AccueilEau(x) et paysage(s)

Eau(x) et paysage(s)

Water(s) and landscape(s)

*  *  *

Publié le jeudi 01 juin 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le prochaine colloque « Eau(x) et paysage(s) » est organisé dans le cadre de la biennale « Nature et paysage 2018 », par le département École de la nature et du paysage de l’Institut national des sciences appliquées Centre Val de Loire, l’UMR 7324 CITERES et la zone atelier Loire. Ce colloque souhaite être un lieu de débats et d’échanges scientifiques autour des questionnements associant les eaux et les paysages.

Annonce

Argumentaire

Organisé dans le cadre de la Biennale Nature et Paysage 2018 portant sur l’eau[1], par le Département Ecole de la Nature et du Paysage de l’INSA Centre Val de Loire, l’UMR 7324 CITERES et la Zone Atelier Loire, le colloque souhaite être un lieu de débats et d’échanges scientifiques autour des questionnements associant les eaux et les paysages.

L’eau est un des éléments fondamentaux des paysages actuels et passés. Elle constitue tout autant un atout qu’elle génère des contraintes. Elle est présente sous différentes formes (fleuves et rivières, zones humides, littoraux, eau pluviale, eau domestique…) et à des échelles spatiales variées. Ses liens avec l’évolution des paysages sont multiples tout comme les usages et les représentations qui en naissent.

L’objectif du colloque est de mobiliser des scientifiques de différentes disciplines mais également des acteurs impliqués dans des actions de planification, de gestion ou de protection de l’eau et des paysages de l’eau.

Trois problématiques sont plus précisément identifiées : la première a pour objectif d’aborder la question des paysages de l’eau dans le temps long dans une perspective à la fois historique et géographique, la seconde de questionner la représentation, la planification et la gestion de l’eau dans les grands paysages, la troisième de s’intéresser plus spécifiquement à la question de l’eau dans les projets urbains, notamment dans son rapport à l’espace public. Les propositions s’inscriront dans une ou plusieurs de ces thématiques en développant des approches théoriques ou méthodologiques, s’appuyant sur des études de cas menées dans le cadre de projets de recherche ou issues de pratiques professionnelles variées.

1- Construction des paysages de l’eau dans le temps long

Problématique 

La compréhension des paysages actuels liés à l’eau et de leurs évolutions mobilise des connaissances sur le passé. Dans cette session, nous souhaitons interroger les apports des recherches menées dans le temps long (dont celles des archéologues et des géomorphologues) sur des territoires façonnés par l’eau, tant du point de vue des dynamiques hydro-sédimentaires que des aménagements hydrauliques et des adaptations des sociétés.

Quelles sont les temporalités de construction de ces territoires et existe-t-il des ruptures ? Comment s’articulent les dynamiques environnementales (hydro-bio-physiques) et celles des sociétés ?

Les paysages construits par l’eau font-ils l’objet de démarches de protections et de valorisation spécifiques (catégorie des Paysages culturels de l’UNESCO, parcs naturels, …) en lien avec des processus de patrimonialisation ?

Concernant les méthodes d’analyse, comment est abordée la dimension paysagère dans les études environnementales et quels sont les apports de nouveaux outils (reconstitution 3D, LIDAR…) afin de représenter ces paysages et caractériser plus finement certaines de leurs composantes ?

Dans cette session nous souhaitons aborder, au-delà de ces questions spécifiques, la fabrique du paysage dans son articulation avec l’eau.

Mots- clés 

géohistoire, environnement, processus, aménagements, archéologie

2- Paysages de l’eau et projet de territoire, de nouveaux enjeux ?

Problématique 

Les vastes paysages de l’eau font l’objet d’une attention particulière de la part des acteurs du territoire, dans un contexte de fortes évolutions des documents cadres et des règlementations (Directive Cadre Inondation, Directive Cadre Eau, Loi Biodiversité, Trames Vertes et Bleues, GEMAPI, SDAGE et SAGE, PAPI etc. ). Leur application engendre un renouvellement des représentations et des pratiques, autant que des tensions voire des conflits d'usages. Les paysages des cours d’eau, des littoraux et des zones humides se situentsouvent entre des enjeuxde développement multiples, parfois contradictoires (cadre de vie, tourisme, industrie, agriculture, risque). Comment les concilier pour développer des projets de territoire cohérents ? Quelles sont les incidences de la mise en place de nouvelles politiques, comme celles de la Trame Verte et Bleue ou des politiques de gestion des risques d’inondation, sur ces paysages ? Quels bilans peut-on dresser des politiques publiques déjà en œuvre ?  Quels sont les acteurs mobilisés, quelle place est accordée aux représentations habitantes ? Afin d’appréhender ces paysages contemporains, quelles méthodes sont mobilisées, comment intégrer les pratiques et les usages des différents acteurs ?

Autant de questions afin d’interroger, la trajectoire des paysages de l’eau, en lien avec la première session, et leur mise en projet.

