AccueilMédiations et dialogue interreligieux au Cameroun

Médiations et dialogue interreligieux au Cameroun

Interreligious mediations and dialogue in the Cameroon

*  *  *

Publié le vendredi 27 janvier 2017 par João Fernandes

Résumé

L’objectif de ce colloque international est de dresser le profil de la laïcité au Cameroun tout en télescopant les voies et moyens de sa réalisation. Il s’éloigne à ce titre de la théologie systématique c’est-à-dire de tout fondamentalisme religieux ; cela veut dire qu’il questionne le phénomène religieux dans un monde sans cesse à l’épreuve des guerres et des conflits mais donc l’avenir dépend d’un dialogue des religions et des cultures.

Annonce

Colloque International, Meiganga, Novembre 2017  

Argumentaire

La question religieuse est non seulement une préoccupation ecclésiastique, mais aussi et surtout scientifique. C’est pourquoi la construction de l’objet de cet argumentaire doit recourir aux faits et analyses sociohistoriques. En fait, la religion, durant l’Antiquité, a préfiguré l’organisation sociopolitique. Cela transparait dans l’élection du peuple d’Israël pour la terre promise. De là, les israéliens, adeptes d’une conviction divine s’établirent sur cette terre promise à leur père, Abraham, et se confrontèrent à un peuple palestinien qui y bénéficiait d’une présence jadis. Et depuis lors, des vicissitudes permanentes vont faire du Moyen-Orient une poudrière. Au rang de ces mutations, la naissance du christianisme à la suite du message de Jésus, scelle le salut non plus d’un peuple élu et choisi de Dieu, mais de toute l’humanité. À l’opposé, émerge l’islam, à travers le prophète Mohammed qui remet en cause le judaïsme, mais aussi le christianisme non pas en tant que religion, mais parce que ses adeptes se sont détournés de la parole de Dieu en tombant dans « l’erreur ». De la sorte, l’islam se présente comme une force sociale et politico-religieuse face au christianisme. C’est pourquoi les penseurs selon leurs schèmes intellectuels, à tort ou à raison, parlent de la guerre des religions ou de la guerre des civilisations qui débouche souvent sur des affrontements sociopolitiques et théologiques. À cela, il faut ajouter la création de l’État d’Israël par la dé-diasporisation juive, suite au « sionisme combattant », en réponse aux « pogroms » en Russie et l’antisémitisme en Allemagne, qui va relancer le conflit israélo-palestinien en sursis avec pour conséquence, l’implication du monde.

Il s’ensuit que ces affrontements vont inaugurer des formes de divisions internes dans et entre les religions et civilisations qui n’ont jamais cessé d’agiter le monde. Cristallisé à partir du Moyen-Orient, il apparaît un conflit entre l’État d’Israël, soutenu par l’Occident contre l’État virtuel de la Palestine, soutenu par le monde Arabe qui, pour se défendre, recours à une idéologie, l’islamisme, appuyé sur des actes terroristes. Sous cet angle, le terrorisme constitue une riposte aux idéologies des superpuissances occidentales. À l’intérieur de l’islam, cette idéologie islamiste est l’œuvre des groupes tels que les Chiites radicaux en Syrie et en Irak, Da’ech sur la moitié orientale de l’Europe, Al Qaida en Afrique orientale, les groupes radicaux en Tunisie et en Libye, des Frères musulmans en Égypte, les Touaregs au Mali, les Boko-Haram au Nigeria, les Shebab en Somalie, Ansar  Eddine,  Aqmi au Mali, le  MUJAO  (Mouvement  d’Unité  pour  le Djihad en Afrique de l’Ouest), la Séléka en RCA, etc. L’un des moments le plus fort fut les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis. De là, une nouvelle cadence va naître : celle d’une lutte antiterroriste qui, au fond, se caractérise par une gouvernance qui procède du fondamentalisme religieux dans l’articulation des rapports sociopolitiques. Ces actions terroristes ont conduit au façonnement d’une forme d’islamophobie reposant sur l’évidence selon laquelle l’islam est le soubassement des conflits dans le monde.  Ces mouvements terroristes vont gagner le reste du monde avec la mise en évidence des prédispositions dissimulées dans le système-monde.

