AccueilConception, corps et fictions

Conception, corps et fictions

Design, bodies and fictions

*  *  *

Publié le mardi 21 février 2017 par João Fernandes

Résumé

Le premier élément d’attention que nous proposons d’interroger est le concept de « corps » tant dans ses interactions que dans une recherche d’« autoplastique  » qui, au regard de certains projets développés par les designers, amène à définir le corps comme support et/ou matériau. Le second sujet de cet appel invite à interroger les fictions dans leurs capacités à troubler nos représentations. Car même si la finalité « utile » de l’artefact n’est plus aussi facilement perceptible, il semblerait que produire des mondes autres pourrait être l’une des conditions nécessaires à la construction du monde réel. Il ne s’agit pas de dissocier les notions de fictions et de corps, mais au contraire de discuter d’une mise en écho et/ou en tension de ces dernières.

Annonce

Événement organisé par le laboratoire accra de l’université de Strasbourg, avec le soutien de design en recherche, le réseau des jeunes chercheurs en design.

Argumentaire

Corps

Jusqu’où les hommes seraient-ils prêts à interagir corporellement avec les technologies ? Sans doute très loin lorsqu’il s’agit de raisons vitales ou encore, vénales. Dans une disposition méliorative, nous pensons notamment aux applications récentes de cœurs artificiels ou encore au projet scénarisé de Veronica Ranner intitulé Biophilia - Organ Crafting dans lequel des vers à soie, génétiquement modifiés, seraient en capacité de tisser des structures coronariennes plutôt que des cocons. Ces deux exemples l’un réel, l’autre fictionnel, trouvent un appui moral commun, celui du projet salvateur. Mais qu’en serait-il des désirs évolutionnistes ? En résonance avec les performances de l’artiste Stelios Arcadiou alias Stelarc, la recherche de l’individu « augmenté » questionne encore d’une autre manière les relations du vivant avec la machine. Peter Sloterdijk s’interroge justement sur notre rapport à la technique au delà de ce qu’il nomme un « état d’esclavage ontologique ». Dépassant en ce sens le paradigme allotechnique de l’exploitation et de la maîtrise de la nature par la ruse, le philosophe allemand émet l’hypothèse d’une homéotechnique, paradigme d’hybridation et de coproduction. Rappelons aussi, Donna Haraway qui, depuis le milieu des années 1980, défend les principes de dénaturation et de dépassement du genre humain au travers d’une « fiction cyborgienne » apte à redéfinir notre ontologie et notre politique. Ainsi, le premier élément d’attention que nous proposons d’interroger est le concept de « corps » tant dans ses interactions que dans une recherche d’« autoplastique » qui, au regard de certains projets développés par les designers, amène à définir le corps comme support et/ou matériau. Cette désacralisation suppose aussi de modifier notre appréhension culturelle, sociale et politique de ce que l’on pourrait tout aussi bien déterminer comme notre réalité sociale.

Fictions

La fiction est propre à l’espèce humaine qui, par l’imaginaire, la produit. Mais comment le design, entendu comme manière de concevoir de l’utile et par là même de prétendre à la satisfaction d’un besoin, peut-il, par la fiction, trouver une légitimité ? De cette chimère entendue comme instrument de manipulation, on pense à la mimésis platonicienne, il s’agirait d’en saisir un autre versant que Jean-Marie Schaeffer appelle la « feintise ludique », processus à partir duquel la fiction est saisie par une personne qui, en toute conscience, se laisse prendre au jeu. Également, Kendall Walton démontre tout le divertissement d’un « faire-semblant ». L’argument de ces deux auteurs apparaît alors tenir de la jouabilité, condition nécessaire afin que la fiction permette aux individus, qui s’y laissent prendre et surprendre, d’en tirer un certain avantage. D’après le projet de design fictionnel, une telle mise en attention de l’individu suscite un déplacement de son rôle d’« utilisateur » à celui de « regardeur ». Ainsi, le second sujet de cet appel invite à interroger les fictions dans leurs capacités à troubler nos représentations. Car même si la finalité « utile » de l’artefact n’est plus aussi facilement perceptible, il semblerait que produire des mondes autres pourrait être l’une des conditions nécessaires à la construction du monde réel.

Il ne s’agit pas de dissocier les notions de FICTIONS et de CORPS, mais au contraire de discuter d’une mise en écho et/ou en tension de ces dernières.

Modalités de soumission | Communications

Langue : français (anglais éventuellement).

Un résumé de votre communication de 500 mots accompagné de votre nom complet, statut, établissement d’appartenance ainsi que du titre de votre communication.

Les propositions sont à envoyer

avant le 11 mars 2017.

Attention, le déplacement et l’hébergement ne sont pas pris en charge, nous pouvons cependant vous fournir un justificatif qui atteste votre participation. À la suite de cet événement, les participants pourront proposer leur article en vue de la publication du quatrième numéro de la collection Poïétiques du design aux éditions L’Harmattan.

Comité scientifique et organisateur

  • Gwenaëlle BERTRAND, docteur en design et designer associée, ATER en histoire, théorie et pratique du design, Faculté des Arts, Université de Strasbourg, gwbertrand@unistra.fr
  • Maxime FAVARD, docteur en design et designer associé, ATER en histoire, théorie et pratique du design, Faculté des Arts, Université de Strasbourg, mfavard@unistra.fr

Partenaires

  • Laboratoire | Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques | ACCRA, Université de Strasbourg
  • Association | Design en Recherche | Le réseau des jeunes chercheurs en design

Lieux

  • Salle Pasteur du Palais Universitaire - 9 place de l'université
    Strasbourg, France (67)

Dates

  • samedi 11 mars 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • conception, fiction, corps, hybride, biodesign, technologies, écart, environnement, politique

Contacts

  • Gwenaëlle Bertrand
    courriel : gwbertrand [at] unistra [dot] fr
  • Maxime Favard
    courriel : maxime [dot] favard [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Maxime Favard
    courriel : maxime [dot] favard [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Conception, corps et fictions », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 21 février 2017, http://calenda.org/395244