Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Études environnementales et sciences sociales : temporalités, matérialités, sources et enquêtes

Environmental studies and social sciences : temporalities, materiality, archives and inquiries

*  *  *

Publié le jeudi 16 mars 2017 par João Fernandes

Résumé

La troisième édition de cet atelier doctoral sera l’occasion de reconsidérer la pluralité des modes de développement des études environnementales, qui se sont déployées à partir d’ancrage disciplinaires variés (environmental history, géohistoire, science studies, géographie historique, political ecology, sociologie, archéologie environnementale, anthropologie…). Parmi les thèmes de l’atelier doctoral : « Historiographies et écriture de l’histoire à l’épreuve de l’Anthropocène » ; « Échelle globale et environnements situés » ; « Les archives de la terre : traces, paysages et collections » ; « Matérialités et rapports à la terre ».

The third edition of this doctoral workshop will consider the plurality of making environmental studies and the plurality of disciplines in environmental studies: environmental history, sociology, geo-history, science studies, historical geography, political ecology, environmental archeology, anthropology… The workshop will be organized around four main themes: “Historiographies and new ways of writing history in the Anthropocene era”; “Global scale and situated environments”; “The earth’s archives: traces, landscapes, and collection”; “Materiality and earth relations”. T

Annonce

Présentation

« Études environnementales et sciences sociales ». La troisième édition de l’atelier doctoral La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation, organisée par l’École française de Rome et l’EHESS, sera l’occasion de reconsidérer la pluralité des modes de développement des études environnementales, qui se sont déployées à partir d’ancrage disciplinaires variés (environmental history, géohistoire, science studies, géographie historique, political ecology, sociologie, archéologie environnementale, anthropologie…). Parmi les thèmes de l’atelier doctoral : « Historiographies et écriture de l’histoire à l’épreuve de l’Anthropocène » ; « Échelle globale et environnements situés » ; « Les archives de la terre : traces, paysages et collections » ; « Matérialités et rapports à la terre ». L’atelier est ouvert aux doctorants et étudiants à partir du M2 de toutes disciplines et travaillant sur toutes les périodes. Les candidatures doivent être envoyées avant le 5 juin 2017.

Argumentaire

Les études environnementales ont connu dans la dernière décennie, une croissance qui les situe aujourd’hui au cœur de nombreux débats en sciences sociales : l’hypothèse de l’entrée de la terre dans une nouvelle ère géologique – l’Anthropocène – en raison du rôle joué par l’humanité comme force écologique inédite est sans doute celle qui suscite le plus de discussions. Le défi posé par une telle proposition est celui de trouver un cadre nouveau dans lequel penser ensemble l’évolution des sociétés et des matérialités : il engage de nouvelles formes d’écriture de l’histoire, qui invitent à dépasser la rupture entre « histoire naturelle » et « histoire humaine », que la modernité occidentale aurait consommée. Comment entendre aujourd’hui cet appel à renouveler les manières de faire et d’écrire l’histoire ? De quel type de dispositifs intellectuels situés dans le temps « l’histoire naturelle » est-elle née, sur quels terrains, à partir de quelles sources et pour répondre à quelles questions ? Comment s’est engagé, depuis cette matrice, le grand partage entre nature et culture ? Dans quelle mesure l’histoire environnementale permet-elle de le dépasser ? Comment prend-elle en compte la diversité des archives nécessaire à ses ambitions et comment peut-elle mettre en œuvre des formes d’interdisciplinarité avec les sciences de la nature et de la terre ?

L’atelier doctoral est l’occasion de reconsidérer la pluralité des modes de développement des études environnementales, qui se sont déployées à partir d’ancrage disciplinaires variés (environmental history, géohistoire, science studies, géographie historique, political ecology, sociologie, archéologie environnementale, anthropologie…). Il entend ainsi mettre en perspective et créer des espaces de dialogue entre des traditions historiographiques différentes qui se sont souvent ignorées. Il permettra notamment d’éclairer, à l’échelle européenne, le rôle précurseur joué par l’Italie qui, dès la fin des années 1980, lisait les propositions de l’histoire environnementaliste venant des États-Unis en développant un point de vue critique – notamment en termes de production et d’usage des sources – et développait un dialogue original avec l’ecological history britannique et la géographie historique.

Axes thématiques

Parmi les thèmes qui seront au cœur de ces rencontres, on retiendra :

  • « Historiographies et écriture de l’histoire à l’épreuve de l’Anthropocène » ;
  • « Échelle globale et environnements situés » ;
  • « Les archives de la terre : traces, paysages et collections » ;
  • « Matérialités et rapports à la terre ».

En mettant l’accent sur l’enquête et les sources, l’ambition de cet atelier doctoral est d’interroger la texture historique et sociale des sociétés dans leur environnement.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

L’atelier est ouvert aux doctorants et étudiants à partir du M2 de toutes nationalités, de toutes disciplines et travaillant sur toutes les aires culturelles. Des conférences le matin seront suivies d’ateliers centrés sur la présentation des travaux des étudiants l’après-midi. Les cours et interventions pourront se dérouler en français, en italien ou en anglais.

Les candidatures doivent être envoyées à l’adresse suivante 

avant le 20 juin 2017 :

secrmod@efrome.it

Elles doivent comporter :

  • une lettre de motivation ;
  • un curriculum vitae (max. 3 pages) accompagné d’une présentation des recherches en cours et d’un programme de travail ;
  • un résumé (min. 4000 caractères) de l’intervention proposée ;
  • une lettre de recommandation.

Les candidats retenus sont tenus d’assister à l’ensemble des cours et ateliers.

