AccueilFidel Castro et « L'histoire m'acquittera »

Fidel Castro et « L'histoire m'acquittera »

Fidel Castro: "History will pardon me"

Révolution, rupture et permanence. Hommage al màximo cubain

Revolution, rupture and permanence, a tribute

*  *  *

Publié le mercredi 25 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

L'hommage rendu à Fidel Castro lors de la journée d'étude a pour ambition d'historiciser Cuba, le peuple et la politique cubaine. La journée va permettre de revisiter la révolution castriste en rappelant ses enjeux, ses défis, et de mesurer la possibilité d'une conscience historique qui fonde la cohésion des éléments d'un même espace.

Annonce

Journée internationale d’étude, Université Omar Bongo de Libreville, 23 juin 2017

Argumentaire

A la fin du XIXème siècle et au début du XX, lorsque les anciennes colonies espagnoles, aidées par les Etats Unis d’Amérique, accèdent à la « souveraineté nationale limitée » par des insurrections et des révolutions, l’impérialisme nord-américain remplace de facto le système colonial espagnol. Pour asseoir leur influence dans les Républiques nouvellement constituées, les Nord-Américains installent des gouvernements dictatoriaux. C’est dans ce contexte que Fulgencio Batista arrive au pouvoir à Cuba en 1934, après avoir renversé le gouvernement révolutionnaire de Ramón Grau San Martin.

Animé par les idéaux de nationalisme de José Martí (Cuba, 1853-1895), d’une part, et d’anti-impérialisme de Juan Domingo Perón (Argentine, 1895-1974) d’autre part, Fidel Castro s’insurge en révolutionnaire.

« Des leaders comme Fidel et Chávez ne sont pas nommés par décret, ne se fabriquent pas, tout simplement ils naissent, se développent, se consolident avec leur pensée et leur action et nous, les gens des peuples, nous les suivons dans n’importe quelle circonstance », souligne le professeur Adán Chávez, frère du président vénézuélien décédé en mars 2013, lors d’un colloque organisé le 12 août 2016 à l’Institut Cubain d’Amitié avec le peuple (ICAP).

 Père de la révolution cubaine de 1959, Fidel Castro a été, pendant cinq décennies, une figure historique de l’anti-impérialisme.

« Condamnez moi, cela est sans importance, l’histoire m’acquittera ». Cette phrase prononcée par Castro lors de son procès pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, est porteuse d’un héroïsme qui le conduit à la certitude d’être un intemporel, qui alimente et alimentera les livres d’histoire. La Révolution est soutenue par une très large majorité de la population cubaine lassée de la corruption et des exactions de Batista (1940-1944 et 1952-1959). S’inscrivant dans la pensée de José Martí reconnu comme père de l’indépendance de la nation cubaine, Fidel Castro entreprend un certain nombre de réformes pour mettre le pays en mouvement. Aussi, en mars 1959, condamne t- il publiquement la discrimination raciale et encourage un débat national sur cette problématique.

L’hommage rendu à Fidel Castro lors de la journée d’étude a pour ambition d’historiciser Cuba, le peuple et la politique cubaine.

La journée va permettre de revisiter la Révolution castriste tout en rappelant ses enjeux, ses défis, et de mesurer la possibilité d’une conscience historique qui fonde la cohésion des éléments d’un même espace. Pour ce faire, nous interrogeons des concepts tels rupture et permanence qui légitiment le caractère changeant, dynamique de l’Histoire. Le changement se réfère ici aux transformations que subit le peuple impliquant l’apparition de nouvelles pratiques organisationnelles ou d’un nouvel homme politique. C’est plus ou moins l’idée de changement qui est contenue dans le concept de rupture telle que définit par Manuelle Peloille et Hélène Goujat (La rupture dans les sciences sociales, 2006).

Axes thématiques

Axes de réflexion et de recherche proposés :

Les propositions de communication pourront relever de champs disciplinaires variés.

Elles s’inscriront dans un ou plusieurs des axes proposés ci-dessous. Elles préciseront le contexte général de la discipline dans laquelle l’étude est menée, la problématique clairement énoncée et en adéquation avec le thème choisi, enfin la méthodologie adoptée.

Axe 1 : Fidel Castro : un personnage controversé ?

