AccueilLa scène punk en France (1976-2016): Do It Yourself !

La scène punk en France (1976-2016): Do It Yourself !

The punk scene in France (1976-2016): Do It Yourself !

*  *  *

Publié le mardi 07 février 2017 par João Fernandes

Résumé

Cette journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par l'Agence nationale de la recherche, entend interroger le DIY (Do it yourself) comme régime de pratiques et régime de valeurs dans ses rapports privilégiés aux transformations de la scène punk en France au cours des quarante dernières années.

Annonce

11 mars 2017, Centre musical Barbara Fleury (Paris)

Argumentaire 

Cette dixième journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France 1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des patrimoines du CESR, THALIM et l’ANR.

Dans son célèbre discours de 1976, Caroline Coon présentait le Do It Yourself (DIY), comme la pratique caractéristique du mouvement punk naissant. Mais le DIY peut-il être résumé à une simple pratique ? Et plus généralement, une pratique peut-elle être étudiée sans la confronter aux cadres de l’action, aux valeurs ou principes qui la motivent ? En effet, la définition du DIY varie en fonction des champs de recherche mais également en fonction des acteurs, des lieux et des moments dans lesquels elle fait sens. Pratique érigée en concept par le monde des sciences, il désigne tout à la fois la capacité des acteurs à « faire eux-mêmes » dans une perspective d’autonomisation autant qu’une « débrouille », un « bricolage » au quotidien auquel ils seraient soumis. Or au-delà d’un simple régime de pratique le DIY s’est imposé sous l’influence du mouvement anarcho-punk non seulement comme un moyen mais également comme une fin, c’est-à-dire comme une critique en acte de la marchandisation de la culture, une éthique punk. Si la diffusion de musique punk sur les canaux mainstream au milieu des années 1990 ou la facilitation à accéder à des musiques plus confidentielles grâce au développement de l’internet ont contribué à reconfigurer ce phénomène, des acteurs et des actrices maintiennent aujourd’hui cet attachement à une éthique punk DIY qui conditionne leur pratique musicale et leur rapport au monde et qui peut, sans doute, être considérée comme une matrice expérientielle de l’autonomie politique.

Cette journée d’étude entend donc interroger le DIY comme régime de pratiques et régime de valeurs dans ses rapports privilégiés aux transformations de la scène punk en France au cours des quarante dernières années.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de communication (max vingt lignes), accompagnées d'une brève bio-bibliographie (max dix lignes) seront à envoyer

avant le 20 février 2017

aux adresses suivantes: solveig.serre@gmail.com, luc.robene@u-bordeaux.fr, simon.leroulley@unicaen.fr.

Organisateurs

  • Simon Le Roulley
  • Luc Robène
  • Solveig Serre

Lieux

  • Centre musical Barbara FGO - 1 rue Fleury
    Paris, France (75)

Dates

  • samedi 11 mars 2017

Mots-clés

  • DIY, punk, France, pratique, valeur

Contacts

  • Solveig Serre
    courriel : solveig [dot] serre [at] gmail [dot] com
  • Luc Robène
    courriel : luc [dot] robene [at] u-bordeaux [dot] fr
  • Le Roulley Simon
    courriel : simon [dot] leroulley [at] unicaen [dot] fr

Source de l'information

  • Solveig Serre
    courriel : solveig [dot] serre [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La scène punk en France (1976-2016): Do It Yourself ! », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 07 février 2017, http://calenda.org/393514