Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Le lexique dans les langues de spécialité

Lexis in Languages for specific purposes (LSP)

Revue « Lexis », n°11

“Lexis” e-journal, n.11

*  *  *

Publié le mercredi 15 mars 2017 par João Fernandes

Résumé

L’objet de ce numéro de Lexis vise à apporter des éléments de réponse aux questions de fond posées par l’idée de lexique dans les langues de spécialité tout en contribuant à l’exploration de la facette lexicale des langues de spécialité, quel que soit le domaine et quelle que soit la visée (didactique ou purement exploratoire).

The purpose of this Lexis issue is to provide answers to the basic epistemological questions raised by the notion of lexis in languages for specific purposes, while contributing to the exploration of the lexical facet of languages for specific purposes, whatever the domain and whatever the aim (didactic or purely exploratory).

Annonce

Argumentaire

Contrairement à ce que nous pourrions croire, l’articulation entre la notion de lexique et celle de langue de spécialité est loin d’être évidente. D’un point de vue général en effet, le lexique relève de la langue en tant que système. Pour les générativistes, le lexique est l’un des éléments de la composante de base de la grammaire [Dubois et al. 2002 : 283] et il en est de même pour les spécialistes de la linguistique systémique fonctionnelle pour qui le lexique est une facette du système de la lexico-grammaire qui contribue au potentiel signifiant d’une langue [Halliday & Matthiessen 2004]. Dans ce cadre, l’unité lexicale est étudiée pour les rapports qu’elle entretient avec le système de la langue, qu’il s’agisse de rapports sémantiques (synonymie, hyperonymie, antonymie, etc.) ou de rapports syntagmatiques (flexion et degrés de délicatesse). En d’autres termes, le lexique est un concept relativement indépendant des domaines spécialisés en ce qu’il comprend l’ensemble des potentialités lexicales d’une langue quel que soit le domaine en question (le droit, la médecine, les affaires, etc.). A première vue donc, la pertinence du concept de lexique pour rendre compte d’une langue de spécialité s’amenuise à mesure que le degré de spécialisation augmente et que la terminologie gagne en puissance. Par exemple, la plupart des travaux qui portent sur l’anglais de spécialité montrent qu’un critère fondamental de démarcation entre une variété spécialisée (anglais juridique, anglais médical, anglais des affaires, etc.) et l’anglais dit « général » et entre les variétés spécialisées entre elles se situe au niveau des termes. Par conséquent, et c’est la question de fond que nous souhaitons aborder dans ce numéro spécial de Lexis, en quoi la notion de lexique est-elle pertinente pour l’étude du spécialisé dans la langue ?

Un premier élément de réponse pourrait provenir du concept de corpus comme échantillon représentatif d’un système linguistique, qu’il s’agisse d’une langue ou d’une variété de langue. Le corpus et les outils d’analyse qui lui sont traditionnellement associés permettent en effet, et à une échelle relativement grande, d’échantillonner une langue de spécialité afin d’en dégager, entre autres éléments, des listes exhaustives d’items lexicaux ou lexico-grammaticaux qui représentent le champ lexical d’un domaine. La configuration de ce champ, notamment à travers les schémas de fréquence, sa cohésion, c’est-à-dire les liens que les items entretiennent entre eux, et plus particulièrement les rapports que ces items entretiennent avec les termes d’un domaine spécialisé donné, peuvent clairement contribuer à la caractérisation d’une variété spécialisée.

Un second élément de réponse concerne la visée didactique de l’analyse lexicale ou lexico-grammaticale des langues de spécialité. Définie pour l’anglais par la commission de la SAES comme « l’expression d’un domaine spécialisé dans la langue » Commission formation de la SAES 2011 : 3], la langue de spécialité possède potentiellement un lexique (spécialisé) que nous pouvons considérer comme un élément constitutif de la compétence lexicale dans une langue et forme à ce titre un objet d’étude légitime pour la didactique des langues de spécialité.

L’objet de ce numéro de Lexis vise à apporter des éléments de réponse aux questions de fond posées par l’idée de lexique dans les langues de spécialité tout en contribuant à l’exploration de la facette lexicale des langues de spécialité, quel que soit le domaine et quelle que soit la visée (didactique ou purement exploratoire).