Dans ce contexte mondial, le Cameroun, Etat laïc dont le fondement repose sur la constitution, apparaît comme un lieu où la prolifération des courants religieux qui se recrutent d’une part dans l’Islam (oppositions musulmans naturels vs musulmans islamisés, oppositions sunnisme vs wahhabisme vs soufisme ; oppositions courants minoritaires [Ahmadiyya, tidjianites, chiites] vs courants fondamentalistes [tablighisme, takfirisme,  le mouvement Ahali Sunna]) ; et  d’autre part, dans le christianisme (oppositions versants classiques [catholicisme romain, l’orthodoxie orientale et le protestantisme] vs églises de réveil [pentecôtiste, néo-pentecôtistes, mouvement adventiste, etc.]) et qui tentent de remettre en cause l’ordre social. Ceci dit, l’attention scientifique mérite d’aborder de près cette question pour la simple raison que les expressions identitaires de facture religieuse pourraient programmer une instabilité sociopolitique au Cameroun. Malgré l’existence d’un communautarisme de façade dans la société camerounaise, il ne faudrait pas perdre de vue que des débordements tendent à mettre le pluralisme ethno-religieux et la laïcité à l’épreuve.

Suite à ces constats, il faut se demander comment le Cameroun, avec de multiples courants religieux peut avoir une paix alors qu’il est entouré des pays qui sont pourtant en guerre ethnoreligieuse ? Dans un contexte mondial traversé par la guerre des religions, la guerre des civilisations et des religions, est-ce possible de construire un dialogue inter et intra religieux au Cameroun ? Comment faire pour préserver le vivre ensemble de manière durable non pas en se tolérant mais en s’acceptant ? En d’autres termes, quelle stratégie de vie utiliser dans ce contexte où les hommes veulent inventer leur propre laïcité dans les circonstances et les conditions parfois tendues et dramatiques ? 

L’objectif de ce Colloque international est de dresser le profil de la laïcité au Cameroun tout en télescopant les voies et moyens de sa réalisation. Il s’éloigne à ce titre de la théologie systématique c’est-à-dire de tout fondamentalisme religieux ; cela veut dire qu’il questionne le phénomène religieux dans un monde sans cesse à l’épreuve des guerres et des conflits mais donc l’avenir dépend d’un dialogue des religions et des cultures. Il est donc question de découvrir les probabilités de construction d’un dialogue inter et intra religieux au plus haut niveau de l’État d’une part et d’autre part, dans les sociétés, groupes, familles, en prenant chacun socialement. Le religieux, nous le savons, est une question sensible et délicate à manipuler, surtout dans un monde où les individus font face à l’inacceptation de l’altérité.

Axes de réflexion

Les axes de réflexion (de façon non exhaustive) sont précisés ainsi qu’il suit :

  • Offres de santé en milieu urbain et les questions religieuses ;
  • Pluralisme religieux et construction nationale ;
  • Éducation et tolérance religieuse ;
  • Droit camerounais face à l’intolérance religieuse ;
  • État et laïcité en contexte de démocratie ;
  • Le spirituel et le temporel à la croisée des chemins ;
  • Offre des lieux de culte et question d’urbanisation au Cameroun ;
  • Pratiques cultuelles et respect de la laïcité au Cameroun ;
  • Art culinaire et tolérance religieuse ; 
  • Paix et religion ;
  • Espace public et religion ;
  • Doctrine religieuse et obstacle à l’acceptation de l’altérité ;
  • Culte animiste et religions monothéistes ;
  • Vocabulaire religieux et intolérance ;
  • Droit et violence inter-religieuse ;

Conditions de soumission

Le colloque est ouvert aux Universitaires, Chercheurs et religieux dont les travaux se situent dans le champ  religieux. Ainsi, les propositions de communication (maximum 500 mots) doivent être adressées simultanément aux adresses électroniques desseft@yahoo.fr, iltmdoyen@aol.fr, j_koulagna@hotmail.fr, mangakalniga@yahoo.fr 

au plus tard le 25 avril 2017.

