Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

*  *  *

Publié le mardi 18 avril 2017 par João Fernandes

Résumé

À l'image de l'ensemble des archives, celles du domaine de l'enseignement sont multiples, issues de nombreux producteurs et élaborées selon des processus divers et de nature à intéresser des usages aux profils très variés. Elles ont pourtant leur spécificités qui seront mises en lumière au sein d'une journée d'étude, tant du point de vue des producteurs et des archivistes que des différents usagers.Si ces archives comprenent tout naturellement des documents administratifs ou financiers relatifs à la gestion, elles concernent également les activités liéesà la pédagogie, la recherche et l'enseignement qui sont au coeur des missions de l'Éducation nationale. L'ensemble de ces archives est collecté de façon inégale selon les périodes et les institutions. Se pose alors la question des leviers dont dispose l'archiviste pour une collecte efficace et des réseaux qu'il peut mobiliser pour accompagner les multiples acteurs de l'Éducation nationale.

Annonce

Argumentaire

À l'image de l'ensemble des archives, celles du domaine de l'enseignement sont multiples, issues de nombreux producteurs et élaborées selon des processus divers et de nature à intéresser des usages aux profils très variés. Elles ont pourtant leur spécificités qui seront mises en lumière au sein d'une journée d'étude, tant du point de vue des producteurs et des archivistes que des différents usagers.

Si ces archives comprenent tout naturellement des documents administratifs ou financiers relatifs à la gestion, elles concernent également les activités liéesà la pédagogie, la recherche et l'enseignement qui sont au coeur des missions de l'Education nationale. L'ensemble de ces archives est collecté de façon inégale selon les périodes et les institutions. Se pose alors la question des leviers dont dispose l'archiviste pour une collecte efficace et des réseaux qu'il peut mobiliser pour accompagner les multiples acteurs de l'Education nationale.

Par ailleurs, au-delà de la collecte, il s'agit de réfléchir aux modalités les plus efficaces de signalement des fonds d'archives classés, inventoriés et communicables pour les mettre à disposition des chercheurs.

Une conférence introductive débutera la journée. Elle présentera les ressources en matière d'archives collectées dans le cadre réglementaire en vigueur. Ce panorama tentera de répondre à la question suivante : quelles sont les typologies, les fonds conservés et les lieux de conservation ?

Axes thématiques

Deux axes sont proposés à la réflexion.

Des producteurs et des collecteurs, pour quelle collecte ?

Au sein de l'Education nationale, les archivistes en poste interviennent  auprès des services exerçant des missions administratives, pédagogiques ou scientifiques, mais aussi auprès des acteurs de terrain (enseignant(e)s, enseignant(e)s-chercheur(se)s, inspecteur(trice)s, responsables de la communication et/ou de la valorisation, etc.), qui ne sont, ni les uns, ni les autres, systématiquement conscients de l'importance des archives dont ils sont les dépositaires.

Dans ce contexte, la collecte interroge les pratiques des archivistes sur plusieurs aspects :

  • De quels moyens disposent ces archivistes pour améliorer la collecte auprès des producteurs ? Peuvent-ils s'appuyer sur les services administratifs et les archives instituionnelles ?
  • Comment inciter les acteurs à réfléchir sur la naturede leur production et le tri à opérer ?
  • Comment archiver dans les institutions "périphériques" comme les directions des services départementaux de l'Education nationale (DSDEN) et leurs circonscriptions, les établissements scolaires (écoles, lycées agricoles, etc.), les centres d'information et d'orientation (CIO) et les laboratoires ? Le musée national  de l'Education ainsi que les autres administrations (les régions, les conseils départementaux, etc.) ont_ils une place à prendre dans cette collecte ?

Les archives de l'Education nationale, quelle(s) valeur(s) ?

Si malgré les difficultés, il est de la responsabilité des archivistes de valoriser leurs fonds liés à l'éducation - qu'il s'agisse d'archives intermédiaires ou historiques - quels peuvent en être les usages à des fins de recherche, d'enseignement ou encore de communication dans les institutions ?

Cet axe couvre plusieurs aspects comme la recherche scientifique, les actions éducatives,etc.

