AccueilDéfinir le musée du XXIe siècle

Définir le musée du XXIe siècle

Defining museums in the 21st century

*  *  *

Publié le mercredi 07 juin 2017 par Céline Guilleux

Résumé

La mission sur les musées pour le XXIe siècle est en cours de clôture en France, tandis qu’une importante recommandation de l’Unesco sur la protection et la promotion des musées vient d’être votée sur le sujet il y a quelques mois. L’enjeu de ce colloque vise à susciter une réflexion globale sur la définition du musée. Le public international sera associé à cette réflexion et des présentations en anglais sont prévues, mais les travaux se dérouleront essentiellement en français.

 

Annonce

Argumentaire

La mission sur les musées pour le XXIe siècle est en cours de clôture en France, tandis qu’une importante recommandation de l’Unesco sur la protection et la promotion des musées vient d’être votée sur le sujet il y a quelques mois1 ; il est cependant impératif de continuer à s’interroger sur les nouveaux contours de cette institution âgée de deux siècles et demi, dont de nouvelles formes continuent d’émerger en ce début de millénaire. La définition la plus courante du musée, en Europe, est celle donnée par l’ICOM et remonte à 2007. Cette dernière est largement répandue dans le monde et a été adoptée par l’Unesco (dans sa recommandation), même si certains Etats auraient souhaité la modifier. Le processus visant à changer la définition par l’ICOM du musée constitue une opération relativement complexe. Initié en 2004, il n’a conduit qu’à quelques transformations mineures.

Le musée est présenté comme « une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation » (Statuts de l’ICOM, art.3, §1). Il existe cependant d’autres définitions du musée, élaborées par les associations britanniques et américaines des musées, qui diffèrent largement de celle utilisée par l’ICOM. La question du « non profit » ou du terme « sans but lucratif », par exemple, est largement discutée par de nombreux pays, certains souhaitant son abandon, d’autres craignant que de nouvelles formes de musée lucratifs bénéficient d’une légitimité défavorable aux autres musées. Le développement des TIC a également largement remis en question, à l’instar des bibliothèques, la pertinence d’une partie du monde muséal, forçant les établissements à se redéfinir, mais aussi parfois à rejeter le « musée virtuel » ou, plus exactement, le cybermusée, comme ne méritant pas d’être intégré à la définition. Certains, encore, s’interrogent sur la pertinence d’une définition unique du musée, évoquant plutôt le principe d’une classification des différentes institutions œuvrant dans le champ muséal : tous les musées font-ils ou devraient-ils faire de la recherche ? Devraient-ils tous posséder des collections ou veiller sur elles de la même manière ?

L’enjeu de ce colloque, ouvert aux membres de l’ICOM comme aux chercheurs, vise à susciter une réflexion globale sur la définition du musée. Le public international sera associé à cette réflexion et des présentations en anglais sont prévues, mais les travaux se dérouleront essentiellement en français.

Globalement, la question de la définition du musée entraîne des conséquences directes sur ce que l’on peut définir comme un professionnel de musée et donc, notamment, la manière d’accepter ou de rejeter des candidats souhaitant intégrer l’ICOM. Les limites du champ muséal lui-même sont mouvantes, certains établissements considérés comme des musées ne s’intitulent pas comme tels, et vice-versa. Par ailleurs, le phénomène muséal se propageant dans le monde, certaines régions du globe ont développé des visions parfois assez différentes les unes des autres de ce qu’est un musée ou de la manière d’identifier le patrimoine. Comment dès lors envisager cette définition dans un contexte en perpétuelle mutation ? De nombreux axes de réflexions peuvent être envisagés à cet égard :

Quels sont les destinataires ou les publics de la définition de l’ICOM, et donc, quelles sont ses fonctions ? S’agit-il d’une définition pour des professionnels, pour le grand public, pour des étudiants en muséologie ? Peut-on envisager une même définition pour des publics très diversifiés ?

La définition du musée doit-elle plutôt se concentrer sur les fonctions techniques (préservation, recherche, communication) qu’il remplit et des caractéristiques objectives (en termes d’ouverture au public) ou sur les valeurs (lesquelles ?) et le rôle (social, mais aussi économique et symbolique) qu’il joue au sein de la société ? La notion « au service de la société » est-elle suffisante pour évoquer son rôle ?

