Página inicialQuelle droite a pris le pouvoir au Brésil ?

Quelle droite a pris le pouvoir au Brésil ?

The nature of the right wing in power in Brazil

Perspectives comparatistes

Comparative perspectives

*  *  *

Publicado Terça, 18 de Abril de 2017 por João Fernandes

Resumo

Ce colloque réunit des historiens, sociologues, politistes et philosophes français et brésiliens, afin de porter un éclairage comparatiste sur la rupture politique vécue par le Brésil en 2016 : la conquête du pouvoir par une droite très conservatrice, via l’impeachment de la présidente Dilma Rousseff. Notre objectif est de donner une profondeur de temps aux thématiques mises en avant par le camp politique pro-impeachment, ses traits socio-politiques et ses modes d’organisation : racialisation et dé-sécularisation du politique, omniprésence de la thématique anticommuniste, résurgence d’une mémoire positive de la dictature, poids de groupes de pression et lobbys, renouvellements de la pensée néolibérale. Chaque session est composée d’un chercheur brésilianiste et d’un collègue non-brésilianiste spécialiste du même thème dans une aire géographique différente.

Anúncio

Programme

Mardi 30 mai 2017

Amphithéâtre François Furet

Accueil des participants: 9h

Conférence d’ouverture : 9h15-10h15

  • Marilena Chauí (Université de São Paulo)

Table 1 : Les droites dans la rue - 10h30-12h

  • Angela Alonso (Université de São Paulo)
  • Danielle Tartakowsky (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Table 2 : Un Brésil d’hommes blancs ? - 14h-15h30

  • Silvia Campanema (Université Paris 13)
  • Romain Huret (CNRS/École des hautes études en sciences sociales)

Table 3 : La judiciarisation du politique - 16h-17h30

  • Ernani Carvalho (Université Fédérale de Pernambuco)
  • Antoine Vauchez (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Mercredi 31 mai 2017

Salle 13

Table 1 : La corruption dans l’espace politique et médiatique  - 9h-10h30

  • Marcos Otávio Bezerra (Université Fédérale Fluminense)
  • Jean-Louis Briquet (CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Table 2 : Lobbies et partis politiques - 10h45-12h15

  • Frédéric Louault (Université Libre de Bruxelles)
  • Stéphane Boisard (Université Toulouse Jean Jaurès) 

Salle 7

Table 3 : Les résurgences des droites extrêmes - 14h-15h30

  • Luís Edmundo de S. Moraes (Université Fédérale Rurale de Rio de Janeiro)
  • Olivier Dard (Université Paris-Sorbonne)

Table 4 : Les progrès d’une religiosité réactionnaire - 15h45-17h15

  • Maria das Dores Machado (Université Fédérale de Rio de Janeiro)
  • Joan-Stavo-Debauge (École des hautes études en sciences sociales) 

Clôture - 17h30-18h30

  • Maud Chirio (Université Paris-Est Marne-La-Vallée)
  • Rodrigo Nabuco (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Diogo Cunha (Université Fédérale de Pernambuco) 

Argumentaire

Ce colloque réunit des historiens, sociologues, politistes et philosophes français et brésiliens, afin de porter un éclairage comparatiste sur la rupture politique vécue par le Brésil en 2016 : la conquête du pouvoir par une droite très conservatrice, via l’impeachment de la présidente Dilma Rousseff.

Après treize ans de mandats du Parti de Travailleurs, de centre-gauche, 2016 a vu se dérouler une « alternance » politique – phénomène classique en démocratie – selon des mécanismes tout à fait inédits : d’abord, elle a nécessité l’emploi d’une mesure juridiquement extrême, l’impeachment. Celui-ci a été voté alors qu’aucun crime ou délit grave n’avait été commis par l’ex-présidente : il s’agit donc d’une condamnation politique, dénotant un sentiment d’urgence de revenir aux affaires de ces secteurs conservateurs. L’autre particularité de cette alternance est que ce « front conservateur » était déjà majoritaire au Sénat et à l’Assemblée, détenteur de la vice-présidence ainsi que de nombreux postes gouvernementaux. L’accession à la présidence de Michel Temer lui assure donc les pleins pouvoirs, et la possibilité de mettre en œuvre un programme politique qui n’aura pas été validé par les urnes à cette échelle de l’Etat. Enfin, le passage à droite de l’exécutif se déroule avec pour toile de fond, dans la société, un profond discrédit pour la classe politique, mais également une forte progression de revendications conservatrices, sociétales, économiques et idéologiques, que les résultats aux élections municipales d’octobre 2016 ne font que confirmer.

Tous ces éléments confirment l’existence d’une rupture, non seulement constitutionnelle, mais aussi politique, que ce colloque prétend aborder dans une perspective interdisciplinaire et comparatiste. Notre objectif est en effet de donner une profondeur de temps aux thématiques mises en avant par le camp politique « pro-impeachment », ses traits socio-politiques et ses modes d’organisation : racialisation et dé-sécularisation du politique, omniprésence de la thématique anticommuniste, résurgence d’une mémoire positive de la dictature, poids de groupes de pression et lobbys, renouvellements de la pensée néolibérale. Toutes ces thématiques seront envisagées dans une perspective historique et socio-historique.

L’originalité du projet tient, d’abord, à la faiblesse de l’historiographie sur les droites au Brésil. Des réseaux de recherche sur cette thématique n’ont commencé à se former qu’à partir des années 2010, essentiellement autour de partenariats Brésil-Portugal (réseau Direitas, História e Memória) et Brésil-Argentine (série de colloques Pensar a direita na América Latina no Século XX, Paris 2014, Buenos Aires 2016). Ces entreprises, importantes et pionnières et dont nous-mêmes sommes partie prenante depuis leur création, n’ont jamais visé ni à discuter, ni à historiciser des phénomènes d’actualité. Un colloque international centré sur le Brésil, avec la participation de spécialistes français d’autres aires géographiques (cône sud, Etats-Unis, France, Italie), ancré dans l’actualité comme dans des considérations comparatistes, comme nous le projetons, serait ainsi inédit.

L’une des ambitions de ce colloque est de réfléchir collectivement aux spécificités, historiques et politiques, des droites brésiliennes, ainsi que leur insertion dans un contexte global : pour cela, il a été pensé dans une dimension résolument comparatiste. Ainsi, les sessions seront composées d’un chercheur brésilianiste, et d’un collègue non-brésilianiste, spécialiste du même thème dans une aire géographique différente.

Locais

  • Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Amphitéâtre François Furet, salle 13 et 7 - 105 boulevard Raspail
    Paris, França (75006)

Datas

  • Terça, 30 de Maio de 2017
  • Quarta, 31 de Maio de 2017

Palavras-chave

  • droites, culture politique, impeachment, Dilma Roussef

Contactos

  • Rodrigo Nabuco de Araujo
    courriel : rodrigo [dot] nabuco-de-araujo [at] univ-reims [dot] fr
  • Maud Chirio
    courriel : maud [dot] chirio [at] gmail [dot] com
  • Diogo Cunha
    courriel : d1cunha [at] gmail [dot] com

Fonte da informação

  • Rodrigo Nabuco de Araujo
    courriel : rodrigo [dot] nabuco-de-araujo [at] univ-reims [dot] fr

Para citar este anúncio

« Quelle droite a pris le pouvoir au Brésil ? », Colóquios, Calenda, Publicado Terça, 18 de Abril de 2017, http://calenda.org/402197