  • Mais doit-on sortir du rapport archives/histoire ? Peut-on envisager une valorisation au sein même de l'institution sans dénaturer les sources ?
  • Il faut s'interroger également sur le rôle et le regard des chercheurs. Etant eux-mêmes producteurs d'archives, peuvent-ils faire évoluer la collecte, par le biais de nouvelles typologies et de nouveaux supports ? Ont-ils les moyens, en croisant les sources existantes, d'apporter un nouvel éclairage scientifique ? Faut-il une nouvelle diplomatique des archives de l'enseignement ?

La réflexion peut s'appuyer sur trois profils de producteurs :

  • L'institution qui met en oeuvre la politique ministérielle par le biais des programmes officiels, des sanctions par les examens (copies), des productions collectives.
  • Les enseignant(e)s : en introduisant la notion de propriété intellectuelle (archives personnelles), notes de cours, documentation, cahiers d'élèves, etc.
  • Les élèves/étudiants : les éléments (notes de cours, productions) conservés relèvent-ils des archives privées ? Quelles actions peut-on développer à l'égard des archives relatives aux engagements étudiants ?

Quel que soit l'axe étudié, les aspects tels que les documents d'archives asministratives ou pédagogiques (dossiers de carrière d'agents, éléments de pilotage ou dossier de travail pour l'élaboration de programme), les supports (archives orales ou électroniques). les trois niveaux d'enseignement (primaire, secondaire ou supérieur), les établissements publics ou privés seront intégrés à la réflexion.

Pour compléter la réflexion sur les archives de l'enseignement, une tabe ronde proposera une réflexion sur les interactions entre archivistes, bibliothécaires, chargés de la valorisation et de la communication et chercheurs dialoguant autour d'un même fonds.

Modalités de soumission

Les propositions individuelles ou collectives devront parvenir

avant le 15 mai 2017

sous la forme d'un résumé (entre 500 et 1000 signes, espaces compris) et d'un curriculum vitae (qui ne sera communique qu'aux membres du comité scientifique) envoyés  aux adresses suivantes : helene.gay@ac-toulouse.fr  et . florian.marie@ac-orleans-tours.fr . La section AURORE, inscrite dans le projet de la "dynamique" associative" de l'AAF et désireuse d'enrichir le débat est pleinement ouverte aux propositions d'interventions d'archivistes d'autres sections ou extérieurs à l'AAF ainsiq qu'à celles de non archivistes qui se trouveront en accord avec le thème défini pour cette journée. La section AURORE assurera, dans la limite du raisonnable et de ses moyens, le remboursement des frais de transport des intervenants.

Comité scientifique

  • Caroline Barrera, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Toulouse-Institut National Universitaire Champollion, laboratoire Framespa (UT2J-CNRS).
  • Anne Bassompierre, archiviste et respomsable de la logistique du rectorat, Rectorat de Bruxelles
  • Dider Devriese, Responsable du service des archives de l'Université libre de Bruxelles
  • Alice Donnadieu, Responsable du service des archives, Rectorat de l'Académie de Poitiers
  • Hélène Gay, Présidente, Responsable du service des archives, Rectorat de l'académie de Toulouse
  • Fabien Oppermann, Chef de la mission des archives et du patrimoine culturel, MENESR
  • Emmanuelle Picard, Maître de conférences, ENS Lyon, laboratoire LARHRA
  • Danuta Privet, ENS Lyon
  • Sandrine Saubin, Référente archives, AD Rhône

Pour plus d'informations, il est possible de contacter Hélène Gay responsable de la cellule archives du rectorat de l'académie de Toulouse et présidente désignée du comité scientifique (06 42 58 16 09).

Lieux

  • Grand Amphithéâtre de l'université Lumières Lyon 2 - 4 bis rue de l'Université
    Lyon, France (69)

Dates

  • lundi 15 mai 2017

Mots-clés

  • enseignement, éducation, archive, pédagogie, archivistique

Contacts

  • Hélène Gay
    courriel : helene [dot] gay [at] ac-toulouse [dot] fr
  • Florian Marie
    courriel : florian [dot] marie [at] ac-orleans-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Hélène Gay
    courriel : helene [dot] gay [at] ac-toulouse [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'enseignement : quelles archives ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 18 avril 2017, http://calenda.org/402141