AccueilVivre et mourir au Moyen Âge

Vivre et mourir au Moyen Âge

Living and dying in the Middle Ages

*  *  *

Publié le mardi 14 février 2017 par João Fernandes

Résumé

Ces journées d'études auront pour objectif de traiter de la vie et de la mort comme un tout indissociable. Ainsi, seront abordées autant les questions qui ont trait aux rituels funéraires que la manière dont les vivants appréhendent la mort, s'y préparent et s’y confrontent. On pourra par exemple se pencher sur le rapport au corps sous tous ses aspects : explorer les causes de la mort, disséquer les différentes façons de traiter le cadavre (conservation, transport, embaumement, incinération, mise en terre, etc.) jusqu’à la récupération de certains membres, organes et os destinés à l’adoration du défunt. Le culte des reliques conduira à évoquer le mobilier funéraire – cercueils, tombes, mausolées et tout autre objet qui accompagne les morts dans leur dernière demeure.

Annonce

Septièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’UNIGE & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale 

Programme

Jeudi 9 mars 2017

09h00    Accueil des participants

Session I : Introduction

09h30    Présentation des Journées par P. Emamzadah, C. Carnaille et C. Carta

  • 09h45    Conférence inaugurale de Cécile Treffort (Université de Poitiers) « Discours de mort, discours de vie : quelques réflexions introductives »

11h00 Pause

Session II : Se préparer au trépas

Modération par C. Alvar

  • 11h30    Camille Brouzes (Université Grenoble Alpes) « Corps vieillissant et memento mori dans la poésie d’Eustache Deschamps »
  • 12h10    Sarah Bakkali-Hassani (Université Panthéon-Assas Paris II) « Le testament passeport pour l’au-delà : l’évolution des legs pieux au Moyen Âge »

12h50 Repas de midi

Session III : La mort exemplaire I – La figure royale

Modération par A. Fernández

  • 14h30    Thibaut Radomme (Université catholique de Louvain – UNIL) « En ne li fist mie assez quant en ne le mist ou nombre des martirs : la mort du roi, sa vie et le martyre dans la Vie de saint Louis de Jean de Joinville »
  • 15h10    Ismérie Triquet (Université de Rennes II) « La mise en scène de la mort comme symbole de continuité dynastique : l’exemple de la Grande Chronique de Normandie »

15h50 Pause

Session IV : Commémorer les défunts

Modération par M. Mourey

  • 16h20    Lucile Hermay (Université Paris Nanterre – UMR 8167 Monde Byzantin) « Inégaux après la mort ? Les commémorations monastiques byzantines : enjeux sociaux et familiaux (Xe – XIIIe siècle) »
  • 17h00    Anne Rauner (Université de Strasbourg – Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) « Commémorer les morts dans les cimetières des Hospitaliers de Basse-Alsace à la fin du Moyen Âge : l’apport des documents nécrologiques »

Vendredi 10 mars 2017

09h00    Accueil des participants

Session V : La mort exemplaire II – Le Christ et les saints

Modération par L. Cesalli

  • 09h30    Magali Guénot (Université Lumière Lyon 2)  « Au-delà de la mort : entre espérance du Paradis et crainte du Jugement dernier »
  • 10h10    Raphaël Guérin (Université Paris Nanterre) « Mort du saint et fondation d’église dans les légendes apostoliques d’Aquitaine (XIe siècle – XIIe siècle) »

10h50 Pause

Session VI : Inscrire la mort dans la pierre

Modération par P.-A. Mariaux

  • 11h20    Alexandre Varela (UNIFR – Kunsthistorisches Institut Florenz) « De la sepultura ad sanctos aux reliques, la Cámara Santa d’Oviedo et son trésor de corps saints »
  • 12h00    Grégoire Oguey (UNINE – Archives de l’état de Neuchâtel) « Les épitaphes de Suisse occidentale entre Moyen Âge et Renaissance »