Pendant longtemps, la définition comportait une liste d’institutions similaires, considérées comme entrant dans le cadre de réflexion de l’ICOM. Cette liste a disparu après 2007. Il s’agissait notamment d’évoquer des établissements pouvant être reconnus comme membres. Ce travail sur la reconnaissance des membres (qui doit- on accepter, qui doit-on rejeter) devrait-il être intégré dans ce cadre ?

Quels sont les termes qui devaient être ajoutés ou retirés à cette définition, afin de mieux tenir compte de la situation actuelle ? Les évolutions technologiques ont entraîné des changements importants au niveau des modes de conservation ou de communication des musées. Quelles sont leurs répercussions sur la définition de l’ICOM ? Peut-on reconnaître comme établissements à part entière des cybermusées uniquement situés sur Internet ?

La définition de l’ICOM a connu de nombreux stades et constitue en quelque sorte un héritage des générations précédentes de muséologues et de conservateurs qui y ont contribué. Que faudrait-il enlever ou ajouter, pourrait-on tout changer ? Devrait-on tout garder ?

Tous les musées – du plus petit et récent, aux plus anciens ou aux plus grands – devraient-ils obéir à la même définition ou devrait-on en imaginer plusieurs ? Tous les musées doivent-ils (ou font-ils) de la recherche ? Tous les musées doivent-ils conserver des collections ? Devrait-on concevoir une typologie des musées, afin de mieux préciser le rôle de chaque établissement ?

Le terme « sans but lucratif », utilisé dans la définition, est parfois mal compris. Quelle devrait être la position de l’ICOM en regard des enjeux économiques du musée ? On sait que ceux-ci sont devenus de plus en plus importants, tant au niveau de l’impact touristique et économique qu’ils suscitent au sein de leur région que par leur contribution à ce que l’on intitule l’économie de la créativité. Si – ce qui ressort de la plupart des discussions – le musée demeure une institution à but non lucratif, qu’en est-il des membres ou des organisations indépendantes (sociétés gérant des médiateurs ou organisant des expositions) qui opèrent en tant que sociétés lucratives ? Qu’est-ce qui différencie les musées des autres acteurs touristiques ou des industries culturelles ?

De la même manière, quelle devrait être la position de l’ICOM sur les enjeux symboliques du musée et les valeurs qu’il promeut ? Peut-on accepter des musées conçus pour développer le culte d’une personnalité (un homme d’affaire contestable ou un dictateur) ou développer des conceptions contraires à celles qui sont généralement admises (la négation d’un génocide ou la contestation de la théorie de l’évolution)? Devrait-on exclure certains musées au nom des valeurs qu’ils défendent ?

[1]http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/museums/recommendation-on-the-protection-and-promotion-of- museums-and-collections/

Programme

Vendredi 9 juin

Site Sorbonne, Salle Louis Liard, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème

Traduction simultanée anglais-français des sessions 1 et 2 Simultaneous English-French translation of sessions 1 and 2

  • 14h à 14h30 Inauguration, Carle Bonafous-Murat, Président de l’Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, François Mairesse, Président d’ICOFOM

14h30 à 16h30 Session 1

  • Jacqueline Eidelman, Conservatrice générale du patrimoine, chargée de la mission Musée du XXIe siècle. Quels musées souhaitons-nous pour demain ?

C’est à cette question que la mission Musées du XXIe siècle lancée le 17 mai 2016 par la Ministre de la culture et de la communication Audrey Azoulay devait apporter des réponses novatrices et engagées. Le rapport remis le 2 mars au Musée des Beaux-Arts de Lyon permet d’identifier les enjeux majeurs et de tracer des lignes d’action pour les prochaines décennies. Un comité de pilotage constitué de responsables de musées français, d’enseignants chercheurs et d’experts étrangers a mené la consultation nationale auprès des professionnels et leurs partenaires. Quatre thématiques ont structuré la réflexion commune - "le musée éthique et citoyen" / "le musée protéiforme : in situ, hors les murs, virtuel" / "le musée inclusif et collaboratif" / "le musée comme écosystème professionnel créatif". Une consultation citoyenne en ligne a élargi le débat aux publics.

  • Peter van Mensch, Independent museologist with Dutch nationality,living in Germany (Berlin) and Czech Republic (Northern Bohemia) Inclusive or exclusive? How comprehensive should a museum definition be?

