AccueilParole(s) des enfants et droits des enfants (XXe-XXIe siècle)

Parole(s) des enfants et droits des enfants (XXe-XXIe siècle)

Word(s) of children and rights of children (XXth-XXIst century)

*  *  *

Publié le mardi 17 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

Le programme pluridisciplinaire « EnJeu[x] Enfance et Jeunesse » organise un colloque international sur les paroles et les droits des enfants aux XXe et XXIe siècles. Sont attendues, d’une part des interventions proposant une réflexion sur les sources, les corpus, l’accès aux données, les méthodes et les procédures des chercheurs en sciences humaines et sociales et des praticiens autour du recueil de la parole de l’enfant ; d’autre part des monographies et études de cas à différentes échelles présentant des avancées dans les connaissances.

Annonce

Colloque international du programme pluridisciplinaire EnJeu[x] Enfance et Jeunesse, mercredi 22 et jeudi 23 novembre 2017 à Angers

Argumentaire

Le XXe siècle a été vu comme celui d’un progrès dans la prise en considération et la valorisation de la parole de l’enfant. La Convention Internationale des Droits de l’Enfant de 1989 a proclamé le droit d’expression, le droit d’opinion et le droit d’association (articles 12 à 15). Le recueil et le respect de la parole de l’enfant sont des enjeux forts pour l’avenir. À l’occasion du 25e anniversaire de la CIDE (2014), estimant la parole de l’enfant « innovante et nécessaire », l’UNICEF avait donné la parole à des enfants du monde afin qu’ils puissent dire leurs rêves et leurs souhaits. Le présent colloque vise à interroger la place de la parole des enfants et des jeunes dans la définition et la construction de leurs droits.

Le respect de la parole de l’enfant

Les enfants doivent être perçus comme acteurs et non pas seulement en tant qu’objets d’étude, comme cela a été le cas pendant longtemps. Ils représentent une source d’information importante (leur parole, mais plus généralement leur point de vue, leur ressenti) qui doit être prise en compte dans la recherche académique afin de mieux comprendre leurs réalités vécues. Ils ont été trop perçus comme des êtres passifs, dépendants ou incomplets. Ils sont maintenant perçus par les chercheurs comme des membres à part entière de la société et pour ce qu’ils sont en tant qu’enfants aujourd’hui, non pas seulement pour ce qu’ils seront demain... La perception par l’enfant et l’expression de l’enfant sur son environnement, sur son bien-être ou mal-être, sont des clés de compréhension que doivent activer les sciences sociales.

Protection et citoyenneté

Aujourd’hui, la parole d’enfants victimes ou témoins peut être déterminante dans le déclenchement d’interventions de type médico-psycho-social, comme dans le déroulement de procédures judiciaires. Or, le recueil de la parole des enfants, et notamment des plus jeunes, n’est pas aisé. Les souvenirs de l’enfant peuvent en effet être altérés par de nombreux facteurs contextuels (caractéristiques propres à l’interrogatoire) et individuels (personnalité et aptitudes cognitives des enfants). Leur connaissance et leur prise en compte lors du recueil de la parole sont indispensables dès lors que l’on souhaite rendre compte de la réalité des faits.

La dimension citoyenne de la parole de l’enfant est de plus en plus sollicitée par exemple dans les conseils municipaux d’enfants ou des structures équivalentes. L’expression des enfants dans les lieux d’éducation, tout au long de leur parcours scolaire, et la prise en considération de cette expression est un chantier en construction qui pose de nombreuses questions.

Parole de l’enfant en institutions

Dans les institutions éducatives, après avoir longtemps été confinée, étouffée et crainte, depuis les années 1950, des experts de la jeunesse prêtent l’oreille à la parole des enfants. Cette attention comporte des effets paradoxaux : libération de la parole par les sciences du psychisme et le métier d’éducateur, mais aussi intrusion dans l’intimité des enfants et adolescents. Quoi qu’il en soit, cette valorisation de la parole juvénile ouvre la voie à une réflexion sur la construction des subjectivités, la fabrication des identités, et plus généralement sur la prise en considération de la jeunesse comme groupe social dans les sociétés. La parole est également au cœur de la question mémorielle à l’égard de l’expérience de l’institutionnalisation, qui prend de l’ampleur dans les sociétés occidentales. Longtemps contenue, l’expression d’une mémoire douloureuse de l’enfermement dans les institutions de protection de la jeunesse a surgi, depuis plusieurs années, dans le débat public.

Outre ces quelques thématiques, les questionnements ne sont pas limités.

Conditions de soumission

Sont attendues, d’une part des interventions proposant une réflexion sur les sources, les corpus, l’accès aux données, les méthodes et les procédures des chercheurs en sciences humaines et sociales et des praticiens autour du recueil de la parole de l’enfant ; d’autre part des monographies et études de cas à différentes échelles présentant des avancées dans les connaissances.

Au cours du colloque, en lien avec le réseau des Villes amies des enfants de l’UNICEF France, des partages d’expérience de pratiques autour de la participation des enfants seront proposés.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Les propositions de communication (400 mots maximum, en français ou en anglais) accompagnées d’une présentation biographique et bibliographique de leurs auteurs sont à envoyer conjointement à yves.denechere@univ-angers.fr et blandine.charrier@univ-angers.fr

avant le 10 avril 2017.

Il ne sera pas demandé de frais d’inscription aux communicants ; l’organisation prendra en charge leur hébergement et leurs repas, mais pas leurs frais de déplacement.

Comité  scientifique et d’organisation

  •  Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine, université d’Angers, CERHIO directeur du programme EnJeu[x]
  •  Blandine Charrier, ingénieure d’études, coordination du programme EnJeu[x]
  •  Edwige Chirouter, MCF en philosophie, université de Nantes, ESPE Le Mans, CREN, Chaire UNESCO « pratique de la philosophie avec les enfants »
  •  Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique, université d’Angers, CERHIO
  •  David Niget, MCF histoire contemporaine, université d’Angers, CERHIO
  •  Ariane-Matthieue Nougoua, direction du Plaidoyer, UNICEF France
  •  Hervé Rihal, professeur de droit, université d’Angers, CJB
  •  Catherine Sellenet, professeure en sciences de l’éducation, université de Nantes, CREN
  •  Antony Taillefait, professeur de droit, université d’Angers, CJB
  •  Nadège Verrier, MCF HDR en psychologie, université de Nantes, LPPL

Lieux

  • Maison de la recherche Germaine Tillion - 5 bis boulevard Lavoisier
    Angers, France (49)

Dates

  • lundi 10 avril 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • children, rights, testimony, protection, citizenship

Contacts

  • Blandine Charrier
    courriel : blandine [dot] charrier [at] univ-angers [dot] fr

Source de l'information

  • Blandine Charrier
    courriel : blandine [dot] charrier [at] univ-angers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Parole(s) des enfants et droits des enfants (XXe-XXIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 17 janvier 2017, http://calenda.org/390426