Mots- clés 

politiques publiques, planification, grand paysage, littoraux, risque d’inondation, continuité écologique, résilience, Trame Verte et Bleue 

3- Paysages de l’eau en ville, paysages de projet

Problématique

Cette troisième session porte plus spécifiquement sur la question de l'eau dans les projets d'aménagement urbains et péri urbains contemporains. Nous faisons l’hypothèse qu’elle suppose de nouvelles formes d'hybridation et d'adaptation visibles dans le paysage.

La ville est au contact de l'eau par la pluie qui lui parvient et y ruisselle, par les cours d'eau qui la traversent et leurs milieux associés. La session s'intéressera à ces deux aspects du projet urbain, à la croisée entre autres de questions hydrologiques, d’espace public, d'usages, d'enjeux financiers et de maîtrise foncière invitant à la plurifonctionnalité des lieux. On pourra par exemple questionner plus spécifiquement :

  • le rapport de la ville aux eaux pluviales, dont la gestion peut entrer dans le parti d'aménagement et être un point d'appui pour la composition du paysage urbain.

Dans un  contexte de cycle urbain de l'eau sous tension  (ressource rare y compris sous nos latitudes et  potabilisation coûteuse ;  eaux usées mobilisant et polluant de grandes quantités de cette eau potable), les eaux pluviales peuvent aussi être mobilisées comme ressource alternative à l’eau potable et comme ressource directe par exemple pour des ilots de fraicheur

  • le rapport de la ville aux cours d'eaux. Ceux-ci offrent des potentialités d'espaces publics et de vues ; leur potentiel écologique peut ou non avoir à trouver sa place en ville, voire à se relier à d'autres trames urbaines porteuses de biodiversité; lorsqu'elle existe, l'inondabilité exige un bâti adapté voire l'empêche et appelle d'autres usages compatibles, etc.

Mots- clés 

aménagement, hydrologie urbaine, gestion intégrée des eaux pluviales, espace public.

Modalités de soumission

Résumé à soumettre d’ici le 20 juillet 2017

(sylvie.servain@insa-cvl.fr)

Les propositions seront examinées par le comité scientifique.

Comité scientifique

  • Aziz Ballouche, Professeur de Géographie, Université d’Angers, UMR LETG
  • Régis Barraud, Maître de conférences en Géographie, Université de Poitiers, EA RURALITES
  • Mathieu Bonnefond, Maître de conférences en Aménagement de l’Espace et Urbanisme, CNAM ESGT, EA GeF
  • Elodie Brelot, directrice du GRAIE (Groupe de Recherche Rhône Alpes sur les Infrastructures de l’Eau)
  • Nathalie Carcaud, Professeur de Géographie, Agrocampus Ouest-Angers
  • Catherine Carré, Professeur de Géographie, Université Paris I, LADYSS
  • Jean-Michel Carozza, Professeur de Géographie, Université de La Rochelle, UMR LIENSs
  • Hervé Cubizolle, Professeur de Géographie, Université de Lyon , UMR 5600
  • Anne Honegger, Directrice de Recherche CNRS, ENS de Lyon, UMR 5600
  • Grégory Morisseau, Docteur en Géographie, ingénieur - paysagiste, Atelier de l’Île
  • Bruno Ricard, Hydrologue, Professeur Associé, INSA Centre Val de Loire
  • Sylvie Servain, Maître de conférences en Géographie, INSA Centre Val de Loire, UMR CITERES
  • Philippe Valette, Maître de conférences en Géographie, Université Jean Jaurès, Toulouse, UMR GEODE
  • Lolita Voisin, Maître de conférences en Aménagement de l’Espace et Urbanisme, INSA Centre Val de Loire, UMR CITERES

Comité d’organisation :

  • Géraldine Pattier, Direction de la Recherche et de la Formation, INSA Centre Val de Loire
  • Bruno Ricard, Hydrologue, Professeur Associé, INSA Centre Val de Loire
  • Sylvie Servain, Maître de conférences en Géographie, INSA Centre Val de Loire, UMR CITERES
  • Lolita Voisin, Maître de conférences en Aménagement de l’Espace et Urbanisme, INSA Centre Val de Loire, UMR CITERES

[1] Biennale organisée à l’initiative du CAUE 41, en partenariat avec Agglopolys et Département Ecole de la Nature et du Paysage de l’INSA Centre Val de Loire les 16 et 17 mars 2017 (www.nature-et-paysage.eu). 

Lieux

  • INSA Centre Val de Loire, Ecole du Paysage - 3 rue de la Chocolaterie
    Blois, France (41)

Dates

  • jeudi 20 juillet 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • paysage, eau, géohistoire, environnement, aménagement, hydrologie urbaine

Contacts

  • Sylvie SERVAIN
    courriel : sylvie [dot] servain [at] insa-cvl [dot] fr

Source de l'information

  • Sylvie SERVAIN
    courriel : sylvie [dot] servain [at] insa-cvl [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Eau(x) et paysage(s) », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 juin 2017, http://calenda.org/406551