AccueilLa sociologie pragmatique et l'étude des sociétés maghrébines

La sociologie pragmatique et l'étude des sociétés maghrébines

Pragmatic sociology and the study of Maghreb societies - new subjects, new methods

Nouveaux objets, nouvelles méthodes

*  *  *

Publié le vendredi 10 mars 2017 par Céline Guilleux

Résumé

ce colloque international est organisé par l'unité de recherche « État, culture et mutations sociales » (ECUMUS) à la faculté des lettres et des sciences humaines de Sfax (Tunisie) en collaboration avec l'Association tunisienne de sociologie. Il a pour objectif de mettre le point sur les apports théoriques de la sociologie pragmatique et de mettre à l'epreuve ses concepts et ses méthodes à travers des études empiriques effectuées dans les sociétés magrebine et ailleurs. 

Annonce

Argumentaire

L’objectif de ce colloque international est de rendre compte d’un « tournant pragmatique » en recherche sociologique. Ce tournant est à l’origine, depuis quelques décennies en France comme ailleurs, de la formation d’un nouveau « courant » sociologique baptisé« sociologie pragmatique ». A l’origine, initié par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, ce nouveau « style » sociologique entend dépasser l’opposition habituelle entre l’individuel et le collectif, cherchant à intégrer dans un même paradigme de multiples apports théoriques à la fois européens (Durkheim, Weber, Bourdieu…) et américains (Chomsky, Garfinkel, Goffman…).

L’ambition de ce colloque est de faire le point sur les apports théoriques et méthodologiques de cette approche sociologique, mais aussi de la mettre à l’épreuve pour l’étude des sociétés du Maghreb. Il s’agit d’abord d’interroger la portée théorique de la sociologie pragmatique :n’est-ce qu’un effet de mode ou bien a-t-on affaire à une théorie sociologique qui ne cesse de s’affirmer ? Quelle est son originalité ? Quels sont ses apports et ses limites ? Quels programmes de recherche a-t-elle inspirée ? De quels décloisonnements disciplinaires est-elle porteuse ?

Plus encore, il s’agit de s’interroger sur les possibilités de mobiliser son modèle d’analyse pour appréhender les changements sociaux, politiques et culturels qui ont marqué, ces dernières années, les sociétés maghrébines. Les études de ces sociétés peuvent-elles se développer dans le sillage de la sociologie pragmatique en tant que sociologie de la critique et des épreuves de la vie sociale ?

Il importe dès lors de passer au crible de l’analyse critique les présupposés épistémologiques et les résultats des travaux empiriques afin de mesurer la pertinence et la fécondité de ce « style » sociologique pour appréhender des questions de justice sociale, de critique sociale et des problématiques liées au compromis et aux arrangements et, plus généralement, liées à des questions morales, juridiques et politiques.

Sur le plan méthodologique, les sociologues qui s’inscrivent dans le sillage de ce « style » sociologique ont développé de nouvelles façons de conduire l’enquête, de collecter les données, de mener le travail sur le terrain. Ils s’intéressent notamment à l’étude de cas(case method), aux controverses, aux « affaires », aux situations tendues, etc. pour étudier les justifications des acteurs sociaux et scruter les logiques de fonctionnement du monde social. Ce colloque est aussi l’occasion d’évaluer l’apport méthodologique de cette approche sociologique, en cherchant à savoir dans quelle mesure ces outils méthodologiques sont mobilisables pour appréhender des phénomènes propres aux sociétés du Maghreb.

Quatre axes thématiques sont proposés aux différents intervenants. Ils seront abordés lors des conférences plénières et pendant les ateliers.

Axe 1. Justice et justification en contextes maghrébins

La sociologie pragmatique se préoccupe plus particulièrement des justifications que les acteurs sociaux mobilisent pour dénoncer une offense ou injustice. Les mouvements d’indignation et de protestation qui se sont développés ces dernières années dans la région du Maghreb sont les expressions de multiples formes d’injustices et peuvent dès lors être au cœur des préoccupations de la sociologie pragmatique.

