AccueilUne « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles) ?

*  *  *

Publié le lundi 29 mai 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le caractère composite des royaumes ibériques chrétiens s’explique par la chronologie longue de la Reconquête – débutée dans la seconde moitié du XIe siècle et prolongée de façon discontinue jusqu’en 1492 – comme par l’évolution des pratiques de colonisation qui ont décidé de la répartition de la population et de l’organisation sociale. L’historiographie a souligné les singularités de l’espace frontalier à partir des années 1260 : l’éloignement des centres de décision et une démarcation stable entre chrétiens et musulmans ont globalement favorisé les interactions entre communautés.

Annonce

Coordination

  • Daniel Baloup (Université Toulouse-Jean Jaurès),
  • Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil)

Argumentaire

À partir de la deuxième moitié du XIe siècle, les royaumes ibériques chrétiens s’étendent territorialement aux dépens des puissances musulmanes installées dans la péninsule depuis les années 710-720. Ce phénomène — généralement désigné sous le nom de Reconquête — se prolonge de façon discontinue sur un temps long : la première conquête d’importance, la prise de Tolède, intervient en 1085 ; à la fin des années 1260, seules les régions soumises à l’émir de Grenade demeurent indépendantes des pouvoirs chrétiens ; et il faut attendre 1492 pour voir la capitale nasride investie par les troupes castillanes.

La chronologie et les circonstances de l’expansion expliquent le caractère composite des royaumes ibériques chrétiens : les pratiques de colonisation évoluent sensiblement tout au long de la période, ce qui a des effets importants sur la composition et la répartition de la population, ainsi que sur l’organisation sociale. C’est surtout pour les époques les plus tardives que l’historiographie a mis en évidence la singularité des espaces frontaliers : pendant deux siècles, à partir des années 1260, la ligne de partage territorial entre l’émirat nasride et ses voisins chrétiens reste globalement stable. L’interaction régulière et pérenne avec les Grenadins — qui n’est pas forcément ni uniquement militaire — apparaît comme la principale caractéristique de cette « société de frontière ». Un autre aspect important est l’éloignement des centres de décision, même si cet éloignement est relatif et variable : alors que les guerres civiles qui secouent les royaumes ibériques à la fin du Moyen Âge obligent parfois le pouvoir royal à se retirer des confins, la reprise de l’affrontement avec Grenade induit périodiquement la présence physique du souverain sur la frontière.

Dans ce contexte, la noblesse possessionnée sur la frontière adopte-t-elle des comportements politiques spécifiques, différents de ceux observés dans d’autres régions ? La journée d’étude aura pour objet d’apporter des éléments de réponse à cette question, en privilégiant deux axes de réflexion : celui des relations avec la royauté, et celui de l’inscription des nobles de la frontière dans les réseaux nobiliaires qui, aux XIVe-XVe siècles, parcourent la péninsule (sans toujours respecter les limites entre les différents royaumes). Il s’agira, au fond, d’éprouver la pertinence de la catégorie « noblesse de frontière » dans l’analyse des relations de pouvoir et des rapports de force qui se manifestent en péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge.

Programme

La journée d'étude aura lieu à l'Université Paris-Est Créteil, salle Erasme (bâtiment i, 2e étage, salle i3-218).

  • 9h30 Accueil
  • 10h00 Sara Fourcade, Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil) et Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès) Introduction.
  • 10h15 Sara Fourcade et Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil) La noblesse des marches : concept et connexion franco-ibériques
  • 10h45 Olivier Biaggini (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) L'espace de la frontière et la légitimation du pouvoir nobiliaire dans l’œuvre de Don Juan Manuel
  • 11h15 Maria de Lurdes Rosa (Universidade Nova de Lisboa) Courage, audace, courtoisie : comportements chevaleresques de la noblesse portugaise dans le contexte de la définition du nord d'Afrique comme frontière de la Reconquête
  • 11h45 Juan Luis Carriazo Rubio (Universidad de Huelva) Noblesse, frontière et mémoire dans l'Andalousie du bas Moyen Âge
  • 12h15 Discussion

12h30 Déjeuner

  • 14h15 Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ”Nobles fechos en la frontera”: metáforas, discursos y prácticas de los hidalgos del Cantábrico en la baja Edad Media
  • 14h45 Daniel Baloup (Université Toulouse –Jean Jaurès) Les nobles de la frontière et leurs voisins musulmans : une relation ambiguë ?
  • 15h15 Jean-Pierre Jardin (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) Le connétable Miguel Lucas de Iranzo à Jaén : un noble frontalero
  • 15h45 Discussion et conclusion

Lieux

  • Campus Centre, Faculté des Lettres Langues et Sciences Humaines, salle Erasme, bâtiment i, 2e étage, salle i3-218 - 61 avenue du Général de Gaulle
    Créteil, France (94)

Dates

  • mardi 30 mai 2017

Mots-clés

  • noblesse, frontière, péninsule ibérique

Contacts

  • Sara Fourcade
    courriel : sara [dot] fourcade [at] u-pec [dot] fr

Source de l'information

  • Sara Fourcade
    courriel : sara [dot] fourcade [at] u-pec [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Une « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles) ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 29 mai 2017, http://calenda.org/405758