AccueilStigmatiser : normes sociales et pratiques médiatiques

Stigmatiser : normes sociales et pratiques médiatiques

Stigmatisation - social norms and media practices

*  *  *

Publié le jeudi 04 mai 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Les journées d’études sont ouvertes à tous les travaux qui observent les langages de la stigmatisation dans les médias d’information et de communication, et dans les arènes numériques. Stigmatiser est un acte de langage et, à ce titre, il intéresse la sémiotique, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, et toute démarche interdisciplinaire à même d’apporter un éclairage sur les conditions de production et de réception ainsi que les stratégies de circulation de la stigmatisation.

Annonce

Argumentaire

Stigmatiser, c’est nommer et désigner une différence, en activant un ensemble de croyances et de représentations. Le stigmate, intimement lié à un cadre normatif de référence, est soumis à un régime de stéréotypie et de préjugés. Une rhétorique de la méfiance dessine les contours d’une communauté qui veut se protéger d’un autre que soi-même : le malade, l’illettré, l’étranger, le pauvre. Les institutions comme leurs représentants peuvent aussi être stigmatisés : la police, la justice, l’État, l’armée. Au sein d’une telle rhétorique, la force normative des imaginaires sociaux naturalise et cristallise des visions sociales, politiques et culturelles du monde. À partir des travaux d’Erving Goffman (Asiles, 1968) ; La mise en scène de la vie quotidienne, 1973 ; Stigmate, 1975), nous souhaitons proposer une lecture sémiotique et pragmatique de la stigmatisation.

La stigmatisation est un processus qui résulte de trois dimensions concomitantes : une indication, une signification et une consigne pour l’action. L’indication consiste à pointer du doigt le sujet ou l’objet qui porte le stigmate, tandis que la signification revient à exprimer une dépréciation qui vise une assignation. Enfin, la stigmatisation implique la formulation d’une consigne ayant pour but de déclencher et de légitimer des attitudes et des comportements envers la communauté stigmatisée. Le stigmate n’existe donc pas en soi, mais relève d’une construction de sens liée à un contexte de production et de réception. L’Autre est réifié et apparait comme une surface de projection des craintes, des fantasmes, des frustrations d’une communauté donnée. La stigmatisation concerne alors les sujets porteurs de l’attribut discriminant et les situations sociales vécues par ces derniers. Comme René Girard le précise, « ce n’est pas dans le domaine physique seulement qu’il peut y avoir anormalité. C’est dans tous les domaines de l’existence et du comportement. Et c’est dans tous les domaines, également, que l’anormalité peut servir de critère préférentiel dans la sélection des persécutés. Il y a, par exemple, une anormalité sociale ; c’est la moyenne ici qui définit la norme ».

Cette sémiotique du stigmate doit également prendre en compte les pratiques médiatiques opérant une resignification. Dans ce cas, il ne s’agira plus seulement d’étudier des processus de victimisation et de rejet, fondés sur une consigne d’évitement, mais d’analyser également les réappropriations du stigmate qui impliquent une revendication identitaire des stigmatisés. D’après la définition de Marie-Anne Paveau, la resignification (reclaim) consiste à « reprendre à son compte une (dé)nomination insultante pour en faire un étendard d’identité ou de fierté, dans une visée d’éthique du discours ». Une telle formulation fait écho à ce que Judith Butler écrivait dans Le pouvoir des mots, lorsqu’elle précisait que « recevoir un nom injurieux nous porte atteinte et nous humilie. Mais ce nom recèle par ailleurs une autre possibilité : recevoir un nom, c’est aussi recevoir la possibilité d’exister socialement […]. Ainsi, une adresse injurieuse peut sembler figer ou paralyser la personne hélée, mais elle peut aussi produire une réponse inattendue et habilitante ».

Dans ces perspectives, nous nous intéressons à la production, la circulation et la réception de la stigmatisation au sein des arènes médiatiques. Dans quelle mesure les médias construisent, supportent et véhiculent-ils un champ sémantique et/ou une iconographie de la stigmatisation ? Comment représente-t-on l’Autre ? Emploie-t-on des métaphores (visuelles ou écrites) pour dire l’altérité ? Que se passe-t-il quand le stigmate est retourné contre son auteur ?

Les deux journées d’études que nous engageons ici s’inscrivent dans le cadre des activités du laboratoire Carism (Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias) de l’Institut Français de Presse (Université Panthéon-Assas – Paris 2).

Elles sont ouvertes à tous les travaux qui observent les langages de la stigmatisation dans les médias d’information et de communication, et dans les arènes numériques. Stigmatiser est un acte de langage et, à ce titre, il intéresse la sémiotique, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, et toute démarche interdisciplinaire à même d’apporter un éclairage sur les conditions de production et de réception ainsi que les stratégies de circulation de la stigmatisation.

