HomeSeeing, knowledge and showing - practices, instruments and materialities of the visualisation of the body

Seeing, knowledge and showing - practices, instruments and materialities of the visualisation of the body

Voir, savoir, donner à voir

Pratiques, instruments, et matérialités de la visualisation de corps

*  *  *

Published on Monday, March 20, 2017 by Céline Guilleux

Summary

Dans le cadre des travaux du groupe de travail « Corps, techniques et société » (CETCOPRA/AFS) sur les territoires corporels des techniques, la journée d’étude « Voir, savoir, donner à voir » propose de poursuivre les réflexions du groupe, ayant donné lieu à une série de rencontres autour de l’imagerie médicale et moléculaire. Nous y reprendrons notre problématique initiale en trois questions : la question de la production des images ; la question de la construction d’un regard ; et la question du diagnostic.

Announcement

Argumentaire

Dans le cadre des travaux du groupe de travail « Corps, techniques et société » (CETCOPRA/AFS) sur les territoires corporels des techniques, la journée d’étude Voir, savoir, donner à voir : pratiques, instruments et matérialités de la visualisation des corps propose de poursuivre les réflexions du groupe, ayant donné lieu à une série de rencontres autour de l’imagerie médicale et moléculaire. Nous y reprendrons notre problématique initiale en trois questions :

  1. La question de la production des images : Quels sont les processus par lesquels les différents acteurs (scientifiques, médecins, industriels, chercheurs…) élaborent les dispositifs d’exploration et de visualisation des corps ? Quels imaginaires les animent? Quels enjeux soulèvent les nouveaux outils d’investigation, en termes de territoires professionnels et d’orientations épistémologiques? Sous quelles formes représenter ce qu’on ne «voit» pas ? Quels sont les enjeux du dévoilement du fonctionnement corporel, du franchissement de l’intériorité du corps? Comment représenter, mais aussi organiser et classer, ces nouvelles transparences du corps?
  2. La question de la construction d’un regard : La fabrication des images ne peut être dissociée de « la fabrique du regard » qui lit et interprète ces images. Comment donner du sens à l’image ? Qu’est-ce que « voir » à travers les yeux d’une machine ? Par quels types d’apprentissages faut-il en passer ? Quels sont les processus qui permettent de connaître, puis de reconnaître ce qui dans une image doit être identifié pour permettre le diagnostic? Jusqu’à quel point peut-on se « libérer de la matière » ? Autrement dit : comment les scientifiques passent-ils d’un travail sur l’image, à un travail sur la chair? Et inversement ? Enfin, comment ces visions parcellaires transforment-elles les représentations du corps comme « tout » ?
  3. La question du diagnostic : Les techniques d’imagerie médicale ont profondément transformé le processus de diagnostic. Jusqu’à quel point l’image est-elle une preuve ? Comment de nouveaux standards du corps humain sont-ils élaborés et partagés ? Est-ce que voir, c’est savoir, y compris pour des communautés d’experts?

À partir de cette problématique initiale, nous ouvrons une nouvelle perspective pour la journée du 21 mars 2017, en travaillant autour de deux pôles :

1-Le pôle de la mutation du visible dans l’iconographie scientifique et médicale et, conjointement, celui des mutations du sensible. Nous suivrons notre cheminement dans la réflexion sur les effets de la virtualisation, de la discrétisation des données, dans la production des images, comme dans leurs usages. Le déplacement des frontières du visible, jusqu’à la nanoéchelle, et dans l’univers des algorithmes et du big data, suscitent-elles des reconversions des pratiques, des reconfigurations des univers sensoriels ? Sont-elles l’objet d’investissements de la part des chercheurs en médecine, dans le cadre d’un éthos scientifique, et lesquels parmi eux ? Pour quels usages ? Sont-elles au contraire objet de controverses ou permettent-elles l’expression de doutes ? Sont-elles l’objet d’appropriations de la part des usagers ou rencontrent-elles des résistances ?

