AccueilPenser et réaliser la transformation du travail

Penser et réaliser la transformation du travail

Pensar y concretar la transformación del trabajo

Pensar e realizar a transformação do trabalho

Thinking and conducting the transformation of work

L’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz

El aporte de la perspectiva ergológica y de la obra de Yves Shwartz

O aporte da abordagem ergológica e da obra de Yves Schwartz

The contribution of the ergological approach and the works of Yves Schwartz

*  *  *

Publié le mercredi 24 mai 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Ce que propose la démarche ergologique c’est la co-production des savoirs pour transformer le travail et plus largement la vie sociale. Comme l’indique le projet scientifique du colloque, « l’approche ergologique, son histoire et ses questions, intéressent a priori tous ceux qui explorent à leur façon les méandres de la vie humaine, mais aussi quiconque veut réfléchir à sa propre activité et à celle des autres, reconsidérer les manières de faire et d’agir, ouvrir de nouvelles perspectives dans les façons de travailler, d’agir et de vivre ». Cette approche, dont notre présent a vivement besoin, est pourtant insuffisamment connue et parfois considérée comme complexe à appréhender. Tel est le constat à l’origine du colloque international pour lequel est publié cet appel à contributions.

Annonce

Présentation

Ce que propose la démarche ergologique c’est la co-production des savoirs pour transformer le travail et plus largement la vie sociale.

Comme l’indique le projet scientifique du colloque, « l’approche ergologique, son histoire et ses questions, intéressent a priori tous ceux qui explorent à leur façon les méandres de la vie humaine, mais aussi quiconque veut réfléchir à sa propre activité et à celle des autres, reconsidérer les manières de faire et d’agir, ouvrir de nouvelles perspectives dans les façons de travailler, d’agir et de vivre ».

Cette approche, dont notre présent a vivement besoin, est pourtant insuffisamment connue et parfois considérée comme complexe à appréhender. Tel est le constat à l’origine du colloque international pour lequel est publié cet appel à contributions.

Il n’y a pas d’un côté ceux qui savent et de l’autre ceux qui pratiquent. Rien ne peut se comprendre de la vie humaine (activité de travail, activité de vie quotidienne, activité de recherche, activité artistique, activité d’intervention, activité syndicale, activité politique, activité d’apprentissage…) sans remettre en question la séparation confortable entre « Expérience » et « Connaissance » du travail[1] et de la société. Chacun est porteur à la fois de connaissance(s) et d’expérience(s) dont il faut obstinément penser et organiser la rencontre.

Les organisateurs souhaitent une initiative qui, dès sa préparation, donne l’occasion de rencontres et d’échanges, notamment par le biais de son carnet, qui déborderont largement ce qui pourra être effectivement présenté lors de l’événement. Des formes peuvent être inventées auxquelles nous ne pensons pas aujourd’hui, pour répondre à un enjeu de diffusion, d’appropriation mais aussi de discussion de la démarche ergologique. Nous comptons sur le fait que l’intention soit comprise et partagée pour ouvrir l’imagination au fil de la préparation du colloque.

Axes thématiques

Les contributions pourront avoir pour objet de :

  • faire connaître la démarche ergologique, les réalisations qu’elle a suscitées, notamment dans le champ du travail, son terrain d’origine ;
  • parler de son histoire, de ses conditions d’apparition, de son développement ;
  • évoquer les épreuves rencontrées, les avancées ;
  • effectuer des rapprochements entre la démarche ergologique et d’autres perspectives avec lesquelles le débat paraît devoir se développer ;
  • énoncer des questions vives, des bifurcations s’il en existe, des extensions inattendues.

Toutes les thématiques sont les bienvenues et nul doute que le terrain du travail sera largement représenté. Les réponses à cet appel viendront en partie du réseau de ceux qui connaissent la démarche ergologique et la font vivre dans leur professionnalité, selon leurs disciplines et leur mode d’appropriation de ses concepts et pratiques. Mais sont également attendus des témoignages d’autres approches qui auraient la même préoccupation de co-production des savoirs.

Les contributions retenues pourront avoir plusieurs suites, non exclusives, avec l’accord de leurs auteurs.es :

  • une communication orale lors du colloque ;
  • une parution sur le blog du colloque, qu’il s’agisse de documents vidéo et audio, d’articles ou d’autres formes d’expression ;
  • une distribution sous forme d’article imprimé lors du colloque, de façon isolée ou dans un dossier.

Concernant les communications prononcées lors du colloque, nous souhaitons autant que possible une forme qui montre en elle-même un exercice de co-production c’est-à-dire :

  • une intervention en binôme (voire plus) impliquant des points de vue d’acteurs différents (de par leur professionnalité, leurs champs disciplinaires ou leur expérience avec l’approche ergologique, etc.) ;
  • une intervention sous forme dialogique ;
  • une intervention faisant synthèse de discussions portées dans la préparation du colloque (à titre d’exemples : que produit le déploiement de la démarche ergologique dans le secteur de la formation d’adultes ? Quel rapport entre ergologie et philosophie sociale ?).

