AccueilMises en récit et corps souffrant : perspectives croisées

Mises en récit et corps souffrant : perspectives croisées

The narrative of the suffering body - comparative perspectives

*  *  *

Publié le lundi 22 mai 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Les différents types de récits de souffrance interrogent sur l’acte de se mettre en récit et sur la trame politique des récits de soi. Quels espaces de communicabilité permettent la production de récits relatifs à la souffrance vécue ? À qui sont-ils destinés, dans quel but ? Quelles narrations, en particulier autour du rapport au corps, se trouvent — ou non — privilégiées afin de (se) mobiliser dans l’espace public ? Comment restituer ces formes dans les contextes historiques, sociaux et politiques, qui les façonnent ? 

Annonce

Argumentaire

Les différents types de récits de souffrance interrogent sur l’acte de se mettre en récit et sur la trame politique des récits de soi. Quels espaces de communicabilité permettent la production de récits relatifs à la souffrance vécue ? À qui sont-ils destinés, dans quel but ? Quelles narrations, en particulier autour du rapport au corps, se trouvent — ou non — privilégiées afin de (se) mobiliser dans l’espace public ? Comment restituer ces formes dans les contextes historiques, sociaux et politiques, qui les façonnent ? Pour répondre à ces questions, des chercheur-e-s issu-e-s de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, linguistique, littérature, médecine, philosophie, psychologie, arts plastiques et visuels, etc.), mais aussi des acteurs de terrain, vont se rencontrer autour d’un programme de recherche apparemment commun, afin de voir quelles sont les différences méthodologiques qui peuvent apparaître, mais aussi les questions réciproquement soulevées. Cette journée sera l’occasion d’ouvrir un espace où partager des expériences multiples et mobiliser les outils mis à disposition par les SHS.

Programme

8h30-9h00 : Café de bienvenue

9h00-9h30  : Introduction

9h30-11h00 : Session 1 (les ateliers sont simultanés)

Atelier 1 : Politisation du corps souffrant et travail de légitimation des savoirs issus de l’expérience

  • Jean-Baptiste Pesquet, anthropologie, Ifpo-Beyrouth/GSRL/EPHE : Les récits de souffrance chez les réfugiés syriens au Liban : une anthropologie des relations entre islam et sécularisme
  • Marion Coville, sociologie et SIC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Voir et faire voir l’endométriose : mettre en récit et en image le corps et ses douleurs

Atelier 2 : Expression subjective et signification collective des séquelles corporelles de la maladie

  • Cinzia Greco, anthropologie, University of Manchester : Quête, combat ou négociation ? Raconter les marges d'action dans le cas de la reconstruction post-mastectomie
  • Cristina Cernat, psychologie, Université Paris Diderot : La mise en récit thérapeutique d’un corps en souffrance esthétique

11h00-11h30  : Pause

11h30- 13h30 : Session 2 (les ateliers sont simultanés)

Atelier 1 : Dépossession de soi et résistance du sujet. Quelles expressions ?

  • Alexandra Ortiz Caria, linguistique, EHESS : Se raconter pour expliquer ses oublis : une forme de résistance au diagnostic d’Alzheimer
  • Dominique Lossignol, médecine et éthique, Université libre de Bruxelles/Université de Mons: La demande d’euthanasie sous l’angle de l’éthique narrative
  • Valéria Milewski, biographe hospitalière, linguistique, laboratoire Modyco, Université Paris Nanterre : Se souvenir du passé. Expériences d’une biographe hospitalière

Atelier 2 :Mises en récit, rapports de pouvoir et narrations communautaires

  • Fanny Duysens, anthropologie, Université de Liège : De l'errance individuelle à la reconnaissance collective : récits de patients et de proches engagés dans des associations de maladies rares
  • Corinne Fortier, anthropologie et psychologie, chargée de recherche au CNRS, LAS (Collège-de-France) : Corps souffrants et mises en récit transidentitaires
  • Fabrice Olivet, association Auto Support des Usagers de Drogues (ASUD) : Pourquoi et comment le "nous" a remplacé le "je"

13h30-14h45 : Déjeuner

14h45-16h15  Session 3 (les ateliers sont simultanés)

Atelier 1 : Quand la mise en récit du corps souffrant interroge et est interrogée (par) sa médicalisation

  • Adrien Cascarino, psychologie, Recherche UFR d’Etudes Psychanalytiques, Université Paris Diderot : La mise en scène du corps souffrant : un récit paradoxal et partagé ?
  • Fatima Zohra Cherak, anthropologie, Université Aix-Marseille I/Université d'Oran : La construction du récit de la souffrance chez les possédés et les ensorcelés suivant la rouqya

Atelier 2 : Autopatographie et enjeux de reconnaissance des souffrances

  • Sophie Benard, philosophie, ENS/EHESS : Hervé Guibert, le sublime corps souffrant
  • Natasha Guiller, plasticienne, Master de recherche en art : Tiers-états du corps. Imaginer et concevoir une réparation : l’expression dessinée d’un corps d’écrits

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h45 : Projection et discussion d’extraits du film Son propre visage en partage de Lucie Szechter, Université de Liège/École de Recherche Graphiqueet

conclusion de la journée d’étude par Gilles Raveneau, LESC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

17h45-18h30 : Verre de clôture

Lieux

  • MSH Paris Nord, salles 408 et 409 - 20 avenue George Sand
    La Plaine-Saint-Denis, France (93)

Dates

  • jeudi 01 juin 2017

Mots-clés

  • récit, souffrance, corps, émotion, politisation, agency, narration communautaire

Contacts

  • Natasia Hamarat
    courriel : nhamarat [at] ulb [dot] ac [dot] be
  • Marie Dos Santos
    courriel : mariedossantos [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Natasia Hamarat
    courriel : nhamarat [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Mises en récit et corps souffrant : perspectives croisées », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 22 mai 2017, http://calenda.org/404899