AccueilLa scène punk en France (1976-2016): question de violences

La scène punk en France (1976-2016): question de violences

The punk scene in France (1976-2016) - issues of violence

*  *  *

Publié le mercredi 08 mars 2017 par João Fernandes

Résumé

Cette douzième journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France 1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des patrimoines du CESR, THALIM et l’ANR. Son objectif est de s’emparer de questions essentielles qui, touchant aux modes de vie et de création artistique et musicale, inscrivent la violence réelle, imaginée ou fantasmée au cœur des fonctionnements et des représentations de la scène punk en France. 

Annonce

Argumentaire

Cette douzième journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France 1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des Patrimoines du CESR, THALIM et l’ANR.

 « Dans les récitals normaux, lorsqu’une vedette a fini son tour et qu’on souhaite la revoir, on applaudit, on crie bis. Les punks, eux, lancent des canettes de bière sur la scène » (Festival de Mont-de-Marsan, journal Sud-Ouest, 1976). Perçu dès ses origines comme un mouvement de subversion, porté par une musique sauvage et des textes frappés au coin de la provocation, le punk questionne. Ne serait-il que violences ? Et de quelles violences parlons-nous ? Violences physiques, symboliques, violences sur les autres ou sur soi ? Si les punks ont inventé le pogo, rapport débridé des corps dans une danse éminemment physique, ils ont aussi paradoxalement instauré des usages qui encadrent implicitement les manières de pogoter et fait de ce temps social un moment informel d’initiation et d’intégration au groupe. Cette liberté de faire et de créer autrement n’est pas sans interroger en retour les violences symboliques d’une scène punk qui se vit majoritairement au masculin, sans pour autant forcément le reconnaître. Volontiers représenté comme crasseux, enlaidi, percé, vêtu de cuir ou de vêtements déchirés, le punk véhicule une image de perdition, de fuite en avant, souvent réduite à la figure du drogué et du délinquant. Mais la force du punk et ses raisons de se réinventer depuis quarante ans en France ne résident elles pas également dans la manière d’appréhender les violences du monde, de les dénoncer en musique, de s’y opposer par la force des textes, des projets alternatifs et des multiples résistances à l’ordre établi, bref de les tordre pour imaginer qu’une autre vie est possible ?

L’objectif de cette journée d’étude sera donc de s’emparer de questions essentielles qui, touchant aux modes de vie et de création artistique et musicale, inscrivent la violence réelle, imaginée ou fantasmée au cœur des fonctionnements et des représentations de la scène punk en France. 

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les propositions de comunication (10 lignes max) accompagnées d'une brève bio-bibliographie (10 lignes max) sont à envoyer

avant le 1er avril

à l'adresse suivante: solveig.serre@gmail.com

Comité scientifique

  • Dominique Bodin
  • Luc Robène
  • Solveig Serre

Lieux

  • Centre musical FGO-Barbara - 1 rue Fleury
    Paris, France (75)

Dates

  • samedi 01 avril 2017

Mots-clés

  • scène punk, France, violence

Contacts

  • Solveig Serre
    courriel : solveig [dot] serre [at] gmal [dot] com
  • Luc Robène
    courriel : luc [dot] robene [at] u-bordeaux [dot] fr

Source de l'information

  • Solveig Serre
    courriel : solveig [dot] serre [at] gmal [dot] com

Pour citer cette annonce

« La scène punk en France (1976-2016): question de violences », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 08 mars 2017, http://calenda.org/398295