Modalités de soumission

Les contributions orales n’excèderont pas 20 minutes, mais peuvent être accompagnées de supports qui complèteront le propos et pourront être diffusés à d’autres moments du colloque.

Elles seront choisies sur avis des comités scientifiques et d’organisation du colloque.

Un pré-programme sera établi en juin sur la base des propositions de contribution reçues, en mêlant les thématiques, les formes, les intervenants.

Une brève présentation de votre contribution devra nous parvenir d’ici le

06 juin 2017

par l’intermédiaire de l’un des membres du comité de coordination :

  • Anne-Lise Ulmann : anne-lise.ulmann@lecnam.net
  • Yves Baunay : ybaunay@free.fr
  • Christine Castejon : christine.castejon@altergo.fr
  • Daisy Cunha : daisy-cunha@uol.com.br
  • Louis Durrive : louis.durrive@unistra.fr
  • Eric Hamraoui : eric.hamraoui@cnam.fr
  • Muriel Prévot-Carpentier : murielprevot@free.fr

Comité d’organisation

  • Alain Alphon-Layre, CGT
    a.alphon-layre@cgt.fr
  • Nathalie Clar, CEPERC, Aix-Marseille Université
    clarnathalie@gmail.com
  • Christine Eisenbeis, INRIA
    christine.eisenbeis@inria.fr
  • Edna Goulart, Universidade Federal do Piauí, Brésil,
    emgoulart@uol.com.br
  • Bernard Levy, Haute École en Travail Social de Sierre, Suisse
    Bernard.Levy@hevs.ch
  • Christine Noël-Lemaître, CEPERC, Aix-Marseille Université
    christine.noel.lemaitre@gmail.com
  • Edouard Orban, CEPERC, Aix-Marseille Université
    ed.orban@wanadoo.fr
  • Abdessalam Taleb, Université de Tlemcen, Algérie
    ab_taleb@hotmail.fr

Comité scientifique

  • Milton Athayde, Universidade do Estado do Rio de Janeiro, Brésil
    athayde.milton@gmail.com
  • Monica Bianco, Universidate Federal do Espiroto Santo, Brésil
    mofbianco@gmail.com
  • Leila Boudra, Observatoire des emplois de la famille – FEPEM Laboratoire EVS (UMR 5600)
    leila.boudra@gmail.com
  • Alvaro Casas, Membre du projet TR3S : Trabajo-Educacion- Sensibilidad , Montevideo Uruguay
    alvaro.casas.gorgal@gmail.com
  • Fabien Coutarel, ACTé, Université Clermont Auvergne
    fabien.coutarel@uca.fr
  • Marie-Hélène Dassa, Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille
    mariehelene.dassa@free.fr
  • Fatima Doumbia, Université de Cocody, Côte d’Ivoire
    fatima.doumbia@aol.fr
  • Marcelle Duc, Certop-CNRS, Université Jean Jaurès Toulouse
    duc@univ-tlse2.fr
  • Guy Jobert, CRTD, CNAM
    guy.jobert@wanadoo.fr
  • Marianne Lacomblez, Universidade do Porto, Portugal
    lacomb@fpce.up.pt
  • Francisco Lima, Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil
    frapalima@gmail.com
  • Samira Mahlaoui, CEREQ
    samira.mahlaoui@cereq.fr
  • Patrick Mayen, Eduter-Recherche, Agrosup Dijon
    patrick.mayen@educagri.fr
  • Hervé Moreau, Institut de recherches de la FSU
    herve.moreau@snes.edu
  • Marie-Hélène Motard, Institut de recherches de la FSU
    mh.motard@sfr.fr
  • Abdallah Nouroudine, Centre National de Documentation et de Recherche Scientifique Comores
    abdanouroudine@yahoo.fr
  • Ana Yara Paulino, Departamento Intersindical de Estatística e Estudos Socioeconômicos, Brésil
    anayara@dieese.org.br
  • Patricia Remoussenard, Cirel, Université de Lille 3
    pat.remoussenard@free.fr
  • Emmanuel Renault, Sophiapol, Université Paris-Nanterre
    emmanuel.renault@wanadoo.fr
  • Pierre Roche
    p.roche99@free.fr
  • Eloisa Santos, Centro Universitário UNA, Brésil
    eloisasantos@uaivip.com.br
  • Magda Scherer, Universidade de Brasília, Brésil
    magscherer@hotmail.com
  • Cecília Souza Silva, Pontifícia Universidade Católica de São Paulo, Brésil
    cecilinh@uol.com.br
  • Pierre Trinquet, Institut d’ergologie (AMU)
    pierretrinquet@free.fr
  • Bernard Vuillon, ORT
    bg.vuillon@orange.fr

Lieux

  • CNAM, rue Saint-Martin
    Paris, France (75)

Dates

  • mardi 06 juin 2017

Mots-clés

  • Ergologie, travail, epistémologie, connaissance, expérience

Contacts

  • Christine Castejon
    courriel : christine [dot] castejon [at] altergo [dot] fr

Source de l'information

  • Marco Saraceno
    courriel : ma [dot] saraceno [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Penser et réaliser la transformation du travail », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 24 mai 2017, http://calenda.org/405460