« Aimé et détesté », c’est en substance ce que retient Le Courrier International de novembre 2016, à propos de Castro. Evoquer Fidel Castro, serait donc ouvrir un débat controversé, autant l’homme et son œuvre peuvent être magnifiés comme ils peuvent faire l’objet de nombreuses critiques. Certains politologues l’accuseraient d’avoir transformé le rêve révolutionnaire en dictature autoritaire. Le panel discutera de la controverse autour du personnage.

Axe 2 : Fidel Castro et la cubanité

Face à la recherche de leur identité, les cubains ont eu recours à un concept nouveau : la cubanité. Elle définit l’homme cubain en prenant compte ses différentes facettes. C’est donc un concept qui semble traduire « l’ajiaco » dont parle Fernando Ortiz, c’est-à-dire un métissage qui fusionne les différents composants. L’objectif du panel est de revisiter le concept cubanité.

Axe 3 : Fidel Castro en héritage dans le monde

L’un des piliers idéologiques de la Révolution cubaine a été l’engagement internationaliste et la solidarité avec les révolutions tiers-mondistes. Dans l’esprit des « barbudos de la Sierra Maestra », Cuba n’est qu’une étape sur le chemin de la libération du continent sud-américain et de la plupart des pays africains qui cherchent à asseoir leur indépendance économique et politique, à vaincre la misère et l’analphabétisme. Du moins, c’est le sens de l’accord tacite entre Ernesto Che Guevara et Fidel Castro dans les premières années de la Révolutions. Dans ce panel, il s’agira de voir l’influence ou l’impact de l’internationalisme de la Révolution cubaine dans les pays tiers-mondistes depuis les années 1960 jusqu’à nos jours.

Axe 4 : Révolution, Rupture et Permanence : Regards croisés sur l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes

Sous les aspects socioculturel, linguistique et politique, l’Histoire qui met en lien l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes, est caractérisée par des révolutions, des ruptures et des permanences (colonialisme, postcolonialisme, néocolonialisme). Révolution, rupture et permanence sont des concepts usités pour comprendre et interpréter les faits historiques. L’objectif du présent axe est de confronter, de croiser les moments de changements, et d’apprécier les nouveaux lieux de partage après la rupture, le cosmopolitisme et l’hétérogénéité dans un contexte de rapports sociaux.

Axe 5 : Session Master

Cette session permet aux étudiant-e-s de niveau Master II dont les travaux ne s’inscrivent pas dans les axes mentionnés de présenter une communication.

Modalités pratiques d’envoi de propositions

Les résumés des communications de 400 caractères et 5 mots clés au format word, avec titre, nom, mention de l’institution de rattachement et e-mail sont à envoyer aux adresses suivantes : oyaneelisabeth@yahoo.fr, bissielo2000@yahoo.fr ;

avant le 28 février 2017 (prolongation de la date limite).

Date limite d’inscription et d’envoi des communications retenues le 30 mai 2017, délai de rigueur pour la publication des actes.

Langues de communication de la journée : français, espagnol

Responsable (s) scientifique(s)

Oyane Megnier Elisabeth

Comité scientifique

  • Victorien LAVOU ZOUNGBO, Université de Perpignan Via Domitia (France)
  • Hugues MOUCKAGA, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Christian LAGARDE, Université de Perpignan Via Domitia (France)
  • Pierre ONDO MEBIAME, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Charles Edgar MOMBO, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Gyno MIKALA, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Didier TABA ODOUNGA, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Pierre NDEMBI MANFOUMBI, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Elisabeth OYANE MEGNIER, Université Omar BONGO (Gabon)
  • Gisèle AVOME MBA, Université Omar BONGO (Gabon)

Comité d’organisation

  • OYANE MEGNIER Elisabeth, Université Omar Bongo, CRAHI
  • ADA ONDO Danielle, Université Omar Bongo, CERILA
  • BISSIELO Gaël Samson, Université Omar Bongo, CERILA, CRAHI
  • KOUMBA Gélase, Université Omar Bongo, CERILA

Lieux

  • Université Omar Bongo- BP 13131
    Libreville, Gabon

Dates

  • mardi 28 février 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • histoire cubaine, révolution castriste, rupture cubanité permanence

Contacts

  • Elisabeth Oyane Megnier Elisabeth
    courriel : oyaneelisabeth [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Élisabeth Oyane Megnier
    courriel : oyaneelisabeth [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Fidel Castro et « L'histoire m'acquittera » », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 25 janvier 2017, http://calenda.org/391111