12h40 Repas de midi

Session VII : Aller-retours

Modération par M. Ulhig

  • 14h30    Caroline Foscallo (Centre d’études Médiévales de l’UNIGE) « Mortelles rencontres : les vivants face aux morts dans les fabliaux »
  • 15h10    Mathilde Cornu (UNINE – Université de Strasbourg) « L’enfer déserté ? Les damnés dans le Mystère des Actes des Apôtres »
  • 16h00    Nicole Bergk Pinto (Université libre de Bruxelles – École nationale des chartes) « De la "voie de l'au-delà" à la voix de l'auteur. Allégorie et expérience d'une vie dans le Tournoiement Antecrist de Huon de Méry »

16h40 Conclusion et verrée de clôture

Argumentaire

« Frères humains qui après nous vivez, N’ayez les cuers contre nous endurciz »
François Villon, Ballade des Pendus, vv. 1-2

Notre vie n’est-elle, finalement, qu’une tentative d’apporter du sens à la mort ? Profondément mystérieuse, la mort est néanmoins constitutive de l’expérience humaine et conditionne d’emblée notre existence. Ainsi, nombre d’actes et de créations artistiques interrogent ce phénomène et interprètent ce thème. La mort a été diversement traitée, mise en scène, expliquée ou sublimée par l’Homme dans sa tentative de l’exorciser et de mieux la concevoir, de lui donner du sens et de combler le vide qu’elle laisse.

Ces journées d'études auront pour objectif de traiter de la vie et de la mort comme un tout indissociable. Ainsi, seront abordées autant les questions qui ont trait aux rituels funéraires que la manière dont les vivants appréhendent la mort, s'y préparent et s’y confrontent. On pourra par exemple se pencher sur le rapport au corps sous tous ses aspects : explorer les causes de la mort, disséquer les différentes façons de traiter le cadavre (conservation, transport, embaumement, incinération, mise en terre, etc.) jusqu’à la récupération de certains membres, organes et os destinés à l’adoration du défunt. Le culte des reliques conduira à évoquer le mobilier funéraire – cercueils, tombes, mausolées et tout autre objet qui accompagne les morts dans leur dernière demeure.

Cet effort de mémoire inscrit dans la pierre rejoint toutes les productions textuelles qui rendent hommage aux disparus et consolent les vivants : épitaphes, dits de sages sur la tombe, planhs occitans, mais également testaments laissés par ceux qui s’en vont. De même, toute la symbolique qui entoure le décès (les couleurs, par exemple) pourrait être abordée, dans cette même perspective d’appréhension et de représentation de la mort.

D’autre part, la préparation personnelle que chacun peut choisir d’entreprendre avant de mourir fait pendant aux rituels mis en place pour ceux qui restent. On s’attardera donc à analyser la fonction de la médecine comme retardatrice de l’inéluctable fin, celle des confessions, de l’extrême onction et autres dernières volontés, mais aussi à comprendre le rôle du deuil et les pratiques qui l’accompagnent, en incluant ici les prières, les cérémonies et leurs divers acteurs (les pleureuses, par exemple). Tout ceci nous amènera à pénétrer le domaine de la spiritualité et des diverses croyances qui entourent la mort, telles les danses macabres, la thématique des revenants, les memento mori et les prières pour les morts. Ce désir d’intercession est bien sûr lié à l’espoir d’une vie dans l’au-delà, au thème de la fin du monde ainsi qu’à la question de l’immortalité (de l’âme ou du corps lui-même), disputée par les philosophes et les théologiens ou illustrée par la quête de la pierre philosophale.

Catégories

Lieux

  • UNIGE - Salle Denis de Rougemont - Rue Jean-Daniel Colladon
    Genève, Confédération Suisse (1204)

Dates

  • jeudi 09 mars 2017
  • vendredi 10 mars 2017

Mots-clés

  • vivre, mourir, Moyen Âge

Contacts

  • Camille Carnaille
    courriel : journeesetudesjcm [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Camille Carnaille
    courriel : journeesetudesjcm [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Vivre et mourir au Moyen Âge », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 14 février 2017, http://calenda.org/394199