Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

Chemins de traverse en fiction

On the Road - fictional journeys

*  *  *

Publié le jeudi 11 mai 2017 par Céline Guilleux

Résumé

La fiction a souvent recours, pour qualifier son rapport au monde, à l’image du chemin : road movie, roman picaresque, ou encore jeu vidéo d’exploration font du sentier, bien plus encore qu’un thème ou une métaphore, la structure organisatrice par laquelle la fiction prend forme dans le geste d’arpenter, d’avancer, de cheminer. Nous avons, quant à nous, voulu prendre les chemins de traverse, ceux qui dessinent des géographies alternatives et explorent des espaces ignorés, marginaux ou marginalisés. Ainsi, le chemin de traverse peut aussi devenir le paradigme d’une pratique de recherche.

Annonce

Argumentaire

La fiction a souvent recours, pour qualifier son rapport au monde, à l’image du chemin : road movie, roman picaresque, ou encore jeu vidéo d’exploration font du sentier, bien plus encore qu’un thème ou une métaphore, la structure organisatrice par laquelle la fiction prend forme dans le geste d’arpenter, d’avancer, de cheminer. Nous avons, quant à nous, voulu prendre les chemins de traverse, ceux qui dessinent des géographies alternatives et explorent des espaces ignorés, marginaux ou marginalisés. Sur ces sentiers, domaine des colporteurs, les objets qu’on s’échange ne peuvent qu’être déformés, étranges, illégitimes ; ils esquissent et nous racontent des histoires autres, parfois des histoires de travers.

Motif et structure d’organisation de la narration, le chemin de traverse est aussi un miroir que la fiction se tend à elle-même, un dispositif métadiscursif qui lui permet de se réfléchir et de se penser. La fiction des chemins de traverse est alors, peut-être, une fiction qui se dit spatialement, à travers les figures des déplacements, des détours et des transferts ; une fiction d’un arpentage qui n’est pas le flux continu du récit mais se veut exploration, détour, voire progression à l’envers. 

Ainsi, le chemin de traverse peut aussi devenir le paradigme d’une pratique de recherche. Hors des routes canoniques, nous avons voulu réunir un colloque de jeunes chercheur-euse-s pour discuter objets de mauvais genre et œuvres populaires, disciplines sens dessus dessous et outils transgressifs, et cartographier collectivement les nouveaux sentiers d’une recherche en train de se faire.

Programme

Vendredi 19 mai 

  • 9h – Accueil des participant.e.s (salle Dussane)
  • 9h20 – Ouverture du colloque
  • 9h30 – Introduction par les organisateurs - Loïse Lelevé (Rennes 2)

Objets illégitimes et (mauvais) genres

Modération : Guillaume Grandjean (univ. de Lorraine) et Marion Lata (Paris 3)

  • 10h – Laura Martin-Gomez (univ. d'Artois), L'œuvre de Tolkien en France : sentier battu ou route perdue ?
  • 10h30 – Siegfried Würtz (univ. Bourgogne Franche-Comté), Lectures politiques du comics super-héroïque : la risible tentative de légitimer un mauvais genre ?
  • 11h – Pause
  • 11h30 – Mélanie Lallet (Paris 3), Les féministes de l'animation audiovisuelle française : bousculer le conformisme provisoire des productions pour la jeunesse.
  • 12h – Yannick Kernec'h (Rennes 2), Vers un jeu vidéo noir ? Aspects d'un transfert générique.

12h30 – Déjeuner

Colportages

Modération : Quentin Feltgen (ENS Ulm) et Luce Roudier (ENS Ulm)

  • 14h30 – Vivien Bessières (univ. Limoges), Le péplum, au carrefour entre mythologie et fantasy.
  • 15h – Alice Brière-Haquet (Paris 4), Le chat rebooté, ou les neuf vies du conte.
  • 15h30 – Pause
  • 16h – Cédric Hannedouche (univ. d'Artois), Les visages du justicier : absorption et intégration dans une suite de productions culturelles majeures des années 1920-1930.
  • 16h30 – Hélène Debrabandère (Paris Est), Of Dwarfs and Dwarves : l’“épouvantable” erreur de grammaire de J.R.R. Tolkien.
  • Vers 17h – Conclusion de la première journée : « Pourquoi nous n'avons pas invité Pierre Bayard à ce colloque » - Marion Lata (Paris 3) et Luce Roudier (ENS Ulm).

Samedi 20 mai

9h30 – Accueil des participant.e.s (salle Dussane)

Histoire(s) de travers

Modération : Marie Alhinho (ENS Ulm) et Marie-Agathe Tilliette (Paris Nanterre)

  • 10 h – Mathilde Noëlle Mougin (univ. Grenoble Alpes), Objets et médias dans Blanche ou l’oubli d’Aragon et Heimatmuseum de Siegfried Lenz : l’écriture de l’histoire au détour de la fiction.
  • 10h30 – Enrico Spadaro (univ. Aix-Marseille), La Route perdue : en chemin entre les mondes de J.R.R. Tolkien.
  • 11h – Pause
  • 11h30 – Isabelle Périer (univ. Le Mans et Nancy), Les chemins de travers du steampunk.
  • 12h – Julien Bazile (univ. de Lorraine), L’Histoire à traverser. Regards vidéoludiques sur l’histoire de la Martinique dans Mewilo et Freedom de Muriel Tramis.

12h30 – Déjeuner

Géographies alternatives

Modération : Odile Chatirichvili (univ. Grenoble Alpes) et Loïse Lelevé (Rennes 2)

  • 14h30 – Constance Barbaresco (EHESS), La partie de campagne chez Paul de Kock, itinéraire dans les environs de Paris.
  • 15h – Julie Saint-Hillier (univ. Bourgogne Franche-Comté), Voyage en souvenirs imaginaires ; les sentiers du devenir-écrivain.
  • 15h30 – Pause
  • 16h – Geneviève Dragon (Rennes 2), Le terrain vague, dans 2666, de Roberto Bolaño : Interstices chaotiques.
  • 16h30 – Pierre Denmat (Paris Nanterre), Quand la fiction fait de la géographie : quelles analyses des espaces urbains par les séries télévisées ?
  • Vers 17h – Conclusion du colloque

Atelier de fanfiction avec Sarah Asset (ENS Ulm) et Marion Lata (Paris 3) (salle Celan)

Lieux

  • Salle Dussane - 45 rue d'Ulm
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 19 mai 2017
  • samedi 20 mai 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • fiction

Contacts

  • Luce Roudier
    courriel : luce [dot] roudier [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Luce Roudier
    courriel : luce [dot] roudier [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Chemins de traverse en fiction », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 11 mai 2017, http://calenda.org/404570