Elles seront constituées d’un titre, des coordonnées du ou des auteur(s), d’un résumé ou d’un abstract qui précise le contexte et le problème de recherche, l’objectif de la réflexion, les méthodes de collecte et d’analyse des données. Les caractéristiques typographiques sont (Police : Times News Roman 12 ; interligne simple). 

Le comité scientifique, constitué d’Universitaires et de Chercheurs évaluera les propositions des différents postulants. Les réponses aux différentes propositions seront communiquées le 25 mai 2017. Le Colloque International aura lieu en novembre 2017 à Meiganga. Les modalités pratiques seront communiquées aux participants en temps opportun. 

Comité scientifique

  • Pr. HAMADOU ADAMA, Chef de Département d’Histoire – Université de Ngaoundéré, Cameroun ;
  • Pr. SAIBOU ISSA, Directeur de l’École Normale Supérieure de Maroua, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Pr. MOUSSA BONGOYOK, Institut Universitaire de Développement International Mokolo Cameroun/ USA ;
  • Pr. POHOR Rubin, Université ALASSANE OUATTARA, Faculté de Théologie Evangélique de l’Alliance Chrétienne/ Abidjan-Côte d’Ivoire ;
  • Pr. KOULAGNA Jean, Doyen – Institut Luthérien de Théologie de Meiganga, Cameroun ;
  • Pr. OWONA NGUINI Mathias-Éric, Maitre de conférences, Université de Yaoundé II, Cameroun ;
  • Dr. ALAWADI, Maître de Recherche, Vice-Doyen de la Coopération et de la recherche, Université de Dschang, Cameroun ;
  • Dr. FALNA Taubic, Chargé de Cours – Université de Ngaoundéré, Cameroun ;
  • Dr. LEKA Essomba D. A. F., Chargé de cours – Université de Yaoundé, Cameroun ; Dr. MAKOUDA MAHAMAT, Association Camerounaise pour le Dialogue Inter-religieux, Cameroun ;
  • Dr. SOULEYMANE, Chargé de Cours, École normale Supérieure de Yaoundé, Université de Yaoundé I ;
  • Dr. OUBA ABDOULBAGUI, Vice-Doyen Chargé de la Coopération et de la Recherche, Université de Ngaoundéré, Cameroun ;
  • Dr. ABDOURAMAN Halirou, Chargé de cours – Université de Ngaoundéré, Cameroun ;
  • Dr. ABDOUL-AZIZ Yaouba, Chargé de cours – IRIC, Cameroun ;
  • Dr. ANANI ETOUGE Patrick, Recteur de l’Université Adventiste, Nanga-Eboko, Cameroun ;
  • Dr. JOHNSON Elisabeth, Institut Luthérien de Théologie de Meignaga, Cameroun ;
  • Dr. ADAMOU NDAM NJOYA, Président de l’Union Démocratique du Cameroun ;
  • Mgr. KLEDA Samuel, Président de la Conférence Épiscopale du Cameroun, Archevêque de Douala ;
  • ABDOURAMANE SAÏDOU, Conseil des Imams et Dignitaires Musulmans du Cameroun.

Lieux

  • Meïganga, Cameroun

Dates

  • mardi 25 avril 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sociétés, religions, médiations, dialogue, Cameroun

Contacts

  • Taubic Falna
    courriel : desseft [at] yahoo [dot] fr
  • José Donadoni Manga Kalniga
    courriel : mangakalniga [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • José Donadoni Manga Kalniga
    courriel : mangakalniga [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Médiations et dialogue interreligieux au Cameroun », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 27 janvier 2017, http://calenda.org/391375