Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

*  *  *

Publié le jeudi 15 juin 2017 par João Fernandes

Résumé

« Savoir et Poétique. Épistémologies du fait vestimentaire » est une réflexion sociologique et pluridisciplinaire qui a pour objectif de proposer des pistes d’interprétation sur la mutation de la pensée symbolique contemporaine associée à la fonction sémiotique du vêtement dans la fabrique de l’individu et de l’identité collective. S’il est indéniable que la création vestimentaire s’inscrit dans le processus d’hominisation de l’espèce humaine et de l’invention du phénomène rituel, elle n’a cependant pas fait l’objet d’une attention suffisante dans la constitution d’une science du costume et encore moins, celui d’un intérêt porté au statut épistémique de l’objet textile dans la dynamique des logiques d’identification et de différenciation des sociétés modernes.

Annonce

Les Ateliers de la Méthode: présentation

 Les Ateliers de la Méthode est un lieu d’échange trans-académique et multidisciplinaire qui rassemble chercheur-es et étudiant-e-s sur les enjeux méthodologiques du processus idéatif de la recherche en sciences humaines et sociales. Les Ateliers de la Méthode s’inscrivent dans une démarche épistémologique dont la vocation est de comprendre et de théoriser le statut de déterminants esthétiques, politiques, idéologiques concourant à façonner une posture de recherche et grâce auxquels l’étonnement scientifique s’institue à la fois comme valeur et instrument de l'objectivation du monde social. Pour ce faire, Les Ateliers de la Méthode prend le parti d'une approche exploratoire qui valorise la lenteur de la recherche, son tâtonnement comme sa créativité et structure son espace rhétorique autour des questions polémiques suivantes: Qu'est-ce que la science? Sur la base de quelles conditions ou référents une proposition interprétative dans le domaine  des sciences humaines sociales peut être jugée comme scientifique? Quelle est la spécificité de l'analytique en sciences humaines et sociales? Sur la base de quelles conditions les collaborations et phénomènes d'emprunts théoriques et conceptuels sont-ils possibles entre les divers champs de pratiques et de théories des sciences humaines et sociales? Enfin, le souci d'une rencontre entre étudiant-e-s et chercheur-es de différentes disciplines et champs de pratiques qu'organise les Ateliers de La Méthode est l'expression d'une volonté d'aménager un espace de débat publique dont l'éthique de la discussion ne perde jamais l'horizon d'une pédagogie collective, caractéristique des incertitudes de la pensée scientifique mais aussi, de l'ambition d'innover par la mise à l'épreuve de sa démarche.

Descriptif de l’événement

« Savoir et Poétique. Épistémologies du fait vestimentaire » est  une réflexion sociologique et pluridisciplinaire qui a pour objectif de proposer des pistes d’interprétation sur la mutation de la pensée symbolique contemporaine associée à la fonction sémiotique du vêtement dans la fabrique de l’individu et de l’identité collective. S’il est indéniable que la création vestimentaire s’inscrit dans le processus d’hominisation de l’espèce humaine et de l’invention du phénomène rituel, elle n’a cependant pas fait l’objet d’une attention suffisante dans la constitution d’une science du costume et encore moins, celui d’un intérêt porté au  statut épistémique de l’objet textile dans la dynamique des logiques d’identification et de différenciation des sociétés modernes.

Ainsi, c’est dans une démarche  prospective que les Ateliers de la Méthode ont convoqués des chercheur-es et artistes de divers champs disciplinaires (sociologie, muséologie, arts visuels) afin qu’elles/ils viennent enrichir la réflexion sur les conditions d’élaboration d’un discours scientifique sur le fait vestimentaire. Le parti pris de cette journée d’étude est de mettre l’accent sur la démarche problématique qui a été l’œuvre dans la définition des objets de recherche et propositions esthétiques présentées. En effet, l’enjeu fondamental de cette rencontre est la fabrication de l’étonnement scientifique dans la mise à l’épreuve de la conscience subjective des chercheur-es  face à une médiation esthétique tel que le vêtement. Il s’agit de se demander comment le contenu poétique de l’objet textile et la détermination du sujet pensant à l’intérieur d’un monde sensible participent de la poïèse d’un discours à prétention scientifique. En d’autres termes, l’ambition de ce débat est d’interroger sur le plan épistémologique, le soupçon d’une équivoque entre le savoir et la poétique.

La discussion entretenue s’orientera autour de trois dimensions. 1/La première que nous nommons « l’hypothèse design » : est l’axe qui partant des résultats de recherches, c’est-à-dire de l’analyse et de la création d’objets textiles, se propose d’illustrer de quelle(s) façon(s), le vêtement comme expression symbolique relève d'une conception singulière du rapport nature-culture qu'une société ou un groupe s’assigne et à l’intersection duquel s’organise le procès de l'individu; 2/La seconde, « métamorphoses du sujet » : s’intéressera au parcours biographique de l’objet de recherche depuis son inscription axiomatique dans l’expérience subjective des chercheur-es jusqu’à la transformation de ces derniers à travers les cadres théoriques objectivés et les applications sociales de leurs objets et ou propositions artistiques; 3/ La troisième enfin,  « pédagogie du regard » : relève de la mise en performance des créations artistiques au sein de la géographie traditionnelle du discours savant. Le fait vestimentaire se donnera à voir dans une exposition dans l’auditoire dans l’espérance de provoquer une actualité du regard qui rende compte de l’extraordinaire qualité cryptique de la matière textile et des mondes spirituels auxquels elle nous donne accès.

Journée d’étude et exposition

Programmation

Ateliers de la méthode

Organisée par Gaëlle Étémé, sociologie

9 h 00 Mot de bienvenue, Gaëlle Étémé, sociologie

  • 9 h 30 Louis Jacob, sociologie, « Le salon d’habillage »
  • 10 h 15 Kesso, arts visuels, « Vêtement(s)-mémoire : réflexions sur la série Histoires Mè’tisses »
  • 11 h 00 Philippe Denis, mode et muséologie, « Une crinoline pour deux impératrices : interprétations socioéconomique et psychanalytique d’un sous-vêtement devenu la vitrine de maints imaginaires »

11 h 45 Pause

  • 13 h 00 Katherine Rochon, arts visuels, « La robe de papier : un espace créatif de croisement théorie et pratique »
  • 13 h 45 Gaëlle Étémé, sociologie, « Métaphysique d'un fichu : Aunt Jemima ou la passion capillaire de l’esthétique coloniale »

14 h 30 Table ronde

15 h 00 Exposition et cocktail

16 h 00 Fin de la journée d’étude et de l’exposition

Le 27 juin 2017 de 9 h à 16 h
Département de danse (pavillon K)
Université du Québec à Montréal
Salle : K-1150
840, rue Cherrier, Montréal
H2L 1H4

Retrouvez les Ateliers de la Méthode sur Facebook! ou contacter Gaëlle Étémé: g.ete@hotmail.fr

Lieux

  • Département de danse (pavillon K), Université du Québec à Montréal, Salle: K-1150 de 9h-16h - 840, rue Cherrier
    Montréal, Canada (H2L1H4)

Dates

  • mardi 27 juin 2017

Mots-clés

  • épistémologies, poétique, savoir, vêtement, textile identité, race, civilisation, genre, image, corps, histoire, rite

Contacts

  • Gaëlle Étémé
    courriel : g [dot] ete [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Gaëlle Étémé
    courriel : g [dot] ete [at] hotmail [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Savoir et Poétique. Épistémologies du fait vestimentaire », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 15 juin 2017, http://calenda.org/408909