AccueilDe la fabrique locale des empires : pratiques d’altérité et constructions politiques

De la fabrique locale des empires : pratiques d’altérité et constructions politiques

The local manufacture of empires - practices of otherness and political constructions

Amériques, Afrique, Asie, Europe, XVIe-XVIIe siècles

The Americas, Africa, Asia, and Europe in the 16th and 17th centuries

*  *  *

Publié le mercredi 15 février 2017 par João Fernandes

Résumé

La notion de métissage ibérique a été étroitement liée à la définition d’une première mondialisation et d’un premier temps colonial, celui des empires ibériques à l’époque moderne. Elle renvoie à un processus d’homogénéisation qui résulte des contacts entre « naturels » et « étrangers » à la terre. Cette notion est souvent confondue avec celles de mélange, de mixité, d’hybridité ou de syncrétisme. L’ambition de cette rencontre est d’interroger la fabrique locale des empires ibériques en revenant sur les « pas perdus » des constructions impériales ibériques aux XVIe-XVIIe siècles. Il s’agit de considérer le rôle politique des groupes sociaux différenciés métissés et/ou indigènes dans la formation des empires hispanique et portugais.

Annonce

Casa de Velázquez (Madrid), 26 -27 avril 2017

Argumentaire

La notion de métissage ibérique a été étroitement liée à la définition d’une première mondialisation et d’un premier temps colonial, celui des empires ibériques à l’époque moderne. Elle renvoie à un processus d’homogénéisation qui résulte des contacts entre « naturels » et « étrangers » à la terre. Cette notion est souvent confondue avec celles de mélange, de mixité, d’hybridité ou de syncrétisme. L’ambition de cette rencontre est d’interroger la fabrique locale des empires ibériques en revenant sur les « pas perdus » des constructions impériales ibériques aux 16e-17e siècles. Il s’agit de considérer le rôle politique des groupes sociaux différenciés métissés et/ou indigènes dans la formation des empires hispanique et portugais. Nous aimerions réfléchir aux stratégies mises en œuvre par les différents groupes sociaux métis et indigènes dans les cadres impériaux ibériques en Afrique, en Asie, en Amérique et en Europe.

Axes thématiques

Quatre axes de réflexion structureront cet atelier :

1. Le rôle politique des groupes métis et/ou indigènes au sein des enclaves coloniales ibériques. Une attention particulière sera portée aux interactions avec les entités politiques locales, aux divers processus d’appropriation des territoires, en même temps qu’aux stratégies de conservation du pouvoir des acteurs métis à l’échelle locale.

2. Les dynamiques de pouvoir dans les espaces de frontière, dans la perspective des constructions impériales. Les relations politiques et diplomatiques, et plus précisément le rôle des conjonctures locales de pouvoir, seront considérés dans leurs effets sur les gestions impériales ibériques.

3. Le problème de l’articulation impériale face aux ajustements entre pratiques politiques et arrangement sociaux locaux. La labilité et la cristallisation des catégories coloniales seront confrontées à la tension entre différentiation périphérique et uniformisation impériale.

4. Les discours locaux d’affirmation et de construction d’une identité sur la base du sang, du lignage, de la couleur. Ces discours seront interrogés dans la perspective des processus de mimétisme et/ou des opérations de traductions engagés dans la relation entre ces groupes différenciés et l’empire.

Ces pistes ne sont pas exhaustives, nous considérerons également des propositions portant sur d’autres contextes géographiques ou chronologiques, ainsi que sur des aspects plus théoriques qui puissent enrichir la réflexion transdisciplinaire.

Soumission des propositions

Les propositions comporteront le titre de la communication, le résumé (350 mots maximum), les coordonnées de l’auteur, adresse électronique, affiliation universitaire, et un CV abrégé. Les propositions sont à envoyer en fichiers .doc ou .pdf

avant le 1 mars 2017

à l’adresse suivante aanor.lemouel@univ-nantes.fr. Il n’y a pas de frais d’inscription et le colloque prendra en charge les frais d’hébergement et de déplacement des intervenants. Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront être faites en anglais, espagnol, français et portugais. Une sélection des communications présentées au colloque sera publiée dans un volume collectif.

Comité organisateur et scientifique

  • António de Almeida Mendes (Université de Nantes, CRHIA-STARACO)
  • Christophe Giudicelli (Université de Rennes 2, CERMA)
  • Aanor Le Mouël (Université de Nantes, CRHIA-STARACO)
  • Guida Marques (Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales, CRBC)

Partenaires

PRALT (PRAtiques de l’ALTérité) : programme de recherche pluri-annuel École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Château des Ducs de Bretagne (Nantes), Institut d’Études Avancées (Nantes) et EA 1163 (CRHIA, université de Nantes).

STARACO (STAtuts, RAce et COuleurs dans l’Atlantique) : programme de recherche financé par la Région Pays de la Loire, Nantes (www.staraco.org)

CRHIA : Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, Université de Nantes (www.chria.fr)

Lieux

  • Casa de Velazquez
    Madrid, Espagne

Dates

  • mercredi 01 mars 2017

Mots-clés

  • Amériques, Afrique, Asie, Europe, construction politique, empire, ibérique

Contacts

  • Aanor Le Mouël
    courriel : aanor [dot] lemouel [at] univ-nantes [dot] fr
  • Antonio De Almeida Mendes
    courriel : antonio [dot] dealmeidamendes [at] univ-nantes [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Aanor Le Mouël
    courriel : aanor [dot] lemouel [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« De la fabrique locale des empires : pratiques d’altérité et constructions politiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 15 février 2017, http://calenda.org/395487