AccueilAnimer, former, éduquer, entraîner

Animer, former, éduquer, entraîner

Leading, training, educating, guiding

De l’éthique à la pratique dans l’univers du sport

Ethics and practices in sport

*  *  *

Publié le mardi 14 février 2017 par Céline Guilleux

Résumé

L’existence d’un encadrement constitue un levier indispensable au développement de l’activité physique. Éducateur, entraineur, animateur, formateur dispensent leurs savoirs auprès d’un public diversifié. Comment sont-ils formés, hommes et femmes ? Quelles compétences les caractérisent ? Dans quel projet (social, culturel, politique, etc.) s’inscrivent-ils ? Dans quelles conditions exercent-ils ? Comment sont-ils organisés ? Quelle conception de l’éthique du sport contribuent-ils à diffuser ?

Annonce

Argumentaire

Dès les premiers temps du développement du sport, l’existence de spécialistes de l’enseignement de l’exercice a fait l’objet d’un intérêt considérable afin d’assurer la prise en charge des pratiquants et d’assurer un développement susceptible de servir les enjeux attachés à cette activité. Pierre de Coubertin a, très tôt, pris conscience de la nécessité de former des cadres afin qu'ils œuvrent à la diffusion d'une pratique organisée et légitime.

Cette attention initiale n’a pas été exempte de controverses qui ont jalonnées les étapes de la professionnalisation de nouvelles activités émergeantes. Elles ont porté non seulement sur les missions de ces éducateurs, instructeurs, animateurs ou entraineurs mais aussi sur leur périmètre d’intervention, sur les savoirs à acquérir ainsi que sur les compétences à développer, sur leurs statuts ou sur leurs prérogatives respectives. Cette situation a conduit à une diversité de spécialistes susceptibles d’encadrer la pratique des activités physiques rendant souvent illisibles un secteur protéiforme. Spécialistes d’une activité ou polyvalents, bénévoles ou salariés, contraints de s’adresser aux plus jeunes ou pouvant envisager de former des compétiteurs, chacune des activités conduisant à encadrer la pratique du sport a ainsi été décliné en une multiplicité de profils augmentant encore davantage la complexité de ce secteur. Les déséquilibres entre les hommes et les femmes comme l’absence durant longtemps de spécialistes du handicap comme des seniors ont conduit à freiner l’accès au sport de certaines catégories sociales. A cela s’est ajouté une dimension concurrentielle entre la diversité des catégories rendant difficilement lisibles les responsabilités de chacun.

Les réflexions engagées depuis quelques années par le ministère des Sports concrétisées notamment par le projet de simplification du brevet professionnel de la Jeunesse, des Sports et de l’Education Populaire soulignent l’actualité de cette question. Au regard de cet intérêt politique qui fait écho à des besoins sociaux considérables, nous proposons d’engager une vaste réflexion réunissant les spécialistes de cette question. Universitaires, acteurs du monde sportifs, responsables politiques sont ainsi conviés à réfléchir et échanger sur les modes d’organisation des métiers du sport tout autant que sur les défis qui se présentent (mise en concurrence à l’échelle européenne, etc.).

Ce colloque organisé par l’IFEPSA (Angers) et le laboratoire VIPS2 (Université Rennes 2) vise ainsi à proposer un moment de réflexion et à être un lieu de débat en vue de contribuer à la compréhension d’une question croisant les questions sociales, culturelles, politiques et économiques. Son objectif est bien d’analyser et de comprendre, à partir d’études sociologiques et historiques tout autant que d’analyses issues des sciences de l’intervention, les conditions d’invention de nouveaux métiers et les enjeux qui leurs sont associés.

Les propositions de communications s’organiseront autour de quatre thématiques principales permettant de structurer les analyses.

Il est également possible de faire des propositions qui n’entrent pas dans celles-ci à condition qu’elles contribuent à éclairer l’objet du colloque. Chacune des thématiques pourra être appréhender selon plusieurs perspectives : historique, sociologique, philosophique, épistémologique, anthropologique ou ethnologique en vue de porter attention aux processus tout autant qu’aux significations que revêtent les métiers du sport.

1. Les centres de formations

Les structures de formation aux métiers du sport sont caractérisées par leur très grande diversité. Si les enseignants d’éducation physique ont fait très tôt l’objet d’intérêts, les cadres du secteur sportif ont progressivement eu des structures de formations dédiées. Ecoles nationales, régionales, locales, institutions universitaires ou privés contribuent depuis longtemps à former des cadres destinés à des secteurs spécifiques avec une culture propre. L’analyse des enjeux de leur création, de l’offre de formation qu’elles dispensent comme des réseaux dans lesquels elles s’inscrivent constitueront l’armature de ce thème. Au coté de ces structures, les modalités de formations informelles pourront également faire l’objet d’études en vue de mieux saisir leur dynamique. Elles concerneront autant les éducateurs que les entraineurs ou les bénévoles dont la place constitue souvent la première étape vers l’accès à un métier dans le domaine sportif.