L’orientation socioanthropologique de notre groupe de recherche nous invite ici au « détour anthropologique » et au décentrement historique pour penser la visualisation des corps à travers ses dispositifs techniques antérieurs et replacer ainsi le désir de voir au-delà de la peau, le franchissement de l’opacité, dans une fabrique du regard qui se trouve ainsi historicisée et située anthropologiquement. Nous serons conduits à réfléchir à la singularité de la biomédecine, dont les principes reposent sur cet accès singulier à l’invisible du corps.

Enfin, c’est en déplaçant l’objet « visualisation » dans l’univers matériel du savant, ses gestes, ses pratiques, ses instruments, que nous pourrons tenter de situer l’univers des images du corps dans un plus vaste « régime scopique ».

2-Le pôle des méthodes et des épistémologies ouvertes par les SHS pour penser les images, leur production et leurs usages. La fabrique du réel par l’optique invite en effet à interroger nos pratiques de chercheurs, sociologues, anthropologues, historiens, philosophes… autour ou à partir de ces images. Comment les penser, et comment penser les usages dont elles sont l’objet ? Les réponses qu’ont apportées les sciences studies et les visual studies doivent permettre une réflexion tant méthodologique qu’épistémologique. C’est donc au croisement des cultural studies, des visual studies, de la sociologie visuelle, de la sociologie des sciences et des techniques, et de la socio-anthropologie des corps et des techniques que nous voulons interroger nos pratiques, en donnant à voir, avec cette journée d’étude, les approches des uns et des autres, afin de problématiser la question du corps dans ces diverses manières de travailler la rationalité visuelle des corps par l’image, les dispositifs techniques qui lui sont associés, les opérations cognitives et sensorielles, l’économie des pratiques des scientifiques et des praticiens, et leurs réceptions par les usagers.

Programme

Salle 216, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 12 place du Panthéon, Paris (5e)

9h-10h15 : Études visuelles et images scientifiques (ouverture) 

  • M. Maestrutti, V. Souffron, Cetcopra, Paris 1 : Des corps et des images : approches et problèmes posés à la socio-anthropologie des corps et des techniques.
  • C.Bigg, Centre Alexandre Koyré, EHESS:  Comment lire l’image scientifique ? Sept propositions.

10h15 : pause

10h30 – 12h : Session 1 : Comment y aller voir ?

(Modératrice : Amandine Oullion, Cetcopra)

  • M. Saraceno, Cetcopra : Socio-histoire des inscriptions autographiques du corps en activité. Visualisation de l’automatisme corporel et visualisation du corps-soi. 
  • B. Pentimalli, Université de Rome « La Sapienza »: Rendre visible l’invisible: la fabrique du regard dans un laboratoire d’hémodynamique.

(12h15-13h45 : pause déjeuner)

14h-16h15 : Session 2 : Images, imageries, et pratiques médicales

(Modératrice : D.Cerqui, Unil)

  • R. V. Burri, Hafen City University (HCU), Hamburg : Visualizing bodies, constructing images : medical practices ant the visual logic.
  • M. Perrotta, Queen’s Mary University, Londres : Seeing through machines : professional visions in embryo imaging.
  • V. Souffron, Cetcopra, Cetcopra, Paris 1 : Les apories de l’imagerie médicale et la demande judiciaire.  L’estimation de l’âge osseux chez les adolescents et jeunes adultes, ou comment ne pas répondre à la question posée.

16h15 : pause

  • 16h30-17h : Bilan de travaux et discussion générale (Caroline Moricot, Cetcopra, Paris 1).

Inscription

Accès libre, dans le respect du déroulement des sessions annoncées

Places

  • Salle 216 - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1 Place du Panthéon
    Paris, France (75005)

Date(s)

  • Tuesday, March 21, 2017

Keywords

  • image, imagerie médicale, visualisation, instrument, technique, corps

Contact(s)

  • Valérie Souffron
    courriel : Valerie [dot] Souffron [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Marina Maestrutti
    courriel : Marina [dot] Maestrutti [at] univ-paris1 [dot] fr

Information source

  • Valérie Souffron
    courriel : Valerie [dot] Souffron [at] univ-paris1 [dot] fr

To cite this announcement

« Seeing, knowledge and showing - practices, instruments and materialities of the visualisation of the body », Study days, Calenda, Published on Monday, March 20, 2017, http://calenda.org/399236