AccueilNumérique et mutations sociales

Numérique et mutations sociales

The digital ans social changes - heritage in becoming

Un patrimoine en devenir

*  *  *

Publié le mercredi 15 février 2017 par João Fernandes

Résumé

Parce que le numérique rend possibles de nouvelles formes d’expression et d’importantes mutations sociales, on n’hésite plus à reconnaître l’existence d’une « culture numérique ». Celle-ci engage le rapport que les individus et les sociétés entretiennent avec des dispositifs numériques, leurs usages différenciés, les pratiques qui les mobilisent ou impliquent ces usages et l’ensemble des phénomènes qui en découlent. Si cette culture s’avère bien dotée d’une dimension matérielle en ce qu’elle repose d’abord et avant tout sur des objets, celle-ci implique également un nombre considérable d’objets immatériels, pour ne pas dire virtuels. Connaître et comprendre cette culture suppose de l’aborder dans une perspective interdisciplinaire sous une diversité d’angles, en considérant à la fois son caractère matériel et immatériel, mais également de reconnaître son historicité.

Annonce

Université internationale d'été CELAT - Musées de la Civilisation du Québec - 6ème édition

Formule unique

Cette université d’été résulte d’un partenariat unique au Québec entre une institution universitaire et une institution muséale.

Les participants bénéficient d’une expérience rare d’accompagnement de l’équipe pédagogique durant toute une semaine, en plus d’être « mentorés » par des professionnels du domaine des arts et de la culture.

Thématique

Parce que le numérique rend possibles de nouvelles formes d’expression et d’importantes mutations sociales, on n’hésite plus à reconnaître l’existence d’une « culture numérique ». Celle-ci engage le rapport que les individus et les sociétés entretiennent avec des dispositifs numériques, leurs usages différenciés, les pratiques qui les mobilisent ou impliquent ces usages et l’ensemble des phénomènes qui en découlent. Si cette culture s’avère bien dotée d’une dimension matérielle en ce qu’elle repose d’abord et avant tout sur des objets, celle-ci implique également un nombre considérable d’objets immatériels, pour ne pas dire virtuels. Connaître et comprendre cette culture suppose de l’aborder dans une perspective interdisciplinaire sous une diversité d’angles, en considérant à la fois son caractère matériel et immatériel, mais également de reconnaître son historicité. En effet, la culture numérique est l’objet d’une histoire toujours en train de se faire, qui varie selon les sociétés et parfois selon les milieux et contextes sociaux. C’est parce que cette culture numérique est au cœur de l’expérience historique et du devenir de nos sociétés qu’il apparaît souhaitable d’en conserver et d’en valoriser des témoignages.

L’étude et la conservation du patrimoine numérique soulèvent un triple problème : (1) le caractère multidimensionnel des cultures numériques combiné à l’omniprésence du numérique dans le quotidien et dans une multitude de dimensions de la vie sociale; (2) la nature à la fois matérielle et immatérielle du patrimoine numérique ; (3) la surabondance des traces d’activités produites en contexte numérique, la pertinence de l’archivage et de la documentation.

L’objectif de cette école d’été est d’amener les participants à réfléchir au défi de la patrimonialisation des cultures numériques et plus particulièrement aux problèmes que pose la définition du patrimoine numérique et l’identification des objets matériels et immatériels en vue d’une intégration aux collections nationales comme traces et témoignages des cultures numériques et des transformations sociales liées aux usages des communications numériques.

Au cœur de la sixième édition de l’Université d’été internationale du CÉLAT-MCQ, présentée en collaboration avec l’équipe du LabCMO, des chercheurs et des professionnels de divers horizons, du Québec et d’ailleurs, seront mobilisés afin d’intervenir autour des objectifs suivants : 

  • Réfléchir aux rapports entre culture et usages du numérique de façon générale et plus spécifiquement dans le contexte de la société québécoise ;

  • Développer la réflexion et les connaissances sur les processus d’appropriation des technologies et sur les dimensions historiques des usages du numérique ;

  • Réfléchir aux enjeux de la conservation et de la valorisation des patrimoines numériques;

  • Réaliser un travail pratique qui consistera à choisir, acquérir, documenter et à mettre en exposition un objet du patrimoine numérique pour qu’il intègre le parcours de l’exposition « La liste » (titre provisoire).

