AccueilLa formation dans l’enseignement des arts vivants en Europe

La formation dans l’enseignement des arts vivants en Europe

Training in performing arts education in Europe

*  *  *

Publié le mardi 18 juillet 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Dans la construction du panorama des mondes de l’enseignement et de la formation sur le territoire européen, la question des conditions d’exercice de l’activité, amateur ou professionnelle, est posée : quel est le statut des acteurs ? Comment se positionne l’activité d’enseignement ou de formation dans un portefeuille d’activités artistiques étendu ? Quelles différenciations effectuer à l’intérieur de l’espace européen ? Comment s’articulent les différents programmes politiques, leurs mises en œuvre ? Quels liens apparaissent entre les projets d’éducations artistiques et les processus de démocratisation visée ?

Annonce

Contexte

Cette manifestation est organisée dans le cadre du workpackage 3 « Transmission de l’art et production artistique » du projet interdisciplinaire AMICAE° (Analyse des Médiations Innovantes de la Culture et de l’Art pour une Europe Ouverte). L’objectif général de ce projet de trois ans est d’analyser et de comparer différentes formes de médiations innovantes de la culture, de l’art, du patrimoine matériel et immatériel et d’en évaluer les effets en termes de transmission patrimoniale, d’intégration sociale et de participation citoyenne.

AMICAE° est lauréat de l’appel à projets recherche de l'Institut d'Etudes Européennes et Globales (groupement d’intérêt scientifique regroupant 20 laboratoires des universités de Nantes, Angers, Le Mans, et de l’ESSCA Ecole de management), en lien avec l’axe 4 de son projet scientifique : « Cultures européennes, appropriations, transmissions, représentations ».

Le projet bénéficie d’un financement du programme Alliance Europa, stratégie régionale collective Recherche Formation et Innovation en Pays de la Loire regroupant partenaires académiques et membres de la société civile pour constituer d’ici 2020 un pôle d’excellence sur l’étude des défis sociétaux, culturels et politiques que doit relever l’Europe en crise face aux processus de mondialisation.

Cette action, par ailleurs, est en relation aux travaux de l’Atelier de Recherche sur la Formation des Artistes et des Enseignants (ARFAE) du CREN en partenariat avec l’université Lyon 2 Louis Lumière Pont supérieur Bretagne-Pays de Loire et l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre. 

Argumentaire

La formation artistique occupe une place importante dans les discours sur la place de l’art et de la culture, tant dans les référentiels politiques européens que dans les programmes scolaires ou éducatifs des États membres en relation à une politique internationale affirmée en particulier par l’UNESCO. Acteurs de cette passation ou de cette médiation, les formateurs des enseignants ou les formateurs de formateurs ainsi que les médiateurs occupent un rôle central, notamment dans les arts vivants, un rôle qu’il s’agit d’appréhender ici du point de vue des sciences humaines, en particulier du point de vue de la sociologie, de la philosophie, des sciences de l’éducation, des théories de l’art.

L’objectif de cette journée d’étude scientifique est d’aborder les différentes modalités d’actions formatives ou d’enseignement en fonction des caractéristiques spécifiques ou transversales des pratiques artistiques visées. Chaque situation d’enseignement artistique peut être saisie dans sa singularité : singularité de l’enseignant, de l’apprenant, de la situation, du contexte, de la rencontre entre l’artiste et l’enseignant, de l’artiste avec un public ou bien encore de la médiation proposée par une pratique artistique partagée entre un enseignant, un artiste et un groupe d’apprenants.

L’art vivant peut être également abordé à partir de la comparaison des diverses pratiques, ou bien encore en déplaçant le regard à une échelle plus large apportant des dimensions complémentaires aux analyses (celle des systèmes d’enseignement ou de formation sur des territoires ou des États par exemple). Ainsi, la dimension comparative pouvant résulter des mondes artistiques étudiés se double d’une comparaison relative aux échelles auxquelles ces observations sont menées, allant du niveau local au niveau européen, en passant par les échelles territoriales intermédiaires que représentent les niveaux nationaux par exemple. En outre, la comparaison peut concerner les divers modes d’approche théoriques ou scientifiques menés dans les différents pays européens.

Le questionnement sur l’évolution de la reconnaissance des esthétiques artistiques dans les arts vivants suppose, en particulier, de s’intéresser à la disposition des acteurs dans la structuration institutionnelle des mondes de la formation. Si certaines pratiques s’enseignent, dans le cadre scolaire par exemple ou bien dans celui des conservatoires (musiques, danse, théâtre) ou écoles d’art, elles peuvent aussi être l’objet de formations à l’exemple des stages dans les mouvements d’éducation populaire ou dans des associations assurant la promotion des esthétiques « actuelles » (musiques « actuelles », « hip-hop »…). Ainsi, les modalités d’organisation historiquement différemment structurées des institutions de formation sur le territoire européen présentent un intérêt pour les contributions attendues.

Dans la construction de ce panorama des mondes de l’enseignement et de la formation sur le territoire européen, la question des conditions d’exercice de l’activité, amateur ou professionnelle, est posée : quel est le statut des acteurs ? Comment se positionne l’activité d’enseignement ou de formation dans un portefeuille d’activités artistiques étendu ? Quelles différenciations effectuer à l’intérieur de l’espace européen ? Comment s’articulent les différents programmes politiques, leurs mises en œuvre ? Quels liens apparaissent entre les projets d’éducations artistiques et les processus de démocratisation visée ?  A quelles conceptions de la démocratie se réfère-t-on effectivement dans ces pratiques et dans ces politiques ? Les communications attendues pourront s’inscrire dans ces questions.

Modalités de soumission

Les propositions (env. 250 mots) et une courte biographie en français ou en anglais sont à envoyer à francois.burban@univ-nantes.fr , alain-patrick.olivier@univ-nantes.fr,

avant le 4 septembre 2017.

Comité de sélection des propositions

  • François Burban (Maître de conférences en Sociologie et histoire de l’éducation, CREN, Université de Nantes)
  • Françoise Carraud (Maître de conférences en sciences de l’éducation, ECP, Université Lyon2) (sous réserve)
  • Alain Kerlan (Professeur des universités en philosophie de l'éducation, ECP, Université Lyon2)
  • Mireille Losco-Léna (Professeure en Études Théâtrales à l’ENSATT, Passages XX-XXI, Université Lyon2/ENSATT) (sous réserve)
  • Alain Patrick Olivier (Professeur des universités en Philosophie de l’éducation, CREN, Université de Nantes)

Lieux

  • Nantes, France (44)

Dates

  • lundi 04 septembre 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • arts vivants, formation, artistique, performing arts, music, dance, theater, musqie danse, theatre, training, education

Contacts

  • Alain-Patrick OLIVIER
    courriel : alain-patrick [dot] olivier [at] univ-nantes [dot] fr
  • François Burban
    courriel : francois [dot] burban [at] univ-nantes [dot] fr

Source de l'information

  • Audrey Thoraval
    courriel : audrey [dot] thoraval [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La formation dans l’enseignement des arts vivants en Europe », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 18 juillet 2017, http://calenda.org/411411