Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Fragments d'un discours narratif : le « Storytelling » dans tous ses états

Fragments for narrative discourse - Storytelling in all its states

Revue « Synergies Italie »

Synergies Italie journal

*  *  *

Publié le mardi 24 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

Ce numéro de Synergies Italie se propose de revenir sur une notion – celle de storytelling – qui puise sa source dans un passé lointain, ancestral et mythique, et qui semble connaitre un nouvel essor sous des formes sémantiquement renouvelées à l’ère de la mondialisation et des nouvelles frontières du numérique. Si le besoin de raconter des histoires appartient au long chemin du développement de la civilisation humaine, l’utilisation communicationnelle / pragmatique du récit, au-delà des territoires éthiques et esthétiques traditionnels, commence vers les années 1970 en se diffusant rapidement dans le domaine de la communication d’entreprise. L’objectif est de créer un univers narratif global, cohérent et coordonné, dans lequel les fans vont s’immerger à la recherche d’informations, d’indices et de façons de collaborer.

Annonce

Argumentaire

Ce numéro de Synergies Italie se propose de revenir sur une notion – celle de storytelling – qui puise sa source dans un passé lointain, ancestral et mythique, et qui semble connaitre un nouvel essor sous des formes sémantiquement renouvelées à l’ère de la mondialisation et des nouvelles frontières du numérique.

Si le besoin de raconter des histoires appartient au long chemin du développement de la civilisation humaine, l’utilisation communicationnelle/pragmatique du récit, au-delà des territoires éthiques et esthétiques traditionnels, commence vers les années 1970 en se diffusant rapidement dans le domaine de la communication d’entreprise. Désormais, le « nouveau paradigme » de la communication narrative s’est répandu dans d’autres domaines que l’économique (politique, social, culturel, etc.) non sans susciter des réactions contradictoires et des prises de position variées qui laissent entrevoir la nécessité d’une réflexion plus ample et interdisciplinaire. En effet, la transformation de l’« art de conter » en une « technique stratégique » à visée pathémique et persuasive a remis en question la valeur des productions narratives contemporaines issues d’une part des mythologies au service de l’idéologie dominante (Salmon, 2007 ; Citton, 2010) et d’autre part d’un « engagement éthique contre-narratif » (Colloque Sorbonne, 2015). L’impératif communicationnel du XXIe siècle attribue au storytelling un pouvoir immense de création et de diffusion de nouveaux imaginaires aptes à remodeler les modes de pensée et plus généralement à tracer de nouvelles postures énonciatives dans les dispositifs de la communication globale. C’est pourquoi la place de la voix/des voix de la narration joue un rôle essentiel dans la construction des univers fictionnels multiples, variée et interactifs où la médiation identitaire est plongée dans le jeu du pouvoir et du contre-pouvoir de reconfiguration du réel et du brouillage des pistes sémantiques d’interprétation.

D’ailleurs, le storytelling a évolué avec l’introduction des nouvelles technologies dans les stratégies de production et la participation de plus en plus active des publics fans pour devenir ce que Henry Jenkins (2006) a défini comme le transmédia storytelling, une forme de narration qui se déploie sur plusieurs supports médiatiques, numériques ou non numériques. L’objectif est de créer un univers narratif global, cohérent et coordonné, dans lequel les fans vont s’immerger à la recherche d’informations, d’indices et de façons de collaborer. Les travaux sur le transmédia storytelling appliqué aux productions audiovisuelles sont nombreux (Bourdaa, Derhy Kurtz, 2016 ; Scolari, 2013 ; Freeman, 2016 par exemple), mais cette « narration augmentée » (Bourdaa, 2012) peut également se développer autour d’autres champs comme l’éducation, la politique, le patrimoine, ou bien les marques.

Axes thématiques

A partir des études récentes sur la communication narrative aussi bien descriptives/prescriptives (Durand, 2011 ; Gabison, 2012 ; Fontana, 2016) que critiques/polémiques (Salmon, 2007 ; Citton, 2010) dans les différents domaines de la communication média et du transmédia (communication d’entreprise, communication politique, économique, commerciale, publicitaire, journalistique, littéraire et culturelle) nous proposons de réfléchir :

  •  à la place du storytelling dans des contextes sociaux et sociétaux « liquides » ;
  •  aux nouveaux mythes et aux nouveaux imaginaires socio-culturels ;
  •  à la circulation du discours narratif et à son incidence sur les productions discursives contemporaines ;
  •  aux métamorphoses des identités narratives dans le storytelling ;
  •  à l’engagement des publics, souvent des fans, dans les univers narratifs créés ;
  •  à l’histoire du transmédia storytelling
  •  …

Les contributions pourront porter sur des textes différents politiques, diplomatiques, informatifs, promotionnels ou d’autres textes et supports et s’orienteront prioritairement vers le contexte français et italien, sans oublier les nouveaux scénarios de la communication internationale.

Calendrier

Date limite de l’envoi des résumés (2 pages maximum) : 31 mars 2017

Retour des avis aux auteurs : 15 avril 2017

Envoi des articles : Avant le 15 juin 2017

Coordination

  • Maria Margherita Mattioda
  • Mélanie Bourdaa

Contact

synergies.italie@gmail.com

Dates

  • vendredi 31 mars 2017

Mots-clés

  • narration, transmedia, discours

Contacts

  • Mélanie Bourdaa
    courriel : melaniebourdaa [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Mélanie Bourdaa
    courriel : melaniebourdaa [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Fragments d'un discours narratif : le « Storytelling » dans tous ses états », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 janvier 2017, http://calenda.org/391254