The question is, in my opinion, that it is impossible to have one definition serving all purposes. A comprehensive definition is an easy way out, but for museological studies we might prefer a more exclusive definition. One dilemma is, should we exclude new developments or rather stick to the “old” museum models?

  • Pedro Lorente, Professeur d’Histoire de l’art en charge de la muséologie, Université de Saragosse: L’engagement de professionnels, un élément définissant le musée

La définition du musée par l’ICOM ne fait aucune référence au besoin d'un technicien ou d’un professionnel de musée. Formulé pendant les années de l'implosion de la Nouvelle Muséologie, revendiquant un musée autogéré par les communautés, elle omet l'existence des professionnels. En fait, beaucoup d’écomusées ou de musées en plein air n’en ont pas. Un métier en crise ?

  • Pascal Griener, Professeur, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel "Par où commencer ?"La définition statutaire du musée et ses problèmes au XXIème siècle.

La définition du musée pose de plus en plus de problèmes. Le moment est peut-être venu de proposer une réflexion sur les enjeux de cette définition aujourd'hui, eu égard aux instruments intellectuels qui sont les nôtres au début du XXIème siècle. La tâche du muséologue est peut-être de s'interroger sur l'acte même qui nous porte à définir un tel phénomène

16h30 à 17h Pause-café

Salle des invités

17h à 19h30 Session 2

  • Peter Weibel : Directeur du ZKM | Centre d'Art et des Médias Karlsruhe. Quelques remarques sur les musées du futur.

L’évolution technologique a causé une expansion de l’art dans de nouveaux domaines. Le marché de l’art qui dépend surtout des collectionneurs privés individuels ne peut pas intégrer pleinement ces expansions. Il est ainsi du devoir du musée de suivre cette évolution pour soutenir le progrès de l’art.

  • Jette Sandhal, Museum advisor, chairs the new ICOM standing committee Museum Definition, Prospects and Potentials.

The permanence of a River Reassessing, in the early 21st century, the definition of museums, entails both historicizing and contextualizing the concept of museums. Exploring and developing a - potentially shared, global – definition of a museum implies searching for epistemological constructs which transcend binary oppositions; which reflect the permanence as well as the changeability and variability of museums as institutions; which conceptualize the interconnectedness between museum institutions and their surrounding worlds; and which provide an ethical base for museums in navigating the conflictual character of the local and global societies which they serve and of which they are part.

Table-ronde sur la définition du musée, animée par Valérie Guillaume, Directrice du Musée Carnavalet avec la participation de

  • Juliette Raoul-Duval, Présidente d’ICOM France,
  • David Guillaume, Secrétaire général d’ICOM Suisse
  • Sergio Servellón, Président d’ICOM Belgique.

Hugues de Varine, Ancien directeur de l’ICOM, Consultant en développement local, Explorer les limites du musée à travers l’écomusée

Depuis une cinquantaine d'années, de nombreuses initiatives locales, attachées aux territoires et mobilisant des communautés, ont recherché des méthodes de connaissance et de mise en valeur des patrimoines vivants, dans des démarches de développement culturel, social, économique et environnemental. Ces initiatives et ces méthodes divergent-elles de l'orthodoxie muséale, ou bien l'enrichissent-elles, ou bien élargissent-elles la problématique de la gestion de notre patrimoine commun ?

19h30 Cocktail, Salle des invités

Samedi 10 juin

Site Censier, 13 rue Santeuil, Paris 5ème

Traduction par chuchotage des sessions 3 et de certains ateliers

Translation by whispering of session 3 and of some workshops

9h30 à 11h30 Session 3

Amphi D03 (bâtiment D)

  • Manfred Sellink, Directeur en chef du Musée des Beaux-Arts d’Anvers, professeur de muséologie et de politique culturelle à l’université de Gand. Reshaping the museum for the future by looking back: the innovative classical Greek concept of Mouseion as source of inspiration.

As we all know and realize, change and disruption have become the hallmark of our society - whether we like it or not. Museums - in line with all other cultural institutions - are in urgent need of rethinking and reshaping what they are, what they ought to be and what their role and function in society is and above all can be. Reflection and looking back may help us. But not for reasons of nostalgia. The once brand-new and innovative concept of the Mouseion in ancient Greece can stimulate us in rethinking and redefining the role and responsibilities of museums now and in the future. History does not teach us nor does it provide answers, but can be a rewarding source of inspiration to help us sharpen our own questions and define our quest for answers.