Cet axe sera ainsi consacré à l’étude de ces formes d’injustice et de protestation en partant du point de vue des acteurs, de leurs justifications et leurs dénonciations publiques. Les questions autour de la justice sociale, des inégalités, d’exclusion, etc. seront au premier rang de la réflexion.

A cet égard, les soulèvements populaires en Tunisie et ailleurs ont révélé la profondeur et l’étendue des inégalités et de l’injustice, non seulement à l’échelle des individus, mais aussi celle du genre, des classes sociales et des régions. Les inégalités et l’injustice traversent de part en part la société tunisienne et les sociétés du Maghreb. De fait, ces inégalités mettent en danger la pérennité du lien social et la cohésion entre les groupes sociaux et les régions. En outre, elles ne sont pas uniquement économiques ; elles se rapportent à toutes les sphères de la société : de la santé à la culture, de l’éducation à l’environnement, en passant par l’économique et le politique.

La sociologie pragmatique nous fournit les outils théoriques et méthodologiques pour appréhender ces questions. Elle permet de prendre au sérieux la manière dont les individus jugent et justifient, dans des situations de dispute, de désaccord ou de controverse, les faits, les normes ou valeurs et les actes individuels ou collectifs. Ces opérations de justification mobilisent une pluralité de principes de justice en fonction des situations et d’expériences d’inégalité et d’injustice vécues par les personnes. Il convient dès lors de les identifier dans les contextes des pays du Maghreb afin de les analyser et de comprendre les logiques.

Les justifications en situation de dispute sont l’expression de jugements qui font référence à une pluralité de mondes et qui servent d’appuis normatifs aux personnes pour expliciter leur sens de la justice. C’est par le biais d’une sociologie de la justification et des épreuves que les questions cruciales de la critique et de la justice seront donc analysées.

L’intérêt porté aux justifications émises par les individus nous mène à l’étude des régimes d’actions et plus précisément à la reconstruction de leurs logiques, ce qui est à la base de l’enquête pragmatique. L’étude de la justice selon la sociologie pragmatique invoque, en outre, la question des compromis justes, dans le contexte maghrébin, et les différentes interrogations que posent les expériences locales autour des processus allant de la critique aux arrangements.

Axe 2 : Disputes, compromis et arrangement

Il s’agit dans cet axe de réfléchir à des problématiques liées aux disputes, désaccords et conflits et à la manière dont ils frayent la voie au compromis et à l’arrangement. Comment des personnes ordinaires impliquées dans disputes de la vie quotidienne parviennent-elles à trouver des compromis ou se limitent à des arrangements contingents ?

Dans la pratique, le compromis implique une forme d’échange, d’interaction entre des partenaires mus par l’idée de parvenir à un accord, de trouver un accommodement entre des principes ou des intérêts contradictoires. Cela suppose de la part des partenaires une volonté de s’entendre, de coopérer ; un effort d’adaptation, de renoncement, de concessions réciproques, c’est-à-dire une volonté de se mettre d’accord pour composer et suspendre ne serait-ce que momentanément le différend ou la dispute. Dans cette perspective, le concept de compromis fonctionne comme une catégorie sociologique que l’on peut mobiliser pour appréhender des réalités multiples : sociales, politiques, économiques, culturelles, axiologiques, etc.

A la différence du compromis, l’arrangement est toujours local, contingent et ponctuel. Alors que le compromis est la manifestation d’un accord plus ou moins durable qui s’appuie sur des principes universalisables, l’arrangement est une forme de relativisation. Rapporté aux convenances réciproques de chaque partie et non élaboré en vue d’un bien commun, l’arrangement suppose un lien entre les personnes qui ne soit pas généralisable à d’autres personnes. Ce lien est toujours cantonné à des relations privilégiées entre un nombre déterminé de personnes. De plus, l’arrangement s’apparentant à une forme d’accord à l’amiable entre plusieurs individus, il ne fait pas non plus l’objet de convention explicite et ne peut donc être soumis à la justification publique. Ce lien suppose davantage l’accord « privé ». Ainsi tout ce qui exprime la complicité (tels que les apartés, l’ironie, …) constitue des entrées dans l’arrangement. En outre, une des caractéristiques de l’arrangement étant précisément d’être ponctuel et temporaire, celui-ci peut être remis en cause à tout moment.

