnelle d’un enseignant, comme si l’on pouvait se soucier exclusivement de l’un sans se préoccuper de l’autre. Les pratiques professionnelles des enseignants – il en est de même pour les formateurs – sont plus compréhensives et articulent finement les savoirs professionnels qui combinent ces deux registres de compétences. Les analyses des pratiques permettent d’identifier trois registres de savoirs professionnels : la maitrise des savoirs à enseigner, la maitrise de l’enseignement de ces savoirs et la maitrise du rôle d’enseignant acteur du système éducatif dans lequel il agit. Cette organisation en niveaux de maitrise est opérationnelle pour décrire l’un ou l’autre des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation. Pour autant, chacun de ces registres n’est pas indépendant l’un de l’autre. Leurs interrelations doivent être mises en tension permanente dans le cursus de formation. L’objectif étant de former des professionnels, cette mise en tension doit s’exprimer par la mise à l’épreuve de l’acquisition des connaissances dans le cadre des enseignements dispensés dans l’institution de formation avec la construction des compétences construites tout au long des périodes de stages professionnels.

Dans ce thème, les propositions s’attacheront à présenter des expérimentations ou des travaux de recherches qui se fondent sur des approches innovantes de développement des compétences. Les organisations pédagogiques telles que l’approche par projet, les organisations basées sur la résolution de problèmes (de préférence à partir de problèmes « réels » en lien avec les situations professionnelles rencontrées sur le terrain par les étudiants lors de leurs différents stages professionnels), la pédagogie inversée, les groupes de travail métier, l’accompagnement et le suivi individualisé, l’école ouverte, l’adossement des formations aux méthodologies de recherche scientifique etc., sont autant de modalités qui permettent de rompre avec une approche « descendante » de type cours, TD, TP. Les communications retenues pourront adopter des points de vue institutionnels, sociologiques, didactiques, psychologiques…

Deuxième thème : Nouveaux outils, nouvelles pratiques, le rôle des technologies numériques dans l’éducation et la formation technologique et professionnelle

Aujourd’hui, nul besoin de revenir sur l’intérêt sans cesse croissant de l’apport du numérique dans l’éducation et la formation aussi bien initiale que continue. Nous le devons prioritairement aux secteurs des télécommunications et des TICs qui ont connu de profondes mutations au cours de ces dernières années, entrainant au passage, des bouleversements sans précédents dans tous les domaines de la vie. Dans la majorité des pays de grands projets sont en cours dans le but d’assurer le désenclavement numérique, de généraliser l’usage du numérique dans l’optique d’améliorer les conditions de vie et également les conditions et les moyens d’acquisition et de transmission des savoirs. Les Technologies de l’Information et de la Communication se développent sur le continent Africain et s’imposent de plus en plus comme facteurs incontournables de transmission des savoirs dans l’enseignement technologique et professionnel. Les futurs enseignants sont astreints à leur utilisation, les formateurs des formateurs les emploient soit par effet de mode soit pour améliorer la transmission. De nouvelles formes d’hybridisme sont expérimentées, le présentiel ne semble plus contenir toute la demande active en matière de diffusion du savoir.

Cette thématique sera l’occasion pour les experts et les acteurs de l’éducation de répondre à de nombreux questionnements en matière d’évolution numérique et e-innovation pédagogique dans l’enseignement technologique et professionnel. Il permettra d’évaluer la pénétration des technologies nouvelles en milieu éducatif africain et leurs impacts sur l’apprentissage ; de réfléchir aux nouveaux défis à relever et proposer des lignes directrices nécessaires à faire du numérique le véritable moteur du décollage collaboratif, éducatif et socioculturel de chaque pays.

Troisième thème : Pratiques innovantes en formation et professionnalisation : pédagogie universitaire

L’enseignement universitaire repose encore trop largement sur un modèle transmissif descendant, fondé sur une approche par les contenus. Ce modèle montre ses limites dans les résultats des étudiants avec de forts taux d’échecs qui se traduisent par des abandons d’étude assez importants et une très faible adéquation entre les connaissances universitaires enseignées et les compétences à développer, notamment si l’on considère les questions d’adéquation des formations aux emplois susceptibles d’être occupés par les étudiants à l’issue de leur formation, pour ceux qui obtiennent un diplôme. La professionnalisation croissante des diplômes universitaires, en corrélation avec le taux d’employabilité des étudiants diplômés, et la réduction de l’échec universitaire sont au cœur de toutes les évolutions des systèmes universitaires. La structuration des formations dans des cursus organisés selon l’architecture LMD (licence, master, doctorat) engagée dans le cadre du processus de Bologne, suppose de repenser les organisations de formations (unités d’enseignement, semestrialisation, progression des cycles, professionnalisation des cursus…) et leurs modalités d’évaluation (évaluation du développement des compétences, contrôle continu…). De telles organisations impliquent de refonder complètement la pédagogie universitaire en abandonnant la traditionnelle organisation cours magistral, travaux dirigés d’application des cours et travaux pratiques.