  • Camille Pisani, Directrice de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Et les musées de sciences ? Plaidoyer pour une définition inclusive du musée.

Les musées de sciences et les muséums d’histoire naturelle répondent évidemment à la définition actuelle de l’ICOM. Pour autant, ils les exécutent de manière sensiblement différente des musées d’histoire. Notamment, les rôles respectifs des collections, de la recherche et de l’exposition au public, ne sont pas ceux des musées d’art ou d’histoire. Est-ce si important ? Et si ce qui définissait le musée n’était ni son statut ni ses fonctions mais ses buts, et le sentiment d’appartenance de ses collaborateurs à une communauté de métiers?

  • Marie Cornu, Michèle Rivet, La définition du musée dans les législations nationales

Dans le contexte de mutation profonde de l’institution muséale, quelle est la fonction du droit dans la définition du musée : s’agit-il de restituer au plus près la réalité du musée ou encore d’en dégager les caractéristiques irréductibles, les éléments identifiants en l’absence desquels il n’y aurait pas de musée ? Quelles que soient les limites, les imperfections, les impensés dans la détermination de ce que peut ou doit être un musée, les énoncés juridiques de sa définition mettent à jour des questions fondamentales : statut des collections, mission de service public, non lucrativité, frontières d’avec les activités de commerce, fonction sociale de ces lieux, rapports avec le ou les publics, rapports à d’autres institutions...Finalement à quelles conditions le musée peut accéder à une reconnaissance sur le plan du droit ? La question sera posée à partir du cas français en intégrant quelques pistes de comparaison au niveau européen.

  • Jean-Louis Chiss, Professeur en sciences du langage à l'université Sorbonne nouvelle Paris 3, La définition : structure et contextualisation. Eclairer le terme 'musée'

En lexicologie et lexicographie dans l'aire occidentale et spécifiquement française, la question de la définition est évidemment centrale même si elle ne résume pas l'apport des dictionnaires qui va au- delà. Fabriquer une définition d'un mot, d'un nom spécifiquement renvoyant à un objet et/ou à un concept, suppose de se situer face à de multiples dichotomies : monosémie/polysémie ; extension/compréhension: approche "logique" (genre, espèce...) ou "structurale" (traits pertinents de la signification) etc...Mais cette élaboration d'une définition ne saurait éviter les questions posées par les métamorphoses, l'instabilité des référents, les publics visés, plus largement les contextes et leur historicité.

11h30 à 12h Pause-café

12h à 16h30 Atelier et repas en atelier

Atelier 1. Salle D21. Une définition pour qui ? Le public au centre,

  • animé par Yves Girault, Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle

Atelier 2. Salle D22. Musée, communication, numérique,

  • animé par Daniel Schmitt, Maître de conférences à l’Université de Valenciennes

Atelier 3. Salle D23. Penser le musée dans la société,

  • animé par Bruno Brulon Soares, Maître de conférences à l’Université de Rio de Janeiro (Unirio)

Atelier 4. Salle D24. Le musée au service de la société,

  • animé par Karen Brown, Professeur à University of St Andrews

Atelier 5. Salle D25. Ethique, droit et valeurs,

  • animé par Yves Bergeron, Professeur à l’Université de Québec à Montréal

Atelier 6. Salle D26. Fonctions et valeurs du musée,

  • dirigé par David Vuillaume, Secrétaire général d’ICOM Suisse

16h30 à 17h Pause-café

17h à 19h Session 4 Restitution par les rapporteurs des ateliers

Dimanche 11 juin

Musée des arts et métiers, 60 rue Réaumur, Paris 3ème

10h à 13h Session 5

Discussion sur les conclusions du colloque en présence des responsables des ateliers.

Lieux

  • Site Sorbonne - 17 Rue de la Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 09 juin 2017
  • samedi 10 juin 2017
  • dimanche 11 juin 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • muséologie, musée, définition

Contacts

  • Lina Uzlyte
    courriel : rencontremuseo [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Lina Uzlyte
    courriel : rencontremuseo [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Définir le musée du XXIe siècle », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 07 juin 2017, http://calenda.org/408170