AccueilLes savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Operative knowledges of matter, from Renaissance to industrialization

*  *  *

Publié le lundi 10 avril 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques.

Annonce

Argumentaire

Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d'innovation, d'industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme. Tant par la diversité des contextes historiques des études de cas que par celle des sources utilisées qui seront exposées, ce séminaire propose des clés de lecture pour renouveler l’étude des relations entre travail, savoirs, techniques et sociétés.

Programme

10 novembre 2016

Cette séance de séminaire est élargie en journée d’étude internationale co-organisée avec Corinna Guerra (Labex Hastec, CAK), le Labex Hastec et le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

L’atelier de la nature. Production des savoirs matériels, production matérielle des savoirs

Horaire : 9h30-18h - Lieu : EPHE- 190-198 av de France, salle 114

  • Lawrence Principe (Johns Hopkins University) Locality, Materials, and Reproductions: The Secrets of the Bologna Stone
  • Claudine Cohen (EHESS/CRAL, EPHE) Sténon, Leibniz, et les « alambics de la nature »
  • Grégory Quenet (Université de Versailles, Saint Quentin en Yvelines) L'atelier de la nature à l'épreuve du temps. Les Seychelles à l'époque française
  • Emilie Beck Saiello (Université Paris 13) Technique mimétique et productions volcaniques. L’art du pinceau au service des sciences de la nature
  • David McCallam (University of Sheffield) « Lire dans les cassures » : the production of knowledge in Faujas de Saint-Fond’s. Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay (1778)
  • Marie Noëlle Bourguet (Université Paris 7 Diderot/ICT, CAK) Alexander von Humboldt au Vésuve, 1805 : les limites de l'expérience de terrain
  • John Christie (University of Oxford) Nature production and knowledge: the case of alum in Britain
  • René Sigrist (Fonds National Suisse/Université de Lausanne) Les naturalistes de Genève et le rôle des « objets intermédiaires » dans l’élaboration et la circulation des savoirs sur les Alpes, 1740-1820

8 décembre 2016

  • Stanis Perez (MSH Paris Nord - Pleiade/Paris 13), L'antimoine en France au XVIIe siècle, entre poison thérapeutique et remède alchimique

Discutante : Elisabeth Belmas (Pléiade, Paris 13)

12 janvier 2017

Cette séance de séminaire élargie en une journée d’étude co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF) fait suite à celle du 14 janvier 2016

Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe -début XIXe siècle

(II) – Théorie, pratique et production

Horaire : 10h00-16h00

Lieu : Société chimique de France, 250 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

  • Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) Les lieux d’activité du chimiste Pierre-Joseph Macquer (1718-1784) : Laboratoires et instruments
  • Danielle Fauque (GHDSO, université Paris Sud, Orsay) Dans le laboratoire de Lavoisier : Du canon de fusil à la caisse pneumatique, ou comment démontrer que l’eau est un corps composé (1785)
  • Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré) Les premiers laboratoires coloniaux : monstration, production et recherches chimiques pendant l’expédition d’Egypte (1798-1801)

9 février 2017

  • Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Cetcopra) Matières et matériaux – une réflexion

9 mars 2017

  • Sacha Tomic (IHMC), L'expertise chimique à la Préfecture de police de Paris à la Belle Époque

13 avril 2017

Introduction- Thomas Le Roux (CNRS/CRH) Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK)

  • Emma Spary (Cambridge University) Theriac Wars : Networks, Novelty and the ‘Domestication’ of Opium in Paris, 1660-1710

This paper will address rival networks of practitioners competing for the market in opiates in Paris in the decades immediately before 1700. The effects and dangers of opium were subjected to intense scientific scrutiny and experimentation in the community of Parisian apothecaries, as different categories of healers—doctors, apothecaries and operators—contended for profit around particular compound drugs that contained it. Opium became the subject of experimentation by many different individuals and groups in the attempt to render it safe, agreeable and beneficial for European bodies. Apothecaries sought to resurrect an ancient drug and infuse new life into it within the laboratory ; physicians conducted chemical experiments upon it . Yet it proved hard to reach agreement as to opium’s harmful or beneficial effects ; some aspect of its nature proved impossible to ‘domesticate’ in the same way as newer drugs like coffee or tea, or even quinquina. I argue that only by investigating the discrete networks which sold and experimented upon opium and opiates can the historian account for the ways in which opium could be used to generate social, political and financial capital for experimenters as it circulated throughout society.

Discussion- Nouveaux aliments & nouvelles drogues  - réseaux de productions, d’expertises et de consommations  XVII-XIXe siècle.

Cette séance sera l’occasion d’ouvrir une réflexion plus générale sur l’histoire matérielle de la chimie et de la médecine. Depuis l’essor de l’histoire de la culture médicale des ‘secrets’, l’histoire des remèdes et des drogues s’inscrit dans le développement de nouveaux marchés alimentaires à l’échelle mondiale (colonies, échanges Orient-occident), tels que le café ou le sucre. En inscrivant la construction de ces savoirs sur les « substances » dans un maillage de pratiques et d’usages, il est possible de mettre en lumière la constitution de réseaux de fabricants, d’experts, de revendeurs et de consommateurs qui se déploient dans différents espaces sociaux (de la cour à  la ville) et notamment la place jouée par les apothicaires-chimistes dans l’émergence de la chimie alimentaire ouvrant de nouvelles perspectives industrielles aux sociétés européennes au début du XIXe siècle.

11 mai 2017

Journée co-organisée avec Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP)

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, pigments. Techniques et savoir faire (II)

(Programme détaillé à venir-Cette séance se tiendra au C2RMF)

Inscriptions

Ce séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation ». Il se tient le deuxième jeudi du mois, de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage), sauf indication contraire.

Contacts

  • Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr
  • Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Following the renewal of the history of Technology and of the history of chemistry, this Research Seminar intends to explore operative knowledge in chemistry in connection with several fields including economics, political management, consumption and production processes. It seeks to shed a light, since the Early modern period, on various configurations where experimentation, exploration, transformation of Matter were held, through a wide range of technical devices. We will underline cross-skills, transfers and hybridization of processes, and we will show how operative knowledge fostered multiple appropriations: we will then explore the diversity of practices and know-how which allowed specific actions on substances and transformations of matter, and which were the basis of innovation and industrialization and of the reshaping of environment on the long run.

Lieux

  • Centre Alexandre Koyré, 5e étage, salle de séminaire - 27 rue Damesme
    Paris, France (75013)

Dates

  • jeudi 13 avril 2017
  • jeudi 10 novembre 2016
  • jeudi 08 décembre 2016
  • jeudi 12 janvier 2017
  • jeudi 09 février 2017
  • mardi 09 mai 2017
  • jeudi 13 avril 2017
  • jeudi 11 mai 2017

Mots-clés

  • savoir-faire, chimie, métier, réseau de consommation, remède

Contacts

  • Marie Thébaud-sorger
    courriel : marie [dot] thebaud-sorger [at] cnrs [dot] fr
  • Patrice Bret
    courriel : patrice [dot] bret [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marie Thébaud-sorger
    courriel : marie [dot] thebaud-sorger [at] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 10 avril 2017, http://calenda.org/401903