AccueilLa ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe

The Caribbean City, the Cities in the Caribbean

La ciudad caribeña, las ciudades en el Caribe

Revue « Études caribéennes » n°39 (2018)

N° 39, 2018 - The Caribbean City, the Cities in the Caribbean

*  *  *

Publié le lundi 22 mai 2017 par Céline Guilleux

Résumé

La ville caribéenne, cette inconnue. Établissements humains hétérogènes, héritages des premiers temps coloniaux, refuges des démunis et des sans-logis, métissées et fragmentées, vitrines du tourisme caribéen, les villes caribéennes affichent les ambitions économiques de ces territoires insulaires et autres rivages baignés par la mer des Caraïbes. D’aspect chaotique, juxtaposant des fragments de modernité et d’exotiques anachronismes, cette ville duale, objet social et représentation ou symbole politique, ouvre un champ immensément riche et original. Tantôt d’allure européenne, reliquat d’Afrique – diront d’aucuns –, ville américaine – sans doute –, format hybride, la ville caribéenne constitue bien un objet d’étude spécifique.

Annonce

Argumentaire

La ville caribéenne, cette inconnue. Etablissements humains hétérogènes, héritages des premiers temps coloniaux, refuges des démunis et des sans-logis, métissées et fragmentées, vitrines du tourisme caribéen, les villes caribéennes affichent les ambitions économiques de ces territoires insulaires et autres rivages baignés par la mer des Caraïbes. D’aspect chaotique, juxtaposant des fragments de modernité et d’exotiques anachronismes, cette ville duale, objet social et représentation ou symbole politique, ouvre un champ immensément riche et original. Tantôt d’allure européenne, reliquat d’Afrique - diront d’aucuns -, ville américaine – sans doute -, format hybride, la ville caribéenne constitue bien un objet d’étude spécifique.

 Ces villes s’inscrivent dans un contexte historique, celui de la colonisation des Amériques, dans un environnement géographique singulier et suivant des dynamiques à diverses trajectoires : des territoires insulaires, plus ou moins exigus, des bandes de terres continentales bordées de massifs montagneux sur les rivages sud-américains, à l’embouchure de vastes fleuves, des transformations liées aux modes de vie où tradition et modernité cohabitent. Dans ces établissements humains denses et disparates se concentrent les défis économiques et politiques. Conscients de leur singularité, de la richesse d’un patrimoine plus ou moins valorisé de manière optimale et des enjeux de développement (urbain) qu’ils cristallisent, ces territoires de l’urbanité offrent un champ excitant pour la conduite de projets innovants, des initiatives de rénovation de quartiers en difficulté à la construction d’édifices répondant aux défis du XXIe siècle.

Ces territoires urbains sont en premier lieu ceux des îles-villes, à l’image de l’urbanisation diffuse qui couvre désormais l’essentiel des territoires de la Barbade, la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin ... Ce sont également de vastes complexités urbaines comme l’East-West Corridor de Trinidad. Des ruines de Port-au-Prince aux ghettos de Kingston en passant par la douce léthargie de la capitale cubaine, La Havane l’orgueilleuse, les villes et les formes d’urbanités de l’espace caribéen constituent des objets d’études riches et complexes peu étudiés à ce jour. La revue bibliographique témoigne des limites actuelles : les principaux travaux sont coordonnés par R.B. Potter avec une première synthèse Urbanization, Planning and Development in Caribbean (1989), puis The Urban Caribbean in an Era of Global Change (2000). Soulignons également les approches synthétiques de A. Portes, C. Dore-Cabral et P. Lanbolt (1997) et E. Rojas (2002). Sur les Antilles françaises, il convient de mentionner les travaux de S. Letchimy (1992), D. Martouzet (2001 et 2002), J.V. Marc (2007).