Dégager les « grammaires » de ces compromis et ces arrangements serait une manière à la fois d’accéder à ce qui caractériserait les pratiques sociales dans la vie quotidienne et d’expliciter les règles et les conventions sociales tacites qui sous-tendent la façon dont les acteurs appréhendent le monde et la réalité sociale dans les sociétés du Maghreb.

Pour rendre intelligible ces « grammaires », la sociologie pragmatique accorde une attention toute particulière aux « situations tendues », aux disputes au cours desquelles les acteurs sont amenés à se justifier pour rendre légitime leurs actions, décisions et principes. Elles sont, de même, révélatrices des capacités des personnes à coordonner leurs actions, à agir en commun, à sceller des accords de compromis et à construire des arrangements. Conçues comme des moments de critique et de dénonciations publiques, les disputes sont considérées comme des épreuves au cours desquelles les personnes mobilisent des ressources et des compétences spécifiques qu’il convient de les analyser en profondeur.

C’est l’un des objectifs de cet axe dont l’ambition est d’analyser les transformations des sociétés maghrébines en cherchant à identifier les grammaires du compromis et de l’arrangement qui émergent des situations tendues et des disputes entre acteurs individuels ou collectifs. Il s’agit d’identifier les « capacités » que les personnes mobilisent pour surmonter leurs désaccords, différends et litiges et se frayer un chemin vers le compromis ou l’arrangement. C’est aussi l’occasion de mesurer l’apport de la sociologie pragmatique pour l’étude des sociétés maghrébines, en se distanciant d’une sociologie classique qui se préoccupe d’avantage de l’étude des rapports de domination et des structures de l’action.

Axe 3. Espace public, dénonciation publique et « Affaire »

La notion d’affaire est une notion centrale pour traiter des litiges, controverses et  polémiques dans l’espace public. Elle permet d’analyser les principaux éléments qui servent à décrire la façon dont des protestations, dénonciations publiques et indignations se déploient dans la vie quotidienne et prennent forme en exprimant le point de vue des personnes qui s’y sont impliquées.

Son utilisation présente un intérêt majeur parce qu’elle se nourrit des critiques, des dénonciations et des indignations qui permettent à des acteurs, individuels ou collectifs, de réaffirmer les valeurs, les principes et les droits auxquels ils accordent une primauté nécessaire pour favoriser des relations basées sur la justice et le vivre-ensemble. L’affaire est donc l’une des « formes sociales dont disposent les gens pour s’opposer et se lier » (Boltanski).Elle peut aussi se transformer en « cause », une défense à portée universelle, s’adressant à tous.

Pour introduire la dénonciation publique dans le champ de l’analyse sociologique, la sociologie pragmatique traite « l’affaire » comme une forme exemplaire permettant de scruter les processus par lesquels s’opère le passage de la singularité à la généralité et de l’individuel au collectif, ce que l’on désigne par une « montée en généralité »au cours de laquelle les personnes construisent leurs revendications et affirment leurs critiques.

La notion « d’affaire », centrale dans la perspective de la sociologie pragmatique, permet ainsi d’enrichir le matériau de l’enquête sociologique en explicitant les processus et les dynamiques des controverses et de formation des « causes » dans l’espace public. L’enjeu est aussi d’analyser les « montées en généralité » qui sont à l’origine du passage du singulier au général et de la formation du « collectif », c’est-à-dire la mobilisation des groupes de personnes autour d’une « cause » ou d’un « problème public ».L’enjeu de cet axe est de mobiliser ce cadre conceptuel pour étudier les sociétés du Maghreb.