Axes thématiques

Une liste non exhaustive de questions pourrait être la suivante :

  •  Dans quelle mesure le lexique permet-il la caractérisation des langues de spécialité ?
  •  Comment extraire puis organiser le lexique d’une langue de spécialité ?
  •  En quoi l’étude des phénomènes de développement du lexique spécialisé permet-elle de mieux connaître le domaine et ses évolutions ?
  •  En quoi le lexique, en tant que produit d’un processus dynamique de production langagière [Tournier 1985] permet-il d’identifier des nouveaux domaines spécialisés ?
  •  Peut-on mettre au jour des procédés d’emprunt et d’harmonisation entre langues de spécialités ?
  •  Pour un domaine spécialisé donné, quels sont les phénomènes de lexicalisation et d’apparition de nouveaux mots (« productivité lexicogénétique » [Duchet et Chaulet 2004]) ainsi que les processus de dérivation (affixation, suffixation) qui les sous-tendent ?
  •  Comment utiliser le lexique à des fins d’enseignement-apprentissage d’une langue de spécialité ?

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter un abstract ne dépassant pas 3.000 caractères, une liste de mots-clés ainsi que le titre de votre contribution.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes dans différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être rejetées, acceptées sous réserve de modification, ou acceptées telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

  •  mars 2017 : appel à contributions
  •  juillet 2017 : abstracts à envoyer à Lexis
  •  septembre 2017 : avis aux auteurs
  •  novembre 2017 : réception des articles
  •  novembre et décembre 2017 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique
  •  décembre 2017 à janvier 2018 : corrections par les auteurs
  •  février 2018 : réception de la version définitive des articles

Éditeurs

Marion Charret-Del Bove et Philippe Millot (Université de Lyon – Jean Moulin Lyon 3, France) 

Appel à communication en français : http://lexis.revues.org/1067

Bibliographie

  • Commission formation de la saes. Evolution et enjeux des formations et de la recherche dans le lecteur LANSAD, 2011 : <http://saesfrance.org/arc/pdf/ASP-LANSAD-Didactique_de_l_anglais_DEFdoc.pdf>.
  • Dubois Jean et coll. Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994.
  • Duchet Jean-Louis et Chaulet Olivier. « Étude de l’affixation dérivationnelle par traitement automatique du lexique juridique canadien », ASp, 43-44, 2004 : 81-98.
  • Halliday M.A.K. Matthiessen Christian. An introduction to functional grammar, Hodder Education, Londres, 2004.
  • Tournier Jean. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris, Genève : Champion-Slatkine, 1985.

Argument

Contrary to what one may believe, the articulation between the notion of “lexis” and that of “language for specific purposes” is far from obvious. From a general point of view, lexis is part of the language considered as a system. For generativists, lexis is one of the elements of the basic component of grammar [Dubois et al. 2002: 283] and the same is true for specialists in systemic functional linguistics, for whom lexis is one aspect of the lexicon-grammar system that contributes to the potential signifier of a language [Halliday & Matthiessen 2004]. In this framework, lexical units are studied for their relations with the system of language, whether it be semantic relations (synonymy, hyperonymy, antonymy, etc.) or syntagmatic relationships (inflections and degrees of delicacy). In other words, lexis is a concept that is relatively independent of specialised domains in that it includes all the lexical potential of a language regardless of the domain (e.g., law, medicine, business, etc.). Thus, at first glance, the relevance of the concept of lexis to account for a language for specific purposes decreases as the degree of specialisation increases and terminology intensifies. For example, most of the works focusing on English for specific purposes demonstrate that a fundamental demarcation criterion between a specialised variety (e.g., legal English, medical English, business English) and so-called “general” English and within specialised varieties lies at the level of terms. Therefore, and this is the substantive issue this 11th issue of Lexis seeks to address, how is the notion of lexis relevant to the study of the specialised facet of language?

