AccueilLes nouveaux horizons de la littérature camerounaise d’expression française : des années de braise aux années d’espérance (1990 à nos jours)

Les nouveaux horizons de la littérature camerounaise d’expression française : des années de braise aux années d’espérance (1990 à nos jours)

The new horizons of French-language Cameroon literature - from years of unrest to years of hope (1990 to the present day)

*  *  *

Publié le jeudi 02 février 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Sous ce titre générique, l'Atelier de critique et de créativité littéraires (A.C.C.L.) se propose d'organiser des journées de réflexion sur la littérature camerounaise d'expression française, à travers des aspects aussi variés que l'esthétique, la thématique, les influences, les interférences, les perspectives esthétiques, socio-idéologiques, etc., depuis les mutations sociopolitiques survenues dès l'aurore des années 1990.

Annonce

08 et 09 juin 2017 à Yaoundé

Sous la coordination de Richard Laurent OMGBA

Argumentaire

Sous ce titre générique, l’A.C.C.L. se propose d’organiser des journées de réflexion sur la littérature camerounaise d’expression française, à travers des aspects aussi variés que l’esthétique, la thématique, les influences, les interférences, les perspectives esthétiques, socio-idéologiques, etc., depuis les mutations sociopolitiques survenues dès l’aurore des années 1990. Si les historiens de la littérature s’accordent à dire que les expressions littéraires camerounaises avant 1990 sont celles, d’une part, de l’expression du malaise colonial, d’autre part, de la désillusion et du désenchantement après les indépendances, force est de constater qu’il est difficile de catégoriser de manière systématique les écritures de la troisième génération au Cameroun, tant le nombre d’écrivains a décuplé, les lieux d’expression se sont multipliés, les changements sociaux sont importants et plus rapides.

Depuis 1990 en effet, il y a eu les années de braise, symbolisées notamment par les revendications démocratiques, la dévaluation du franc CFA et ses effets connexes, la crise économique de 2008. Quant aux années d’espérance, elles sont marquées par l’atteinte du point d’achèvement et une nouvelle orientation socio-économique fondée sur l’idée d’émergence. Il s’agit par conséquent de mesurer l’impact de cette socialité sur la création littéraire camerounaise d’expression française en particulier, en ayant un regard sur l’analyse générale que Lylian Kesteloot fait au sujet des écrivains africains. Elle distingue chez eux trois types de réaction à partir de 1995 : « Une grande partie des romanciers et poètes se lancent dans une critique de plus en plus aiguë des régimes en place et de leurs abus. Deux tons dominent : l’un sérieux, voire tragique ; l’autre, d’un humour qui évolue vers la dérision […]. Cependant, une autre partie des écrivains d’Afrique, et généralement ceux qui sont sur place, prend le parti de poursuivre le roman de mœurs plus classique, ou encore un roman du terroir où ils s’attachent à la description des problèmes quotidiens, réduits à leur environnement direct, évitant d’embrasser les affres des pays voisins […]. Il est enfin une troisième tendance qui fait couler beaucoup d’encre ces quinze dernières années : celle des “ négropolitains ” »[1].

Dans ces conditions, le présent atelier de critique vise non seulement à retracer le parcours de chaque écrivain étudié, mais aussi à faire une saisie globale des expressions littéraires produites par les écrivains camerounais d’expression française. En outre, ces échanges pourraient être le lieu de revisiter les perspectives de la littérature camerounaise que certains critiques ont tracées par le passé. Vounda Etoa parlait d’une littérature du « tout-venant », Richard Omgba, d’une « littérature de transition », et Pabe Mongo estimait tout simplement que les écritures de l’heure étaient une manifestation de la Nouvelle littérature camerounaise (NOLICA). À l’heure où l’on parle du temps de l’Afrique et où se formulent de nombreuses utopies dans les productions littéraires, peut-on parler du temps de la littérature camerounaise d’expression française ? Quelles utopies véhicule cette littérature ? Comment l’écrivain camerounais représente-t-il les problématiques liées au sujet, à la langue et au lieu d’écriture ? Quelles sont les perspectives poétiques de ces écritures ? Quel rapport l’écrivain camerounais d’expression française contemporain entretient-il avec l’histoire ? Quelle place occupe la voix féminine dans l’univers littéraire camerounais d’expression française ? Peut-on aujourd’hui parler avec pertinence d’une institution littéraire camerounaise ?

[1] Kesteloot Lilyan, « La littérature négro-africaine face à l'histoire de l'Afrique », Afrique contemporaine 2012/1 (n° 241). 

Modalités de soumission

Toute proposition de communication sur ces questions et bien d’autres (résumé de 300 mots au plus suivi d’une courte notice biobibliographique) doit parvenir uniquement à l’adresse critiquelitteraire@yahoo.fr.

Calendrier : 

Date limite d’envoi des résumés : 28 février 2017

Date de retour des avis : 15 mars 2017

Les articles complets sont attendus au plus tard le 31 mai 2017 à l’adresse unique critiquelitteraire@yahoo.fr.

Les articles doivent strictement respecter le protocole de rédaction. Le temps imparti à chaque intervention sera de dix (10) minutes.

Comité scientifique

  • Jacques Fame Ndongo, Université de Yaoundé I
  • Richard Laurent Omgba, Université de Yaoundé I
  • Marcelline Nnomo, Université de Yaoundé I
  • Barnabé Mbala Ze, Université de Yaoundé I
  • Dassi, Université de Yaoundé I
  • Clément Dili Palaï, Université de Maroua
  • Joseph Ndinda, Université de Ngaoundéré
  • Alphonse Tonye, Université de Yaoundé I
  • Alice Delphine Tang, Université de Yaoundé I
  • Pierre Fandio, Université de Buea
  • Faustin Mvogo, Université de Yaoundé I
  • Robert Fotsing Mangoua, Université de Dschang
  • Paul Zang Zang, Université de Yaoundé I
  • Gérard Marie Noumssi, Université de Yaoundé I
  • Auguste Owono Kouma, Université de Yaoundé I
  • Cécile Dolisane Ebosse, Université de Yaoundé I
  • Marie Rose Abomo-Maurin, Université de Yaoundé I
  • Marcelin Vounda, Université de Yaoundé I
  • Patricia Bissa Enama, Université de Yaoundé I
  • Raymond Mbassi Ateba, Université de Maroua
  • Flora Amabiamina, Université de Douala
  • Désiré Atangana Kouna, Université de Yaoundé I
  • Jean-Claude Abada Medjo, Université de Maroua
  • Jacques Evouna, Université de Maroua

Comité de coordination

  • Président : Richard Laurent Omgba
  • Vice-président : Désiré Atangana Kouna
  • Membres : Patricia Bissa Enama, Yvette Abouga, Evoung Fouda, Marie Désirée Sol, Venant Eloundou Eloundou, Sylvie Ondoa Ndo, Donald Vessah Ngou, Paul Dezombe, Olivia Nga, Jean-Marie Yombo

Secrétariat permanent 

Donald Vessah Ngou, Annick Ondobo Ndongo, André Biang Obam

Catégories

Lieux

  • Yaoundé, Cameroun

Dates

  • mardi 28 février 2017

Mots-clés

  • écrivain, Cameroun

Contacts

  • Désiré Atangana Kouna
    courriel : critiquelitteraire [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Désiré Atangana Kouna
    courriel : critiquelitteraire [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les nouveaux horizons de la littérature camerounaise d’expression française : des années de braise aux années d’espérance (1990 à nos jours) », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 02 février 2017, http://calenda.org/392762