AccueilLa scène punk en France (1976-2016) : punk des villes, punk des champs

La scène punk en France (1976-2016) : punk des villes, punk des champs

The punk scene in France (1976-2016) - punk in the city, punk in the fields

*  *  *

Publié le mercredi 25 janvier 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le punk n’est-il qu’un phénomène urbain ? Ne concerne-t-il que quelques grandes villes en France ou bien la musique et son cortège de projets ont-ils pu émerger et se diffuser à des échelles et selon des modalités beaucoup plus variées, pour atteindre bourgades et campagnes ? Quelles réalités recouvre le punk au-delà des grands centres urbains et selon quelles dynamiques se sont développées les scènes du punk en France ?

Annonce

Cette neuvième journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France 1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des patrimoines du CESR, THALIM et l’ANR.

Argumentaire

Le punk n’est-il qu’un phénomène urbain ? Ne concerne-t-il que quelques grandes villes en France ou bien la musique et son cortège de projets ont-ils pu émerger et se diffuser à des échelles et selon des modalités beaucoup plus variées, pour atteindre bourgades et campagnes ? Quelles réalités recouvre le punk au-delà des grands centres urbains et selon quelles dynamiques se sont développées les scènes du punk en France ?

S’il est indéniable que Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes, Rouen et les grandes métropoles françaises représentent des foyers de création et de bouillonnement, l’histoire du punk s’est également écrite à Fumel, à Montaigu ou à Mont-de-Marsan. Cette vie musicale foisonnante relève en outre de trajectoires et de projets individuels ou collectifs sensiblement différents qu’il s’agira d’identifi er, de répertorier et de discuter : projets associatifs, parcours personnels, départ vers la ville et/ou retour à la terre, déplacements ou création des scènes en fonction des opportunités artistiques et des conditions de création et de production de la culture, invention de festivals, naissance de regroupements et/ou de communautés liés à des projets et/ou des événements spécifi ques. Cette journée d’étude souhaite ainsi interroger l’émergence et l’essaimage du punk au prisme des ancrages géographiques, des formes de circulation, des transferts culturels et plus généralement des processus sociaux et culturels qui ont pu participer à inscrire la musique dans des formes de territorialisation contrastées.

Programme

10h00-12h30

  • Introduction Christophe PÉCOUT (Université de Lille) Fuckland : anarchie à Sannerville
  • Estelle GIRARD (EHESS) Partir en campagne : itinéraire d’un punk bâtisseur
  • Luc ROBÈNE (U. de Bordeaux, THALIM) et Solveig SERRE (CNRS, CESR/CMBV) Sur la route de Mont-de- Marsan (1976-1977)

14h30-17h00

  • Simon LE ROULLEY (U. de Caen, CERReV) La production de l’espace de la scène punk DIY : du rural à l’urbain, entre autonomie et dépendance
  • Pierre RABOUD (Université de Lausanne) La ville brûle. L’espace urbain comme enjeu narratif et revendicatif dans les scènes punk (Suisse, France, Allemagne)

Table ronde animée par Arno RUDEBOY

avec la participation de Franck CLEAZ-SAVOYEN, Samuel MARTINEK et Laurent SKRAMZINE

Conclusion

Lieux

  • Centre musical FGO-Barbara, 1 rue de Fleury
    Paris, France (75018)

Dates

  • samedi 28 janvier 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • punk, scène, ville, campagne, musique

Contacts

  • Solveig Serre
    courriel : solveig [dot] serre [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Solveig Serre
    courriel : solveig [dot] serre [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La scène punk en France (1976-2016) : punk des villes, punk des champs », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 25 janvier 2017, http://calenda.org/392311