A first possible answer could come from the concept of corpus as a representative sample of a linguistic system, whether it is a language or one of its varieties. As a matter of fact, the corpus and the analytical tools traditionally associated with it make it possible, on a relatively large scale, to sample a language for specific purposes in order to draw, among other elements, comprehensive lists of lexical or lexico-grammatical items that represent the semantic field of a domain. The configuration of this field, in particular through its frequency patterns, its cohesion, i.e. the links that the items maintain among themselves, and more particularly the relations that these items maintain with the terms of a given specialised domain can clearly contribute to the characterisation of a specialised variety.

A second element of response concerns the didactic aim of the lexical or lexico-grammatical analysis of languages for specific purposes. Defined for English by the SAES committee as “the expression of a specialised domain in language” [Commission formation de la SAES 2011: 3], a language for specific purposes potentially has a (specialised) lexis that can be considered as a constitutive element of the lexical competence in a language and as such forms a legitimate object of study for LSP didactics.

The purpose of this Lexis issue is to provide answers to the basic epistemological questions raised by the notion of lexis in languages for specific purposes, while contributing to the exploration of the lexical facet of languages for specific purposes, whatever the domain and whatever the aim (didactic or purely exploratory).

Main topics

  • A non-exhaustive list of questions could be as follows:
  • To what extent does lexis allow the characterisation of languages for specific purposes?
  • How to extract, then organise, the lexis of a language for specific purposes?
  • How may the study of specialised lexis enable us to account for domains and their evolutions?
  • How does lexis, as a product of a dynamic process of language production [Tournier 1985], allow the identification of new specialised domains?
  • Is it possible to identify borrowing and harmonising processes between languages for specific purposes?
  • For a given specialised domain, what are the phenomena of lexicalisation and appearance of new words (“lexicogenetic productivity” [Duchet and Chaulet 2004]), as well as the processes of derivation (affixation, suffixation) that underlie them?
  • For a given language for specific purposes, how to use the lexis for teaching-learning purposes?

How to submit

Please clearly indicate the title of the paper and include an abstract of no more than 3,000 characters as well as a list of relevant key-words. All abstract and paper submissions will be anonymously peer-reviewed (double-blind peer reviewing) by an international scientific committee composed of specialists in their fields. Papers will be written preferably in English or occasionally in French.

Manuscripts may be rejected, accepted subject to revision, or accepted as such. There is no limit to the number of pages.

Abstracts and articles will be sent via email to lexis@univ-lyon3.fr

Deadlines

  • March 2017: call for papers
  • July 2017: deadline for sending in abstracts to Lexis

  • September 2017: Evaluation Committee’s decisions notified to authors
  • November 2017: deadline for sending in papers
  • November and December 2017: proofreading of papers by the Evaluation committee
  • December to January 2018: authors’ corrections
  • February 2018: deadline for sending in final versions of papers

Co-editors: Marion Charret-Del Bove and Philippe Millot (University of Lyon - Jean Moulin Lyon 3, France).

CFP in English: http://lexis.revues.org/1066

References

  • Commission formation de la saes. Evolution et enjeux des formations et de la recherche dans le lecteur LANSAD, 2011 : <http://saesfrance.org/arc/pdf/ASP-LANSAD-Didactique_de_l_anglais_DEFdoc.pdf>.
  • Dubois Jean et coll. Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994.
  • Duchet Jean-Louis et Chaulet Olivier. « Étude de l’affixation dérivationnelle par traitement automatique du lexique juridique canadien », ASp, 43-44, 2004 : 81-98.
  • Halliday M.A.K. Matthiessen Christian. An introduction to functional grammar, Hodder Education, Londres, 2004.
  • Tournier Jean. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris, Genève : Champion-Slatkine, 1985.

Catégories

Dates

  • samedi 15 juillet 2017

Mots-clés

  • lexique, langue de spécialité, technique, anglais standard, anglais spécialisé

Contacts

  • Denis Jamet
    courriel : lexis [at] univ-lyon3 [dot] fr

Source de l'information

  • Denis Jamet
    courriel : lexis [at] univ-lyon3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le lexique dans les langues de spécialité », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 15 mars 2017, http://calenda.org/398916