Inscription

Pour s'inscrire, veuillez envoyer un email à l'adresse suivante : stigmatiser2017@gmail.com

Programme

Mercredi 17 mai 2017

  • 9h00 Accueil
  • 9h30 Présentation des deux journées d’études. « Pragmatique et sémiotique de la stigmatisation » par Frédéric Lambert, Giuseppina Sapio, Maëlle Bazin

10h00 – 11h15 : Au cinéma

  • Caroline Wintgens : « L’interpellation stigmatisante comme élément de construction identitaire : le cas Django Unchained »
  • Paola Palma : « Le signe de la faute : la stigmatisation des personnages féminins dans les mélodrames cinématographiques italiens des années 1950 »
  • Thomas Pillard : « La représentation – stigmatisante ? – des identités de genre et de race dans le film L.627 (Tavernier, 1992) : étude d’un débat médiatique et d’une démarche semi-documentaire »

Modératrice : Giuseppina Sapio

11h15 – 11h30 : pause

11h30 – 12h45 : En réponse à la stigmatisation

  • Florian Vörös : « Les Autres de l’antiracisme moral : représentations du racisme dans les débats télévisés français contemporains »
  • Lingzi Ding : « Comment la télévision japonaise réhabilite les personnes stigmatisées »
  • Félix Delaborde : « Justifier une mesure politique radicale par la stigmatisation : l’exemple du mur de Donald Trump face à la communauté mexicaine »

Modérateur : Dominique Ducard

12h45 – 14h30 : pause déjeuner

  • 14h30 – 15h30 : Conférence Laurence Kaufmann et Mathieu Brugidou : « Vers une grammaire de la stigmatisation »
  • Discutant : Frédéric Lambert

15h30 – 15h45 : pause café

15h45 – 17h00 : Dans l’arène (I)

  • Lucie Raymond : « Médias sociaux et mise en scène du stigmate : une rhétorique du discours à l’image. Le cas de l’humoriste Dieudonné »
  • Sophie Jehel : « Explorer la réception des stéréotypes stigmatisants par l’analyse de la circulation des émotions sur Twitter : l’exemple de ‘‘Touche Pas à Mon Poste’’ »
  • Nicolas Galy : « Stigmatisation et présupposition. Une analyse pragmatique de présupposés racistes dans les discours ‘‘médiatiques’’  »

Modératrice : Coralie Le Caroff

17h00 – 17h15 : pause

17h15 – 18h00 : Dans l’arène (II)

  • Guillaume Le Saulnier : « ’’Tout le monde déteste la police !’’ Stigmatisation et dé-stigmatisation des policiers dans les arènes publiques médiatiques »
  • Majdi Ismail : « De la stigmatisation discursive à l’épreuve de la camera-politica : une parole militante en devenir »

Modératrice : Camila Arêas

18h00 : apéritif

Jeudi 18 mai 2017

9h00 – 9h30 : Accueil

9h30 – 10h45 : Consommateurs et marchands : normes sociales et médiatiques

  • Karine Berthelot-Guiet : « Publicité, publicitaires, médias : jeux de stigmatisation »
  • Nataly Botero : « Modes de vie et stigmatisation des comportements écologiques »
  • Caroline Marti : « Comptes et légendes de la ménagère. Métamorphoses d’une stigmatisation »

Modératrice : Bibia Pavard

10h45 – 11h00 : pause café

11h00 – 12h15 : Contextes historiques et contextes juridiques de la stigmatisation

  • Agnès Granchet : « Les médias face au stigmate : quelles normes juridiques et déontologiques ? »
  • Véronique Montagne : « Simplifier pour stigmatiser : le cas des ‘‘Politiques’’ à la Renaissance »
  • Farah Zaïem Ben Nejma : « L’injure stigmatisante, moteur de la révolution tunisienne du 14 janvier 2011 »

Modérateur : Rémy Rieffel

12h15 – 14h00 : pause déjeuner

  • 14h00 – 15h00 : Conférence Marie-Anne Paveau : « La blessure et la salamandre. Théorie de la resignification discursive »
  • Discutante : Mirta Desnica

15h00 – 15h15 : pause café

15h15 – 16h15 : Les resignifications

  • Aurore Famy : « De la figure de l’épileptique à l’épisolidarité : potentiel sémiotique du stigmate et de l’identité »
  • Audrey Arnoult : « La pro-anorexie : entre stigmatisation et réappropriation du stigmate comme fondement identitaire »

Modératrice : Maëlle Bazin

16h15 – 18h15 : Table ronde — Pratiques artistiques : jouer et se jouer du stigmate

  • Béatrice Alonso : « Émilie Jouvet, contre-culture, resignification du stigmate et revendication identitaire »
  • Guglielmo Scafirimuto : « Islamic Star : la réappropriation du stigmate dans les vidéos d’Entekhabi et Ghazel »
  • Sylvain Gouraud : Réflexion autour de sa série de portraits photographiques de détenus, intitulée « Prisonniers : des visages libérés », publiée dans Libération en 2013
  • Laurie Lassalle : Réflexion autour de son documentaire-fiction Je suis Gong, 2016 (19’)

Modératrices : Lucie Alexis et Flore Di Sciullo

18h15     Échanges et débats, ouvertures...

Lieux

  • Université Paris 2 Panthéon-Assas, Centre Vaugirard, salle des conférences - 391 rue de Vaugirard
    Paris, France (75015)

Dates

  • mercredi 17 mai 2017
  • jeudi 18 mai 2017

Mots-clés

  • stigmatiser, stigmate, resignification, média, numérique, arène publique, discours, représentation

Contacts

  • Maëlle Bazin
    courriel : congressphm2018 [at] gmail [dot] com
  • Giuseppina Sapio
    courriel : stigmatiser2017 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Giuseppina Sapio Maëlle Bazin
    courriel : stigmatiser2017 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Stigmatiser : normes sociales et pratiques médiatiques », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 04 mai 2017, http://calenda.org/403976