AccueilPenser l'Afrique avec Bergson

*  *  *

Publié le vendredi 21 avril 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Outre le fait que l’œuvre de Bergson a exercé une profonde influence sur certains des penseurs d’Afrique et d’Asie, comme l’a rappelé Souleymane Bachir Diagne, dans son Bergson postcolonial, ce philosophe, délaissé des sciences sociales du politique, leur offre pourtant des concepts et des problématisations à bien des titres très utiles : en particulier, la durée, en ce qu’elle est distinguée du temps ; la fausse reconnaissance ou le souvenir du présent ; l’élan vital, l’évolution créatrice et l’énergie spirituelle ; les deux sources de la morale et de la religion. 

Annonce

Argumentaire

Outre le fait que l’œuvre de Bergson a exercé une profonde influence sur certains des penseurs d’Afrique et d’Asie, comme l’a rappelé Souleymane Bachir Diagne, dans son Bergson postcolonial, ce philosophe, délaissé des sciences sociales du politique, leur offre pourtant des concepts et des problématisations à bien des titres très utiles : en particulier, la durée, en ce qu’elle est distinguée du temps ; la fausse reconnaissance ou le souvenir du présent ; l’élan vital, l’évolution créatrice et l’énergie spirituelle ; les deux sources de la morale et de la religion. 

De par les thématiques qu’elle privilégie, la chaire d’Etudes africaines comparées est directement concernée par de tels questionnements, notamment pour renouveler sa compréhension de l’historicité des sociétés du continent, de leur dimension nocturne, de leur mise en pratiques de la croyance et de l’ethos, de leur mise en chiffres, c’est-à-dire en temps. Elle a commencé à travailler l’œuvre de Bergson au gré de différents écrits personnels de ses chercheurs, et dans le cadre de l’Université d’hiver qu’elle organise chaque année, à Marrakech, de pair avec la revue Politique africaine. Elle se propose de réfléchir, au cours de cette nouvelle édition de la Semaine de la Recherche de l’EGE, à différentes manières dont Bergson peut aider à penser l’Afrique dans son rapport à son passé historique, esclavagiste et colonial ; dans sa relation à l’ailleurs, et en particulier à l’exode rural, à l’émigration, à sa diaspora ; dans son dédoublement en un monde diurne et un monde nocturne ; dans la différenciation « genrée » de la temporalité ; dans son gouvernement des hommes et des territoires ; dans son administration du temps. La critique bergsonienne de l’évolutionnisme est également précieuse pour se départir de la pesanteur historiciste et positiviste qui a tant nui à l’analyse des sociétés africaines, de la mythologie coloniale de la « mission civilisatrice » à la logorrhée contemporaine de l’ « émergence » en passant par les théories développementalistes de la « modernisation » (ou militantes de la « révolution »).

Bergson, philosophe, fournit aux sciences sociales des concepts et des problématiques. Mais il ouvre aussi la voie à une politique de l’émancipation dans une époque douloureuse dont il aura été à la fois un témoin et un acteur, en particulier à la Société des Nations, à Genève. En ces temps troublés, où s’affrontent des sources antagoniques de la morale ou de la religion, où se déchaînent les passions identitaristes, la violence politique et le feu de la guerre, sa lecture est plus que jamais nécessaire.

Programme

Jeudi 18 mai 2017

  • 9h45-10h00 - ouverture par Jean-François Bayart

10h00-11h30 – Conférence

  • Président : Khalid Chegraoui
  • Discussion : Mustapha Laarissa
  • Souleymane Bachir Diagne, « L’élan vital comme politique d’émancipation »

12h00-13h00 - Conférence

  • Président et discussion : Zakaria Rhani
  • Benjamin Brou, « L’Afrique entre mémoire construite et mémoire enfouie »

14h30-18h30 - Atelier 1 : L’imbrication des durées

Président et discussion : Adil Hadjami

  • Laïla Mernissi, Anna Dessertine et Jean-François Bayart, « Mémoire, absence, nostalgie »
  • Gildas Tanguy et Nadia Hachimi, « Les temporalités de l’administration territoriale »
  • Pierre Pénet et Boris Samuel, « Temps économiques, temps financiers et temps sociaux »

Vendredi 19 mai 2017

9h30-12h00 - Atelier 2  : La dimension nocturne des sociétés

Président et discussion : Adil Hadjami

  • Thomas Fouquet,
  • Silvia Bruzzi
  • Didier Nativel

12h00-13h00 – conférence

  • Président et discussion : Najib Bounahai
  • Carolyn Biltoft, "Henri Bergson and the unbearable weight of memory"

Lieux

  • Faculté de Gouvernance, Sciences Economiques et Sociales, Ecole de Gouvernance et d'Economie de Rabat - Avenue Mohamed Ben Abdellah Regragui
    Rabat, Maroc (10000)

Dates

  • jeudi 18 mai 2017
  • vendredi 19 mai 2017

Mots-clés

  • Bergson

URLS de référence

Source de l'information

  • Amal Ouyizeme
    courriel : amal [dot] ouyizeme [at] egerabat [dot] com

Pour citer cette annonce

« Penser l'Afrique avec Bergson », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 21 avril 2017, http://calenda.org/402720