AccueilQuand on sort en ville

Quand on sort en ville

Going out in the city - culture, entertainment and debauchery in the urban space (18th-21st century)

Culture, divertissement et débauche dans l'espace urbain (XVIIIe-XXIe siècle)

*  *  *

Publié le mercredi 26 avril 2017 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque est une initiative de l'Action de recherche concertée MICM-arc « Culture, mobilité, territoire. Émergence et transformation de l'identité métropolitaine bruxelloise, XVIIIe-XXIe siècle) ». À travers la problématique de la sortie en ville, ce colloque vise à questionner, de manière interdisciplinaire, la contribution des pratiques et activités récréatives au façonnement des espaces urbains depuis le XVIIIe siècle.

Annonce

Argumentaire

Organisé à l'Université libre de Bruxelles les 18 et 19 mai 2017, le colloque Quand on sort en ville : culture, divertissement et débauche dans l'espace urbain (XVIIIe-XXIe siècles) est une initiative du projet de recherche MICM-arc (micmarc.ulb.ac.be). À travers la problématique de la sortie en ville, le colloque interrogera, de façon interdisciplinaire, les rapports entre mobilité, culture et identité métropolitaine qui sont au cœur de ce projet de recherche.

Les villes contemporaines sont généralement perçues comme étant issues des changements macro-structurels intervenus depuis deux siècles : industrialisation, transition démographique, croissance des échanges commerciaux et affirmation de l'appareil administratif des États. Leur développement comme leur structuration interne sont interprétés à la lumière de ces changements et de leur combinaison avec les transformations techniques, notamment les métamorphoses du transport. Des travaux récents soulignent toutefois l'influence d'autres activités et pratiques sociales sur la "fabrique urbaine", en particulier celles qui relèvent des loisirs (Stock, 2007).

La ville et les loisirs entretiennent en effet des relations étroites et complexes (Corbin et al., 1995), qui se sont intensifiées au cours du dernier siècle avec la croissance spectaculaire du temps hors travail. D'une part, dans les agglomérations urbaines, les opportunités, spontanées ou organisées, de divertissement sont à la fois plus nombreuses et plus diversifiées qu'ailleurs : la concentration spatiale des citadins multiplie les occasions de se récréer collectivement ou de se distinguer par des pratiques singulières, comme la flânerie, tout comme elle favorise, compte tenu de l'importance des consommateurs potentiels, la croissance de l'offre culturelle et ludique. D'autre part, et plus fondamentalement, les activités et pratiques récréatives contribuent, à quatre titres au moins, au façonnement des villes.

Primo, l'aménagement de lieux dédiés principalement aux loisirs, que ce soient des salles de spectacle, des musées, des promenades, des espaces verts ou des maisons de passe, marque en profondeur l'espace urbain. Leur localisation contribue au renforcement de centralités existantes ou à l'émergence de nouvelles centralités, tout en transformant les valeurs foncières et immobilières, par exemple en rendant attractifs des quartiers qui ne l'étaient pas auparavant. Par ailleurs, comme le montre la nouvelle génération de musées signés par des "stararchitectes", les bâtiments qui accueillent des fonctions récréatives peuvent participer à la (trans)formation de l'identité visuelle des villes, en faisant émerger de nouvelles icônes urbaines. La localisation, la morphologie et les externalités des espaces de loisirs constituent donc un facteur majeur de la structuration des villes.

Secundo, les usages récréatifs du temps libre génèrent de nombreux déplacements, tant vers les villes, dans le cas des flux touristiques, qu'à l'intérieur de celles-ci. En ce sens, ils modifient les circulations existantes, en faisant émerger des itinéraires inédits ou de nouveaux pôles de mobilité ou de stationnement.

