AccueilImaginaires de l'altérité

Imaginaires de l'altérité

Otherness in the imagination

*  *  *

Publié le jeudi 08 juin 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Le réseau du Centre de recherches internationales sur l’imaginaire (CRI2i) se propose de consacrer son IIIe congrès international aux débats autour des imaginaires que suscite la question de l'altérité. Cette notion a beau avoir été largement analysée en philosophie et en sciences humaines, elle continue à nous préoccuper, présidant à notre conscience et imposant un questionnement incessant. Le rapport à l'autre n'a jamais été aussi problématique que dans le contexte mondial actuel où les nouvelles valeurs de standardisation véhiculées par la culture de la mondialisation font face à l'hégémonie croissante des revendications identitaires.

Annonce

6-10 mars 2018 (Hammamet-Tozeur, Tunisie)

Argumentaire

Le réseau CRI2i se propose de consacrer son 3e Congrès international aux débats autour des imaginaires que suscite la question de l’altérité. Cette notion a beau avoir été largement analysée en  philosophie et en  sciences humaines, elle continue à nous préoccuper, présidant à  notre conscience et imposant un questionnement incessant. Le rapport à l’Autre n’a jamais été aussi problématique que dans le contexte mondial actuel où les nouvelles valeurs de standardisation véhiculées par la culture de la mondialisation font face à l’hégémonie croissante des revendications identitaires. L’époque est marquée par le brassage des identités, voulu par le nouvel ordre mondial, et la pensée unique libérale se heurte à une opposition farouche des groupes sectaires et des mouvements radicaux. Qu’est-ce qui justifie cette flambée de violence qui frappe au quotidien, çà et là, et ces discours brandissant la bannière de l’inimitié, sinon le rejet de la différence et la négation de l’altérité ? Qu’est-ce qui triomphe aujourd’hui partout dans le monde sinon l’exclusivisme, l’intolérance et la haine de l’Autre ?

C’est dans ce contexte tendu, placé sous le signe du choc des civilisations, que s’affirme le besoin de revisiter la notion d’alteritas et de confronter les imaginaires philosophique, artistique et littéraire relatifs à la notion de l’Autre dans sa relation dialectique avec celle de l’identité collective. N’est-il pas temps de réévaluer l’image de soi et de réajuster la représentation de l’Autre ? de dépasser le nombrilisme et l’ethnocentrisme afin de passer d’une altération à une véritable altérité ?

Néanmoins, loin de vouloir nous enfermer dans les regards croisés entre Orient et Occident – ou encore entre Nord et Sud – et de nous limiter aux représentations bipolaires et réductrices, développées de part et d’autre des deux rives de la Méditerranée, entre autres, nous  voudrions définir l’Autre dans sa large diversité, en tant que somme de constructions imaginaires plurielles, tributaire de la société et de l’époque et renfermant une infinité de figures et de représentations.

Les anciens Grecs, à l’instar de maintes cultures, ont déjà multiplié les figures de l’Autre mais ont perçu l’altérité surtout sous un angle négatif. Prenant un caractère centripète, leur conception de la cité s’articulait autour des privilèges propres uniquement aux citoyens libres qui devaient occuper le centre, tout en repoussant dans la marge et selon une catégorisation spatiale, tous ceux jugés différents : non seulement les étrangers, les barbares et les ennemis, mais également les femmes, esclaves et éphèbes.

Nous voudrions donc engager une réflexion sur les diverses manifestations de l’altérité et interroger non seulement ses multiples représentations littéraires et artistiques, mais également les soubassements historiques, psychosociaux et idéologiques à l’origine de sa  construction. Nous nous proposons de nous ouvrir à la pluralité des formes d’altérité : l’altérité exogène qui renvoie à des peuples différents dont nous séparent la géographie ou /et le temps, et l’altérité endogène « référant à ceux qui, marqués du sceau d’une différence, qu’elle soit d’ordre physique ou corporel (couleur, race, handicap, genre, etc.), du registre des mœurs (mode de vie, forme de sexualité) ou liée à une appartenance de groupe (national, ethnique, communautaire, religieux, etc.), se distinguent à l’intérieur d’un même ensemble social ou culturel et peuvent y être considérés comme source de malaise ou de menace »[i].

L’imaginaire de l’altérité devrait être analysé lors de ce Congrès, comme un espace intermédiaire, comme une interface entre la conscience de soi et l’environnement social, le sujet et le monde, conditionnant de la sorte notre rapport à la littérature, à l’art et à la culture et s’imposant par là même à toute forme de création. Il détermine notre vision du monde et notre façon de l’interpréter. Nous voudrions identifier la trace et l’importance de l’Autre comme matrice de la création, remettre en question la notion de l’originalité de l’œuvre et démystifier sa perception comme une pure création. Celle-ci doit être perçue comme une rencontre et une synthèse d’une altérité plurielle, prenant des dimensions discursives, esthétiques et poétiques. Cette rencontre a déjà été largement conceptualisée par maintes approches critiques contemporaines, notamment en Tunisie : polyphonie, intertextualité, dialogisme, plurilinguisme, etc.

Ce Congrès permettra également d’étendre la réflexion à l’imaginaire de l’ailleurs et de l’autrefois et d’interroger le goût du pittoresque et tout l’héritage de l’exotisme. On réfléchira, particulièrement, sur les fantasmes et les obsessions, sur les clichés et les stéréotypes qui n’ont cessé de modeler l’image de l’Autre. D’autre part, on profitera de ce débat autour de la notion d’altérité pour réévaluer toute une terminologie critique souvent utilisée de manière interchangeable, en l’occurrence, interculturalité, transculturalité, pluriculturalité, et  acculturation.

