AccueilLes géographies de Tintin

Les géographies de Tintin

The geographies of Tintin

*  *  *

Publié le mardi 17 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

Le Grand Palais programme une exposition sur Hergé, de septembre 2016 à mars 2017, et que les événements à l’initiative des sociétés Moulinsart et Casterman, du musée Hergé, ou des nombreuses associations tintinophiles s’enchaînent sans discontinuer, la Société de géographie souhaite apporter sa pierre à l’édifice des innombrables travaux sur les albums de Tintin, mobilisant les tintinophiles convaincus, acceptant les propositions des déviants tintinolâtres, voire tintinopathes et n’ excluant pas d’éventuelles contributions tintinophobes. On s’interrogera sur le fait de savoir si Tintin est un fédérateur, un catalyseur des multiples façons de faire de la géographie ou s’il est au contraire un révélateur des dissensions, des forces contradictoires parcourant cette vieille discipline.

Annonce

Argumentaire

Les écrits sur Tintin connaissent une croissance exponentielle. Olivier Roche et Dominique Cerbelaud en tiennent une comptabilité critique dans leur ouvrage et ses mises à jour « Tintin bibliographie d’un mythe », paru en 2014 aux Impressions nouvelles.

Tous les angles d’attaques (au sens virulent du terme parfois) ont été abordés.

Alors que le Grand Palais programme une exposition sur Hergé, de septembre 2016 à mars 2017, et que les événements à l’initiative des sociétés Moulinsart et Casterman, du musée Hergé, ou des nombreuses associations tintinophiles s’enchaînent sans discontinuer, la Société de Géographie souhaite apporter sa pierre à l’édifice des innombrables travaux sur les albums de Tintin, en organisant un colloque prévu les vendredi 20 et samedi 21 janvier 2017, mobilisant les tintinophiles convaincus, acceptant les propositions des déviants tintinolâtres, voire tintinopathes et n’ excluant pas d’éventuelles contributions tintinophobes. Le titre choisi en est « Les géographies de Tintin ». Le titre pluriel est volontairement provocateur, rompant avec la vision d’une géographie une et indivisible. Il est en phase avec le palimpseste des approches géographiques spécialisées portant sur la géographie rurale, urbaine, tropicale, physique (géomorphologie, climatologie, hydrologie, biogéographie), de la population, du tourisme, culturelle, économique, des transports, de la mer, du commerce, de la santé… et bien d’autres géographies encore comme la géopolitique, la géomatique, la géographie du genre, du patrimoine, de l’imaginaire…

Chaque géographe rattaché à l’une de ces sensibilités pourra proposer une lecture de la façon dont Tintin fait de la géographie sans le savoir, sans le vouloir ou au contraire de façon construite et argumentée. Quelles villes, quels espaces ruraux, quels fleuves, quels ciels, quels milieux, quels paysages, quelles cultures, quels comportements, quels conflits, quels concepts,… sont donnés à voir et imprègnent les faits, les gestes et les dires du curieux reporter, journaliste, routard, explorateur, s’aventurant dans des contrées peu ou mal connues dans l’entre-deux-guerres ou le proche après-guerre de 39/45.

On s’interrogera sur le fait de savoir si Tintin est un fédérateur, un catalyseur des multiples façons de faire de la géographie ou s’il est au contraire un révélateur des dissensions, des forces contradictoires parcourant cette vieille discipline.

Il s’agit en fait de prolonger les réflexions amorcées par Jean-Louis Tissier qui avait proposé, dès 2001, le thème de l’hergéographie, abordé lors d’un café géographique particulièrement stimulant.

Programme

Vendredi 20 janvier 2017 

10 h 00 – 10 h 30 : Mots d’accueil

  • Jean Robert PITTE, Président de la société de Géographie
  • Olivier ARCHAMBEAU, Président la Société des Explorateurs Français
  • Paul ARNOULD, Professeur des universités, Ecole normale supérieure de Lyon

Géographies familières

Président de séance : Paul ARNOULD

  • 10 h 30 – 11 h 00 : Jean-Yves PUYO, Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Vive le général Alcazar ! C’est un lascar ! »
  • 11 h 00 – 11 h 30 : Sylvain KAHN, Professeur à Sciences-Po, « L’Europe et les européens au miroir de Tintin »
  • 11 h 30 – 12 h 00 : Vincent VESCHAMBRE, Enseignant-chercheur à l’ENSA Lyon, « La carte dans les aventures de Tintin »
  • 12 h 00 – 12 h 30 : Antoine LAPORTE, Maître de conférences à l’ENS de Lyon, « Des capitales dessinées »