Tertio, les pratiques et activités de loisirs constituent un enjeu des politiques urbaines. Depuis au moins deux siècles, les pouvoirs publics urbains cherchent à réguler et à encadrer les pratiques récréatives, qu'elles soient extrêmement banales, comme l'usage des espaces verts, ou jugées déviantes, comme la fréquentation des maisons de passe. De même, ils sont amenés à prendre des dispositions pour faciliter les circulations vers et aux abords des hauts lieux du divertissement ou à adapter les réseaux de transport à la localisation des pôles récréatifs. Enfin, ils utilisent fréquemment l'offre de loisirs  comme catalyseur de l'attractivité urbaine, en cherchant à toucher dans un même mouvement les populations périurbaines et les touristes potentiels. 

 Quarto, enfin, les loisirs urbains contribuent de manière décisive à la construction de l'imaginaire des villes. Bien souvent en effet, c'est par le biais des représentations matérielles (romans, tableaux, films, guides touristiques édités, sites web,…) des lieux et des pratiques de récréation qui s'y déroulent que se façonne l'image d'une ville. C'est ainsi que Paris est indissociable de la Tour Eiffel, Bruxelles de l'Atomium, Amsterdam de son red light district,…

Organisé dans le cadre de l'Action de Recherche Concertée « Culture, mobilité, territoire. Émergence et transformation de l’identité métropolitaine bruxelloise (XVIIIe-XXIe siècles), le colloque Quand on sort en ville vise à questionner, de manière interdisciplinaire, la contribution des pratiques et activités récréatives au façonnement des espaces urbains depuis le XVIIIe siècle. Dans cette optique, il enrichira, sur base de contributions ayant un ancrage empirique marqué, les connaissances relatives à :

  • l'influence de la localisation, de la morphologie et des externalités des espaces de loisirs sur la structuration des villes,
  • l'impact des usages récréatifs du temps libre sur les déplacements urbains,
  • la place des pratiques et activités récréatives dans les politiques urbaines,
  • la contribution des loisirs urbains à la formation de l'imaginaire des villes.

Bibliographie

  • CORBIN A. et al. (1995), L'avènement des loisirs, Paris, Aubier, 471 p.
  • STOCK, M. 2007. « European Cities: Towards a Recreational Turn? », Hagar. Studies in Culture, Polity and Identities, vol. 7, n° 1, pp. 115-134.

Programme

Jeudi 18 mai

8h30 Accueil des participants

9h00 Introduction par les organisateurs du colloque

9h15 Atelier #1 Parcourir (discutant : Judith le Maire)

  • Voir et être vu : la visite aux galeries d’art à Bruxelles (Tatiana Debroux – ULB,  DGES/IGEAT – MICM-arc)
  • Se promener, traverser. Pour une cartographie modale des lieux de sortie à Mumbai et à Tokyo (Carole Lanoix – EPFL, Chôros)
  • Quand on se promène en ville : la mobilité des loisirs au XIXe siècle (Christophe Loir – ULB, SOCIAMM, MICM-arc)

10h45 Pause

  • Aménager la lenteur dans la seconde moitié du XXe siècle : piétonisation du centre-ville (Claire Pelgrims – ULB, CLARA, MICM-arc)
  • La ville à l’épreuve du tourisme : entre reproduction et transformation des structures spatiales (Jean-Michel Decroly – ULB, GAG/LITiTes, MICM-arc)

12h00 Lunch

13h30 Conférence #1 Aller au spectacle (discutant : Géry Leloutre)

  • Le territoire-support de la culture dans la métropole bruxelloise : typologies territoriales et mobilité (Yannick Vanhaelen – ULB, CLARA, MICM-arc)

14h15 Atelier #2 Aller au spectacle (discutant : Adrien Grimmeau)

  • Ville créative, ville récréative (Jean-Louis Genard – ULB, CLARA, MICM-arc)
  • Sortir en ville ou produire de la valeur ? Ville créative, néolibéralisme et « pratiques culturelles » (Mischa-Sébastien Piraud – EPFL, Lasur)
  • Résistance et compromis : approches esthétiques et spatiales des espaces culturels alternatifs dans un contexte urbain européen (Leticia Carmo – EPFL, Lasur)