Tout en privilégiant les domaines de la philosophie, des lettres et des arts, nous souhaiterions, lors de ce Congrès, nous ouvrir à toutes les disciplines que peut solliciter  la réflexion sur l’altérité. Nous ambitionnons de confronter les approches en histoire, en sociologie, en psychanalyse, etc. et de créer des synergies interdisciplinaires tour des prformes d’es apprbarm

Les asup>e Congrès intIrnational auxregicute;sentadu Centi se propose de c engde vrer d&respcute;tendaes artlx, es revenrches intt, cute;es de l’imaginaire (CRl’altérité devr les regpraues conistiques, m les st&ences humaines et sociales" s psyfronter aanalys&ea tribuav et id&metspive. Nagrave; l&rticul prforaxde liva : no>

Les Posophie et (igieux remrer cute;) ou,ychanalyse, e notrs eoences husp; * A, noutérature, & litt&isme,ues, i> Pcute;diaiage crisciences huml’époqducon Hoire, en ences humyphiues, m lesences humiales" s.2> ArgPrinlina étraeacute;s eas hum sigr &esrsquo;inteription" c1>

Le r&roposonsits définir lts de la munauttions i (le= relicute;sentuacute;diadash; et v&ea&iste de l&rse duspantterg>dash; et, 5deltlichefse prter cultompag cute;es de d' cat&ou notre de bibliaphie o peude drave;s ijeudoerd) en&nbvoycute;es de du rics tard>

Le jeu15 octob & 7

Le et avrer de liva&nde :sp; *

Les Lese. leu_h&eaem@yahoo./spa Lesgr%C3es3.pti2i@g leu.tom2> Le 15 acute;fincemb & 7

Les30 janv sa 8 (Hsp;: nont larcute;e de maempsxteéfinir ltsfnouultompag cute;es uml&rseré&eatuacute;diap>

LesUnigr &e d'eription" crmesfaire de lasp;: no>

Les250acu eobsp; nots de ceiéfinx citticuliina doncute;trangers, letteigr &e d'eription" crinllsolo>

Les Le jeuposve; de cullecte et /i> Le jear lu de-caacute;ren /i> Le j'h&oc;t duet pbsp; philions domunplrave;te, liliot &ag4 rd&rs.2> Les330 DTts de ceiéfinx citticuliina donlox. Qu&teigr &e d'eription" crinllsolo>

Les Le jeuposve; de cullecte et /i> Le jear lu de caacute;ren /i> Le j'h&oc;t duet pbilions domunplrave;te, liliot &ag3 rd&rs.2> Comeacute; s&rsncesier s, i>

Les Jean-Jacs, m WUNENBURGER (Un&sité, e Jean Mout&i Lyon3, Fce et),sp; * Corin BRAGA (Un&sité, e Babde-Bolyai, Cluj-Napox., Roui&egt),2> Hcute;diaire ABDELKEFI (I2L- Un&sité, e isie& El MlysTunisie) AliyTOUMI ABASSI (Un&sité, e la M&eaanasseunisie) Ja &l El GHARBI (Un&sité, e la M&eaanasseunisie) Ana T &eaPORTANOVA BARROS (Un&sit&eae Fedee se culRio Gdisse c Sul, tuguo AlaverelBacute;sidanlp,2> Gcute;raturrd PEYLET (CLARE-LAPRIL, Un&sité, e M&eael la Mer ae duelBordadux-Mer ae duelFce et),2> Vcute;ratuoue libADAM (Un&sité, e Toir u d IIelFce et),2> H&eaem ISMAIL (Un&sité, e la Sfaxunisie) Comeacute; s’ordreg&egsan" c1>

Les Be. l HNANA (Un&sité, e la Sfax),2> Semre SALLEM (Un&sité, e la Sfax),2> Mohamed BOUSSARSAR (Un&sité, e la Sfax),2> H&eaem ISMAILsp; * Coordtion d&rsungrès in1>

Les H&eaem ISMAIL2> C;t uiout lrique et du sud tsie)<>

Le r&egrès int n&rsébatreur,de c lesun gdiss h&oc;t duet rave; l&rYase notmamet-Tos st&6,7 en&8rs 2018 (Hammisat-di 08se dide livis st&9 en&mars 201(vre laat-samedi) d' c c;t uiout lrique et pbir decaans les r sud tsie)altPcute;diagasem>et grave; l&rDouz (baladagrave; des osgde vromades touash; et r r&ex qui, ms r saiterio– ou, encori, ad, encore entregdeltaplant. Assis aux rt&ourche lunSoleilx rt&lig;urs ( lunSahara),niter l la eur, Ttdes artoasis modelr a dus ChebikatdesTameghzeunbaladagreg4x4vr les regdund’es Ong El jei&t peuiter l lunacute;fincoe la S de W 20.sp; *Ilrsquo;artigd’ord catexsivesde opnnemen soir r&eurivile Cal130acu eobr maimetsemen.><>

Le title="" href="file:///C:/Users/Win%207/Desktop/Appel%20du%20congr%C3%A8s-def.doc#_edn1">="f[i].altL're com: Rrds crochosociaux etm>et ,us un diff&recn de la Maeg&age nSanrchz-Maza&rpeuLaut la Ltioneun,arsepe= r 1, pp. 23-47,enanr de l’AutUn&sité, e la Gt lo, en 2005p>

iv>

ass="coluat

Annégories

Pensée Sociologie de la culture v>
Annesp < iv iv>