2.  Ethique et compétences

Les processus de professionnalisation des métiers du sport ont conduit à faire reconnaître les monopoles d’exercice attachés à chacun des métiers en se fondant sur un certain nombre de compétences. Interrogeant la question de l’identité professionnelle, cet aspect permet aussi de clarifier les savoirs et savoir-faire qui leurs sont attachés. Des normes ont souvent constitué les fondements de ces pratiques structurant peu à peu une éthique plurielle en fonction des statuts. Partagée ou controversée, celle-ci est attachée à l’activité de l’entraineur, de l’éducateur, du formateur ou de l’animateur. Elle renvoie souvent aux valeurs et aux conceptions du rôle de la pratique qu’il s’agira d’analyser afin de comprendre la fonctionnalité de l’éthique qui marque ces activités. Dépendante d’une diversité d’expériences et de situations, les communications caractériseront ces compétences, ces formes éthiques et les pratiques tout en les insérant dans des processus. Les modalités de socialisation professionnelle feront l’objet d’un intérêt particulier. Les discontinuités de parcours qui ont pu amener à des époques différentes certains spécialistes à investir des domaines auxquels il n’était pas formé feront l’objet d’une attention particulière.

3. Les conditions d’exercice

Les conditions d’exercice sont elles aussi multiples. Du statut libéral au modèle fonctionnarisé, le spectre est large et conduit souvent à des situations hybrides. A ce titre, il sera possible de s’interroger sur les nouvelles formes d’exercices faisant souvent de ce domaine un espace d’innovation. Pourvoyeur d’emplois, il offre des possibilités multiples tout en étant un secteur parfois précaire qui pourra faire l’objet d’analyse pouvant relever d’approches qualitatives ou quantitatives. La diversité des employeurs relevant des secteurs privés (fédérations, entreprises, etc.) et publics (collectivités, Etat, etc.) autant que la multiplicité des enjeux portés par plusieurs institutions (CNOSF, Ministères, etc.) demande également à être analysée en pointant la spécificité de chacun ou en adoptant une démarche comparative. Lié à ces conditions d’exercice se pose également la possibilité d’intervenir au regard de la réalité des moyens mis à disposition. Les gymnases, piscines ou autres salles spécialisées conditionnent en effet l’enseignement notamment au travers des luttes concurrentielles entre MJS et MEN.  Il s’agit alors de comprendre les dynamiques sur lesquelles reposent les interventions dont la seule rationalité ne peut expliquer la complexité des processus.

4. Représentants professionnels

Souvent isolés et faiblement identifiés dans l’espace social, les cadres du sport se sont peu à peu organisés en créant des organisations professionnelles. Associations de spécialistes, syndicats, représentant de branches ou lobbys contribuent ainsi à structurer un paysage  complexe. Les analyses de leurs modes d’actions comme des objectifs qu’ils poursuivent seront au centre de ce thème en s’attachant à mesurer les conséquences sur les évolutions éthiques ainsi que sur les pratiques.

5.  Parcours d’act-eur-rice-s

Faire du sport son métier conduit à développer des trajectoires originales et la plupart du temps marquées par des inflexions. En les reconstruisant, les communications mettront en évidence des tendances et les transformations qui caractérisent ce secteur. Faire du sport un métier constitue également une perspective relativement récentes qui méritent que l’on se penche sur les stratégies adoptées. Dans les centres de formation, les instances de direction des fédérations ou au cœur même des Ministères des sports qui se sont succédés, certains acteurs se sont illustrés par leurs prises de position, leurs modélisations innovantes, leur engagement. Là encore il s’agira d’identifier les modes d’engagement et les stratégies opérées pour s’attacher à créer un nouvel espace professionnel.

Modalités de soumission

La date limite de soumission est le 30 mars 2017.

Les auteurs doivent produire un document Word exposant leur proposition de communication et indiquant le titre (format : gras centré), le nom de(des) auteur(s) (à gauche), 5 mots clés (format justifié) et un résumé de 400 mots maximum précisant notamment l'objet, la problématique et la méthodologie utilisée.

Le document est à renvoyer via le formulaire suivant : http://colloquecoubertin2017.ifepsa.org/soumettre/

Dates du colloque

Du 18 au 20 octobre 2017

Comité scientifique

  • Michaël Attali (Université de Rennes 2)
  • Patrick Bouchet (Université de Dijon)
  • Alain Calmat (Président du comité français Pierre de Coubertin)
  • Cécile Collinet (Université de Marne la Vallée)
  • Doriane Gomet (IFEPSA)
  • Marina Honta (Université de Bordeaux)
  • Eric de Leseleuc (INSHEA)
  • Yannick Lémonie (CNAM)
  • Williams Nuytens (Université d'Artois)
  • Jean-Nicolas Renaud (ENS Rennes)
  • Yohann Rech (Université Rennes 2)
  • Gilles Vieille-Marchiset (Université de Strasbourg)
  • Carole Sève (Inspectrice générale de l'EN)
  • Nicolas Terré (IFEPSA)
  • Thierry Terret (Recteur de l'Académie de Rennes)

Comité d'organisation

  • Michaël Attali (Université de Rennes 2)
  • Doriane Gomet (VIP&S)
  • Nicolas HAUW (IFEPSA)
  • Philippe Mathé (IFEPSA)
  • Bénédicte NOURY (IFEPSA)
  • Sandra SEYSSEL (IFEPSA)
  • Viviane VEILLON (IFEPSA)

Lieux

  • Angers, France (49)

Dates

  • jeudi 30 mars 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • métier, sport, loisir, formation, travail, éthique

Contacts

  • Michaël Attali
    courriel : michael [dot] attali [at] univ-rennes2 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Michaël Attali
    courriel : michael [dot] attali [at] univ-rennes2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Animer, former, éduquer, entraîner », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 14 février 2017, http://calenda.org/394139