Il sera demandé à chaque participant d’envoyer aux organisateurs, avant le 15 septembre 2017, 6 à 8 pages de présentation de leurs travaux comprenant une présentation de leur corpus de sources ou d’enquêtes, en y joignant une bibliographie synthétique.

La formation, les déjeuners et le logement des participants seront assurés par l’École française de Rome et l’École des hautes études en sciences sociales. Les participants devront prendre en charge les frais du voyage à Rome. 

Pour toute information, vous pouvez contacter Claire Challéat, assistante scientifique pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome, Piazza Farnese 67, 00186 Rome, secrmod@efrome.it

Comité scientifique

  • Alice Ingold (EHESS),
  • Fabrice Jesné (EFR),
  • Niccolò Mignemi (EFR),
  • Silvia Sebastiani (EHESS).

Presentation

« Environmental studies and social sciences ». The third edition of the doctoral workshop The Mediterranean : a laboratory of global history and globalization, co-organized by École française de Rome and EHESS, will consider the plurality of making environmental studies and the plurality of disciplines in environmental studies : environmental history, sociology, geo-history, science studies, historical geography, political ecology, environmental archeology, anthropology… The workshop will be organized around four main themes: « Historiographies and new ways of writing history in the Anthropocene era » ; « Global scale and situated environments » ; « The earth’s archives : traces, landscapes, and collection » ; « Materiality and earth relations ». The workshop is open to PhD candidates and students in M2 (second year of Master’s) from all disciplines and working on all historical periods. Deadline for submitting applications : June 5th, 2017.

Argument

Over the last decade, environmental studies have strongly developed and generated numerous debates within the social sciences. The Anthropocene narrative – which portrays the Earth as having entered a new geological era, induced by an unprecedented geological action of humankind on a global scale – has sparked heated debates. It seems that the Anthropocene is now challenging the field of history. Such a hypothesis suggests not only that nature should be re-integrated into history, but also, and more radically, that one should  reconsider the “humanist” foundations on which Western modernity was built, by dissociating  ‘natural history’ and ‘human history’. In this critique of the very foundations of the discipline, the examination of a certain model for governing society and nature (that of the modern and industrial West) encounters, and is relayed by, a series of anthropological and scientific studies contributing to critically revising European modernity and its categories.

How can we understand today this call for new ways of doing history? How was ‘natural history’ born, on which grounds, with what kind of – material and written – archives? How did the great divide between Nature and Culture develop within this framework? How does environmental history claim to overcome this great divide? Which archives could environmental studies use for responding to its ambitious project of interdisciplinary studies encompassing social and natural sciences?

The environment is, therefore, not only a new object or a new territory for historiographical investigation. It is precisely the relationships between societies, sciences, and the environment that we wish to discuss in this interdisciplinary doctoral workshop, co-organized by EFR and EHESS. The question at the heart of this workshop will be the shifting relationship between nature, environment and sciences within the framework of the longue durée. We will consider the plurality of making environmental studies and the plurality of disciplines in environmental studies: environmental history, sociology, geo-history, science studies, historical geography, political ecology, environmental archeology, anthropology… This workshop invites us to create forums where diverse disciplinary and historiographical traditions, which all too often ignore each other, can be discussed together. Taking place in Rome, this workshop should be the occasion to highlight the precursory role played by Italian scholars, within the European frame, in discussing the proposals of environmental history coming from the States since the 1980s, while fueling an interesting dialogue with historical geography, English local history and historical ecology. Within this framework, critical attention has been paid to the production and uses of archives.

Main themes

The workshop will be organized around four main themes:

  • “Historiographies and new ways of writing history in the Anthropocene era”;
  • “Global scale and situated environments”;
  • “The earth’s archives: traces, landscapes, and collection”;
  • “Materiality and earth relations”.

Submission guidelines 

The workshop is open to PhD candidates and students in M2 (second year of Master’s) from all disciplines and all nationalities. Lectures in the morning will be followed by workshops based on presentations of students’ work in the afternoon. The seminars and presentations can be held in French, Italian or English.

Please send your application to the following address,

before June 5th, 2017:

secrmod@efrome.it

It should contain:

  • A letter of motivation;
  • A curriculum vitae (max. 3 pages), including a description of the ongoing research and its timetable;
  • An abstract (min. 4000 characters) of the proposed paper;
  • A letter of recommendation.

The candidates admitted are requested to participate in all the seminars and lectures.

Participants will be asked to send to the organizers, by September 15th, 2017, 6 to 8 pages of presentation of their own research emphasizing their sources or fieldwork, and including a short bibliography.

The cost of the workshop, including lunch and accommodation, will be covered by the École française de Rome and the École des Hautes Études en Sciences Sociales. Participants must cover the cost of their own travel to and from Rome.

For further information, please contact Claire Challéat, scientific referent for the early-modern and modern period at the École française de Rome, Piazza Farnese 67, Roma, e-mail: secrmod@efrome.it

Scientific committee

  • Alice Ingold (EHESS),
  • Fabrice Jesné (EFR),
  • Niccolò Mignemi (EFR),
  • Silvia Sebastiani (EHESS).

Lieux

  • Piazza Navona, 62
    Rome, Italie (00186)

Dates

  • mardi 20 juin 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • environnement, ressources, anthropocène, urbain, rural, nature, propriété, communs, risque, paysage, collection

Contacts

  • Claire Challéat
    courriel : secrmod [at] efrome [dot] it

URLS de référence

Source de l'information

  • Niccolò Mignemi
    courriel : niccolo [dot] mignemi [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Études environnementales et sciences sociales : temporalités, matérialités, sources et enquêtes », École d'été, Calenda, Publié le jeudi 16 mars 2017, http://calenda.org/399162