Dans quelle mesure la ville caribéenne peut-elle constituer un objet d’étude singulier ? Existe-t-il une ville caribéenne ? Quelle identité ? Quelles singularités ? Quelles spécificités ? Quelle(s) comparaison(s) avec d’autres ? La « combinaison de territoires » (Roncayolo) et les « irrégularités de la ville » (Roulleau-Berger) ouvrent de multiples pistes de recherche comme le décryptage des rapports sociaux (Lefebvre) dans ces paysages façonnés par d’implacables dynamiques de ségrégation socio-ethnico-spatiale. De l’exclusion à l’inclusion, avec les discours sur la mixité sociale - illusoire?- dans ces territoires, denses et étroits, désarticulés, qui juxtaposent des fragmentations d’espaces -des lieux ?- aux antagonismes exacerbés, entre des îlots exclusifs qui concentrent des richesses excessives – ostentatoires- au pied desquels s’étendent des interstices – espaces refuges- où s’accumulent pauvreté, marginalisation, discrimination et se recompose tant bien que mal un quotidien entre économique de survie, économie parallèle, économie illicite et économie formelle, toutes en interaction presque permanente… Il s’agit bien d’investir ces territoires composites, de donner une « lisibilité du paysage urbain » (K. Lynch), décrypter le sens de l’enchevêtrement des symboles plus ou moins connus, d’identifier la cohérence et les logiques des territoires du quotidien à travers une conjugaison de dynamiques et d’interactions.

Si la ville caribéenne constitue un objet d’étude central, il s’agit d’en préciser les contours, les originalités mais aussi les processus et les dynamiques de construction partagées. L’étude de la ville peut être abordée à partir d’une étude de cas, d’une approche globale à l’échelle de la Caraïbe et à travers des comparaisons (au-delà du cadre de la Caraïbe) en contexte de mondialisation. La thématique est ouverte à toutes les contributions ayant trait à la mise en tourisme du littoral au travers du développement de la plaisance, dans les champs d’études de la géographique, de la sociologique, de l’histoire, de l’anthropologie, de l’écologie, de l’urbanisme, de l’architecture, de l’ingénierie et des études urbaines.

Thématiques privilégiées

  • L’approche géographique du fait urbain dans la Caraïbe
  • Villes et système urbain
  • L’histoire de la ville et les paysages urbains dans la Caraïbe
  • Les étapes de la construction urbaine
  • La ville-capitale
  • Identité et patrimoine
  • La ville comme espace refuge
  • Crise et prégnance de la pauvreté
  • La ville face aux risques
  • Fragmentation et ségrégation versus inclusion et mixité sociale
  • Nouveaux usages de la ville et recompositions territoriales
  • Articulation et désarticulations des espaces urbains
  • La question des friches urbaines : sens, enjeux et défis
  • La nature dans la ville
  • Construction et/ou reconstruction de la ville caribéenne
  • Future(s) urbain(s) et avenir de la ville caribéenne
  • Contributions internationales à et de la ville caribéenne.

Calendrier

Vous pouvez vous référer aux Instructions aux auteurs et envoyer vos contributions à etudescaribeennes@gmail.com

  • 30 septembre 2017 : date limite d’envoi des résumés ;

  • 1 décembre 2017 : date limite d’envoi des articles ;
  • Décembre 2017-février 2018 : évaluation des textes par le comité scientifique ;
  • Mars 2018 : finalisation des textes par les auteurs ;
  • Avril 2018 : publication du numéro thématique (n° 39/2018).

Coordination du numéro

  • Huhua Cao, Professeur en Géographie, Université d’Ottawa
  • Ndongo Mebometa, Chercheur de l’Institute of African Studies, Université de Carleton

Dates

  • samedi 30 septembre 2017

Mots-clés

  • ville, caraïbe

Contacts

  • Sopheap Theng
    courriel : sopheap [dot] theng [at] univ-antilles [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sopheap Theng
    courriel : sopheap [dot] theng [at] univ-antilles [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La ville caribéenne, les villes dans la Caraïbe », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 22 mai 2017, http://calenda.org/404266