15h45 Pause

16h00 Atelier #3 Magasiner (discutant : Mathieu Berger)

  • Badaudage et rues de commerce dans le Bruxelles moderne du XXe siècle (Judith le Maire – ULB, CLARA, MICM-arc)
  • Monter la descente en ville. L’urbanisme concédé et shopping malls : évolution du mode de construction de la ville par le secteur immobilier privé dans l’après-guerre à Bruxelles (Géry Leloutre – ULB, CLARA, MICM-arc)
  • Brussels when it sizzles. Brussels shops and the practice of window-shopping during the XIXth century (Anneleen Arnout – Radboud University – Historical, Literary and Cultural Studies)

17h30 Présentation de l’exposition virtuelle « pARCours urbains »

18h00 Fin de la première journée

Vendredi 19 mai

8h30 Accueil des participants

9h00 Atelier #4 Aller au concert (discutant : Jean-Michel Decroly)

  • Promenades mélomanes à Bruxelles autour de 1920 (Valérie Dufour – ULB, LaM, MICM-arc)
  • Topographie musicale : le mot et la chose (Rémy Campos – Conservatoire de Paris)
  • Lieux de sortie, lieux de pouvoirs ? Scènes musicales et fractures socio-spatiales dans les villes françaises et états-uniennes (Séverin Guillard – Université Paris-Est, Lab’Urba)
  • Lieux bruxellois de sorties « soldatesques » à l’époque de la Seconde Guerre mondiale (Christopher B. Murray – ULB, LaM, MICM-arc)

11h00 Pause

11h15 Conférence #2 Se rencontrer (discutants : Paul Aron & Laurence Brogniez)

  • Débits de boissons et sociabilité littéraire à Bruxelles (1846-1935) (Julie Fäcker – ULB, Philixte, MICM-arc)

12h00 Lunch

13h30 Atelier #5 Se rencontrer (Discutant : Laurence Brogniez)

  • De la mansarde au café : imaginaire des sociabilités littéraires (Denis Saint-Amand – UNamur)
  • Sortir à Bruxelles en temps de guerre : le cas d’August Vermeylen (Hans Vandervoorde – VUB, CLIC/SEL)
  • Une ville en marge ? La construction littéraire de Bruxelles par les écrivains de l’homosexualité (Paul Aron – ULB, Philixte, MICM-arc)

15h00 Atelier #6 S’encanailler (discutant : Cécile Vanderpelen)

  • Battre le pavé/Faire le trottoir : la géographie genrée de Bruxelles dans le roman du XIXe siècle (Laurence Brogniez – ULB, Philixte, MICM-arc)
  • Sociabilités masculines et plaisirs de la ville au XIXe siècle (Lola Gonzalez-Quijano – Université de Toulouse Jean-Jaurès – Framespa)

16h00 Pause

  • Bruxelles dans la poésie de Théodore Hannon : entre espace de création et espace de débauche (Mélanie de Montpellier – ULB, Philixte, MICM-arc)
  • Physiologie d’une pornotopie contemporaine : le festival de l’érotisme de Bruxelles (Jean-Didier Bergilez – ULB, CLARA)

17h15 Conclusion de colloque

18h00 Fin de la deuxième journée et drink

Lieux

  • Forum Flagey (Faculté d'Architecture La Cambre Horta) - 19, Place Flagey
    Bruxelles (Ixelles), Belgique (1050)

Dates

  • jeudi 18 mai 2017
  • vendredi 19 mai 2017

Mots-clés

  • ville, culture, divertissement, débauche, loisirs, mobilité, territoire

Contacts

  • Mélanie de Montpellier
    courriel : medemont [at] ulb [dot] ac [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Mélanie de Montpellier
    courriel : medemont [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Quand on sort en ville », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 26 avril 2017, http://calenda.org/403462