Ce thème doit permettre de faire le point sur les pratiques et les recherches en pédagogie universitaire. Les propositions de communications proposées pourront aborder un ou plusieurs aspects tels que : les outils pédagogiques, les pratiques d’évaluation, l’approche par compétences et l’innovation dans l’enseignement supérieur. Il sera aussi l’occasion de créer des collaborations entre les praticiens et les chercheurs pour promouvoir la recherche-action en matière de pédagogie universitaire.

b) Programme culturel

Sont prévues, au titre du programme culturel :

  • Grand prix jeune chercheur du RAIFFET : ouvert pour tous les doctorants ou jeunes docteurs (ayant soutenu leur thèse depuis moins de deux ans)
  • Une exposition organisée par les partenaires du projet ;
  • Une soirée culturelle ;
  • Des excursions sur des sites touristiques préalablement identifiés ;
  • Une soirée de gala.

c) Le comité scientifique

  • France (AMU) : Hélène Cheneval ARMAND (Présidente), Jacques Ginestié, Stéphane Brunel (Université de Bordeaux) et Philippe Girard (Ecole de l’air)
  • Norvège : Turid Trebbi
  • UNESCO : Edem Adubra, Hervé Huot Marchand
  • Burkina Faso : Mathias Kyelem, Jean-Claude Bationo
  • Cameroun : Pierre Fonkoua, Julia Ndibnu
  • Espagne : Blanca Barredo
  • Gabon : Jean Sylvain Bekale Nze, Christian Mouity, Emmanuel Moudouma
  • Grèce : Konstantinos Ravanis
  • Guinée équatoriale : Tito Mitogo
  • Mali : Madi Goudiam
  • Maroc : Mourad Taha Janan, Mohamed Elmahi, Abellah Bah, Labri Ben Larbi
  • Niger : Nana Aicha Goza
  • Nigeria : Muhammed Abubakar
  • Sénagal : Ibrahima Wade, Babacar Gueye, Fatou Diagne, Mortalla Diallo, Aminata Ka
  • Tunisie : Chriraz Ben Kilani, Bassem Jamoussi, Adel Bouras
  • Zimbabwe : Maroni Runesu Nykahadzoyi

d) Comité d’organisation

  • Jean Sylvain Bekale Nze
  • Stephane Brunel
  • Hélène Cheneval Armand
  • Saliou Diouf
  • Jacques Ginestié
  • Jean François Hérold
  • Hervé Huot Marchand
  • Yves Martinez
  • Bekolo Claude
  • Julia Ndibnu Messina Ethe
  • Fasse Mbouya Innocent
  • Bruno Dzounesse Tayim
  • Guy Oliveri

e) Calendrier et dépôt des communications

  • Communication complète de 15 000 caractères (espaces et ponctuations compris) hors bibliographie.
  • Lancement appel à communications : 24 octobre 2016
  • Soumission des articles :15 janvier 2017

  • Notification acceptation et demandes corrections :31 mars 2017
  • Dépôt des articles finis :30 mai 2017

f) Grand prix jeune chercheur du RAIFFET

Ouvert pour tous les doctorants ou jeunes docteurs (ayant soutenu leur thèse depuis moins de deux ans). Fournir en plus de la communication, un CV et une liste des publications. Remise du prix lors de la soirée de gala.

Inscription au colloque sur le lien https://raiffet.org/login

Lieux

  • Université de Douala
    Douala, Cameroun (755, Douala)

Dates

  • dimanche 15 janvier 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Formation, numérique, technologie, emploi, éducation, linguistique, économie, politique

Contacts

  • Julia Ndibnu
    courriel : ju_messina [at] yahoo [dot] fr
  • guy Oliveri
    courriel : oliveriguy [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • guy Oliveri
    courriel : oliveriguy [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Éducation technologique, formation professionnelle et innovation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 11 janvier 2017, http://calenda.org/389682