Formation

L’Université internationale d’été consiste en un cours intensif, destiné tant aux étudiant(e)s de fin de 1er cycle (GPL-4906) que de 2e – 3e cycle universitaire (GPL-7906), équivalant à trois crédits, sur sept (7) jours (du jeudi 11 mai au samedi 20 mai 2017, avec deux jours de repos) et vise particulièrement :

  • les étudiants universitaires souhaitant acquérir des connaissances et développer une réflexion originale autour de réalités québécoises et brésiliennes liées aux thèmes de l'université d'été
  • les professionnels des secteurs public et privé
  • les gestionnaires du patrimoine
  • les muséologues

Les professionnels de recherche, les stagiaires et les étudiants étrangers peuvent s’inscrire à cette université d’été en formation continue moyennant des frais d’inscription.

Tous les enseignements seront dispensés en français au Musée de la Civilisation, une des composantes du complexe des Musées de la civilisation, situé dans le Vieux-Québec.

Les étudiants inscrits au cours pour les crédits seront évalués. Pour les étudiants de 2e et de 3e cycles, la charge de travail sera plus importante et exigeante. L'évaluation sera fondée sur :

  • la participation générale à l’université d’été et aux ateliers d’idéation (25 %)
  • le projet en équipe présenté à l'oral au terme de la semaine (25 %)
  • le travail écrit à faire parvenir dans les semaines qui suivront l’université d’été, présentant une réflexion sur le projet présenté (50 %)

Les étudiants étrangers, les stagiaires et les professionnels de recherche qui ne souhaitent pas être évalués n’auront pas à remettre le travail écrit.

Date et lieu

Du 11 au 20 mai 2017, Musée de la Civilisation, Québec, QC, Canada

Coûts

  • 150 $ de frais d'inscription obligatoires à cette école d’été (frais non remboursables en cas d’annulation) pour les étudiants inscrits dans une université québécoise, en plus des frais habituels d’inscription à l’Université Laval.
  • 545 $ pour les étudiants étrangers, stagiaires et professionnels d’un musée du Québec ou d’ailleurs, incluant les frais d’inscription en formation continue à l’Université Laval (75 $) et les frais d’inscription obligatoire à cette école d’été (150 $).
  • 795 $ pour tout autre participant ne désirant pas les crédits universitaires, incluant les frais d’inscription en formation continue à l’Université Laval (75 $) et les frais d’inscription obligatoire à cette école d’été (150 $).

Inscription

Le nombre d'inscription est limité à 28.

Les candidats et candidates seront sélectionnés sur la base d’un dossier de candidature comprenant une lettre de motivation et un curriculum vitæ.

Remettre votre dossier de candidature le plus tôt possible à alexis.martig@celat.ulaval.ca.

Comité responsable de la sélection des candidatures

  • Madeleine Pastinelli, Professeure, Département de sociologie, CÉLAT, Université Laval
  • Dany Brown, Directeur, Direction des expositions, Musées de la civilisation
  • Alexis Martig, Chargé de cours, Coordonnateur scientifique, CÉLAT, Université Laval

Intervenants (provisoire)

  • René Audet, littératures, Université Laval (Québec)
  • Dominique Boullier, sociologie, École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse)
  • Martine Cardin, archivistique, Université Laval (Québec)
  • Nathalie Casemajor, communication et culture numérique, INRS (Québec)
  • Alexandre Coutant, communication, UQAM (Québec)
  • Maurizio Ferraris, philosophie, Université de Turin (Italie)
  • Bertrand Gervais, arts et littératures numériques, UQAM (Québec)
  • Martine Gingras, CIRST, UQAM (Québec)
  • Michaël La Chance, philosophie, UQAC (Québec)
  • Guillaume Latzko-Toth, communication, U. Laval (Québec)
  • Martin Lessard, consultant, chargé de cours (Université de Sherbrooke et UQAM) et chroniqueur (Québec)
  • Florence Millerand, communication, UQAM (Québec)
  • Mélanie Millette, communication, UQAM (Québec)
  • Jonathan Roberge, sociologie, INRS(Québec)

Lieux

  • Salle du Belvédère - 27 rue notre dame
    Québec, Canada (G1K4E9)

Dates

  • vendredi 31 mars 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • numérique, patrimoine, musée, mutations sociales, culture numérique

Contacts

  • Alexis Martig
    courriel : alexis [dot] martig [at] celat [dot] ulaval [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • Alexis Martig
    courriel : alexis [dot] martig [at] celat [dot] ulaval [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Numérique et mutations sociales », École d'été, Calenda, Publié le mercredi 15 février 2017, http://calenda.org/394553