12 h 30 : déjeuner

Géographies des géographes

Président de séance : Olivier ARCHAMBEAU

  • 14 h 00 – 14 h 30 : Paul ARNOULD, Professeur à l’Ecole normale supérieure de Lyon, « Tintin biogéographe ? Plus totémiste que naturaliste »
  • 14 h 30 – 15 h 00 : Joël FORTHOFFER, Expert ferroviaire au Comité International des Transports à Berne, « La géographie des transports et Tintin »
  • 15 h 00 – 15 h 30 : Anna MADOEUF, Professeur à l’Université F.-Rabelais de Tours, « Tintin, géographe et touriste. Quelques selfies »
  • 15 h 30 – 16 h 00 : Alain MIOSSEC, Professeur émérite des Universités, Recteur d’Académie honoraire « Tintin et la mer »

16 h 00 – 16 h 30 : pause-café

  • 16 h 30 – 17 h 00 : Erika THOMAS, Professeur des Universités, Catho de Lille, « Géographie et stéréotypie dans Tintin et l’oreille cassée »
  • 17 h 00 – 17 h 30 : Jean-Robert PITTE, Professeur à l’Université Paris 4, « Une sommaire géographie alimentaire de la planète »

19 h 00 – 21 h 30 : banquet tintinophile au Mabillon

Samedi 21 janvier 2017 

Géographies rebelles

Président de séance : Jacques LANGLOIS

9 h 00 – 9 h 30 : Patrick SANSOY, Psychologie clinicien, « Géopolitique des drogues »

  • 9 h 30 – 10 h 00 : Bernard SPEE, Enseignant au Collège Saint-Hadelin à Visé (Belgique), « Géographie de l’enfance malheureuse »
  • 10 h 00 – 10 h 30 : Aymeric LANDOT, Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Cergy-Pontoise, Président du laboratoire junior Sciences Dessinées de l’ENS Lyon, « Bachi Bouzouk et autres Tonnerres de Brest : des insultes géographiques »

10 h 30 – 11 h 00 : Pause-café

  • 11 h 00 – 11 h 30 : Renaud NATTIEZ, Inspecteur général de l’Education Nationale, « Les Aventures de Tintin : une géographie parallèle »
  • 11 h 30 – 12 h 00 : Frédéric LAMANTIA, Enseignant à l’Université Catholique de Lyon, « Les espaces musicaux de Tintin »
  • 12 h 00 – 12 h 30 : Laurence LE DU-BLAYO, Maître de conférences à l’Université Rennes 2, « Les géographies sous-marines de Tintin »

12 h 30 : déjeuner

Géographies transversales

Président de séance : Olivier ARCHAMBEAU

  • 14 h 00 – 14 h 30 : Jean-Pierre THIBAULT, cadre administratif, Ministère de l’Environnement, « Tintin ou le voyage intérieur »
  • 14 h 30 – 15 h 00 : Aymeric LANDOT, Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Cergy-Pontoise, « Préjugés raciaux, stéréotypes colonialistes, archétypes littéraires »
  • 15 h 00 – 15 h 30 : Jean-Louis TISSIER, Professeur émérite à l’Université Paris 1, « Tintin et les îles »
  • 15 h 30 – 16 h 00 : Yves-François LE LAY, Maître de conférences à l’ENS de Lyon & Emeline COMBY, ATER géographie à l’Ecole normale supérieure (CERES), « Hergé et Tintin pirates des eaux douces »

16 h 00 – 16 h 30 : Pause-café

  • 16 h 30 – 17 h 00 : Chantal DHENNIN-LALART, Professeur à l’Université de Lille, « La notion de territoire dans les bijoux de la Castafiore »
  • 17 h 00 – 17 h 30 : Bertrand PORTEVIN, Médecin, « Mais où est donc l’île au trésor de Rackham ? Un exemple de géographie céleste »
  • 17 h 30 – 18 h 00 : Synthèse, Olivier ROCHE , Association « Les Amis de Hergé »

Lieux

  • Société de Géographie, Amphithéâtre - 184 Boulevard Saint Germain
    Paris, France (75006)

Dates

  • vendredi 20 janvier 2017
  • samedi 21 janvier 2017

Mots-clés

  • Tintin

Contacts

  • Sylvie Rivet
    courriel : societegeographie [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Emmanuel Véron
    courriel : emmanuel [dot] veron [at] inalco [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les géographies de Tintin », Colloque, Calenda, Publié le mardi 17 janvier 2017, http://calenda.org/390330