Axe 4. « Régime de violence » : épreuves de force et basculement dans les disputes en violence

A la différence du « régime de justice » (axe 1) qui a bénéficié d’un grand intérêt de la part des chercheurs se réclamant de la sociologie pragmatique, le « régime de violence » reste la zone d’ombre de cette perspective sociologique. En effet, ce régime a été complètement délaissé par la sociologie pragmatique et les travaux le concernant manquent cruellement. La dispute en violence est donc négligée au profit du régime de la dispute en justice. Les fondateurs du « style » pragmatique, Luc Boltanski et Laurent Thévenot, n’ont pas conçu de grille d’analyse permettant d’appréhender les disputes en violence et n’ont pas développé des recherches empiriques les concernant.

Il apparait dès lors opportun de s’attaquer à l’étude de ce « régime de violence » pour en scruter les logiques spécifiques et les ressources que mobilisent les personnes pour basculer d’un régime de justice vers un régime de violence. Les opérations de basculement d’un régime à l’autre sont des moments cruciaux pour l’étude empirique des régimes d’action. Il est également intéressant d’opérer un travail de conceptualisation fondé sur des matériaux empiriques propres au régime de dispute en violence. C’est l’objet de cet axe dont l’ambition est de poser les bases d’une analyse concrète pour appréhender la violence en termes de « régime d’action » dont la particularité est de se déployer hors-équivalence. Le concept « d’épreuve de force », central pour la sociologie pragmatique, est d’un intérêt majeur pour toute investigation autour des disputes en violence.

A travers l’étude de ce régime de violence, nous souhaiterions ouvrir des pistes nouvelles pour l’exploration empirique de la violence dans des domaines très divers, comme ceux du monde du travail, des organisations, des pratiques religieuses et plus généralement dans les espaces publics.

On peut aussi s’interroger sur la possibilité de recourir à la figure du compromis pour sortir du régime de dispute en violence, sachant que le compromis peut être un rempart contre la violence. Autrement dit, il importe d’analyser comment la négociation, l’arrangement ou le compromis constituent des modalités pratiques dont disposent les personnes pour échapper aux épreuves de force et éviter de basculer dans la violence.

Modalités de participation

Nous souhaiterions recevoir vos propositions : un titre ainsi qu’un résumé (une ou deux pages maximum) de votre contribution,

avant le 30 avril 2017.

Le comité scientifique du colloque examinera les propositions au cours du mois de mai. Les auteurs dont les propositions sont retenues seront informés, avant le 31 mai 2017.Nous vous communiquerons aussitôt la liste des personnes qui participeront au colloque.

Les textes définitifs des contributions doivent impérativement être envoyés, avant le 31 octobre 2017.

Les propositions sont à soumettre à Mohamed NACHI : m.nachi@ulg.ac.be

Comité scientifique

  • Ridha Ben Amor,
  • Mohamed Ali Ben Zina,
  • Imed Melliti,
  • Chokri Memni,
  • Mohamed Nachi,
  • Sihem Najar,
  • Rabeh Nabli,
  • Fethi Rekik,
  • Abdessatar Sahabni,
  • Mohamed Naim Yaakoubi.

Comité d’organisation

  • Najet Araari,
  • Pierre Beaulieu,
  • Zouheir Benjannet,
  • Houaida Ben Khater,
  • Samiha Hamdi,
  • Marta Luceño Moreno,
  • Mohamed Nachi,
  • Fethi Rekik,
  • Salma Triki,
  • Naim Yaakoubi.

Dates

  • dimanche 30 avril 2017

Mots-clés

  • sociologie pragmatique, négociation, compromis, conflit

Contacts

  • Mohamed Nachi
    courriel : m [dot] nachi [at] ulg [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Zouheir Ben Jannet
    courriel : ben_jannet2004 [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La sociologie pragmatique et l'étude des sociétés maghrébines », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 10 mars 2017, http://calenda.org/399029