AccueilLes nouveaux visages du vigilantisme

Les nouveaux visages du vigilantisme

The new faces of vigilantism - Rusca journal issue 10

Revue « Rusca » n°10

*  *  *

Publié le mardi 07 février 2017 par João Fernandes

Résumé

Ce numéro de la revue Rusca se propose d’étudier l’actualité du vigilantisme. À cet égard, nous pensons qu’il est intéressant de rappeler la définition qu’en fait Les Johnston. Pour cet auteur, le vigilantisme est un mouvement social constitué de citoyens agissant de manière volontaire, en toute autonomie par rapport à l’État, pour « lutter contre la criminalité » en utilisant ou menaçant d’utiliser la violence. Ces éléments peuvent être complétés par la synthèse de Favarel-Garrigues et Gayer qui le conçoivent comme « un certain nombre de pratiques collectives coercitives, mises en œuvre par des acteurs non étatiques afin de faire respecter certaines normes (sociales ou juridiques) et/ou d’exercer la "justice" ».

Annonce

Argumentaire

Ce numéro entend penser les manifestations contemporaines de ce phénomène aussi bien à travers des études de cas que des études plus générales et théoriques issues des différentes disciplines des sciences humaines. La revue Rusca entend aborder différentes thématiques renseignées ci-dessous. Bien entendu, cette liste ne saurait-être exhaustive.

  • Nous aimerions poser la question du techno-vigilantisme et du vigilantisme numérique : comment les NTIC démocratisent et généralisent les outils de répression et de surveillance. Citons pour exemple le site VoisinVigilants.org qui grâce à la technologie Push permet de créer des communautés de Voisins Vigilants en dehors de tout contrôle étatique, touchant plusieurs centaines de milliers de personnes.

  • Nous pouvons aussi questionner la généralisation de la surveillance au sein de communautés fermées telles que les gated communities. Cette fermeture de l’espace urbain aurait pour objectif de « recréer » une « communauté perdue », mais au prix d’un déploiement sécuritaire (urbanisme et mécanismes de surveillance) assuré non pas par l’État, mais par les habitants de ces communautés eux-mêmes ou des personnels de sécurité à leur service.

  • Nous souhaiterions aussi penser le rôle des promoteurs du vigilantisme. Qui sont-ils ? Quelle est la place de l’extrême droite ou des pouvoirs publics : État et collectivités territoriales ?

  • La mise en place de mécanismes de vigilantisme permet-il une baisse des coûts de la sécurité publique à l’instar de ce que suggèrent Jean et John Comaroff, lorsqu’ils parlent de cheap forms of law enforcement ?  En ce sens, peut-être est-il possible de penser le vigilantisme en termes de marché ? Ceci tendrait d’ailleurs à révéler le rôle des acteurs économiques dans la promotion de pratiques « vigilantes ».

  • En appeler au vigilantisme pose aussi la question de la « menace » à contenir. Comment les acteurs sociaux s’engageant dans des pratiques vigilantes définissent l’« ennemi » ? Quelle est leur conception de l’altérité ?

  • Le vigilantisme ne nous oblige-t-il pas aussi à repenser les cadres classiques de la déviance à travers la création de normes communautaires et/ou néo-tribales ?

  • Enfin, nous vous invitons à soumettre des analyses de contenus culturels : par exemple les comics sont-ils un vecteur d’ampleur du vigilantisme, de même que le cinéma américain ?

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions d’article ne devront pas dépasser 30 000 signes espaces compris et bibliographie incluse. Elles doivent suivre les normes éditoriales de la revue (fichier joint) et être transmises au format Word à l’adresse suivante : ruscamsh@gmail.com

 avant le 30 avril 2017.

Nous vous demandons aussi une courte biographie de quelques lignes (discipline, statut, institution de rattachement).

Comité éditorial

 Coordinateurs éditoriaux de Rusca : Marianne Celka, Matthijs Gardenier, Eric Gondard et Bertrand Vidal 

Comité scientifique

  •  Ali Aït Abdelmalek, Professeur de sociologie à l’université Rennes 2
  •  Jean-Marie Brohm, Sociologue
  •  Ricardo Freitas, Professeur de communication à l’université d’État de Rio de Janeiro.
  •  Hélène Houdayer, Sociologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Denis Jeffrey, Sociologue, Faculté des sciences de l’éducation à l’université Laval
  •  Philippe Joron, Sociologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Fabio La Rocca, Sociologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Michel Moatti, Sociologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Paul Pandolfi, Ethnologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Jean-Martin Rabot, Sociologue, université Do Minho, Braga, Portugal
  •  Vincenzo Susca, Sociologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Danièle Vazeilles, Ethnologue
  •  Rosza Vel Zoladz, Anthropologue, Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil
  •  Patrick Tacussel, Sociologue, université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Martine Xiberras, Sociologue, Université Paul-Valéry Montpellier III

Comité de lecture

  •  Marianne Celka, Docteure en sociologie de l’université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Matthijs Gardenier, Docteur en sociologie de l’université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Éric Gondard, Docteur en sociologie de l’université Paul-Valéry Montpellier III
  •  Raphaël Josset, Docteur en sociologie de l’université Paris Sorbonne, René Descartes
  •  Bertrand Vidal, Docteur en sociologie de l’université Paul-Valéry Montpellier III

Catégories

Dates

  • dimanche 30 avril 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • vigilantisme, surveillance, sécurité, réseau social, subculture, comic

Contacts

  • Rusca
    courriel : Ruscamsh [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Marianne Celka
    courriel : ruscamsh [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les nouveaux visages du vigilantisme », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 07 février 2017, http://calenda.org/393565