AccueilLes processus de désistance : une perspective comparative

Les processus de désistance : une perspective comparative

The processes of desistance - a comparative perspective

*  *  *

Publié le mardi 18 juillet 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Depuis plusieurs années, le champ de recherche sur la désistance – autrement dit l’étude des processus de sortie de la délinquance – a suscité la constitution d’un corpus conséquent de recherches. Rompant avec le paradigme de la récidive centré sur le passage à l’acte, il permet d’appréhender le devenir des auteurs d’infractions de manière longitudinale. Tandis que cet enjeu a connu un essor certain dans les pays anglo-saxons depuis plusieurs décennies, d’autres pays européens, tels que la France, commencent seulement à développer des travaux suivant cette perspective.

Annonce

Argumentaire

Depuis plusieurs années, le champ de recherche sur la désistance – autrement dit l’étude des processus de sortie de la délinquance – a suscité la constitution d’un corpus conséquent de recherches. Rompant avec le paradigme de la récidive centré sur le passage à l’acte (Robert, 1973), il permet d’appréhender le devenir des auteurs d’infractions de manière longitudinale. Tandis que cet enjeu a connu un essor certain dans les pays anglo-saxons depuis plusieurs décennies (Glueck & Glueck, 1950), ce dont rendent compte différentes synthèses (Sampson & Laub, 2001 ; Shapland & al., 2016), d’autres pays européens, tels que la France, commencent seulement à développer des travaux suivant cette perspective (Mohammed, 2012 ; Mbanzoulou & al., 2012 ; Bugnon, 2015).

Ce colloque réunit des spécialistes de la désistance issus de différents pays européennes. C’est dans cet esprit que le laboratoire CESDIP en France, et son partenaire de longue date, l’université de Sheffield au Royaume-Uni, organisent un colloque dédié à ce sujet dans le cadre du Groupe Européen de Recherche sur les Normativités (GERN).

Cet événement, qui se déroulera les 28 et 29 septembre 2017 à l’Hôtel de Ville de Paris, explorera les processus de désistance sous différents axes : il s’agira de confronter les définitions de ce concept, les méthodes de recherche, les résultats obtenus et de discerner les différences de contextes sociaux et institutionnels.

Programme

Jeudi 28 septembre

  • 9h-9h30 : Accueil et mot de bienvenue
  • 9h30-9h45 : Présentation du colloque par les organisateurs
  • 9h45-10h15 : Philippe Robert (CESDIP-CNRS) et Renée Zauberman (CESDIP-CNRS) Introduction générale

Matinée : Les enjeux et les définitions de la désistance

  • 10h15-10h45 : Stephen Farrall (Université de Sheffield) Cadrage et définitions de la notion de désistance à partir  d’enquêtes britanniques (titre provisoire)
  • 10h45-11h : Pause
  • 11h-11h30 : Xavier de Larminat (Université de Rouen) Le désengagement des conduites délinquantes entre dispositions, interactions et institutions
  • 11h30-12h : Discussions

12h-13h30 : Pause déjeuner

Après-midi : L’influence des contextes culturels et sociaux

  • 13h30-14h : Marwan Mohammed (CMH-CNRS) Quelles sorties religieuses de la délinquance ?
  • 14h-14h30 : Adam Calverley (Université de Hull) Explorer les processus de desistance selon les statuts ethniques : structures familiales et communautaires, pratiques culturelles et « croyances » parmi les désistants bangladais, indiens et noirs britanniques au Royaume-Uni
  • 14h30-15h : Discussions

15h-15h15 : Pause

  • 15h15-15h45 : Dana Segev (Université de Sheffield) Facteurs sociaux et identité culturelle dans les processus de désistance : une comparaison entre l’Angleterre et Israël
  • 15h45-16h15 : Deirdre Healy (University College Dublin) Structurer la désistance : explorer les parcours socio-culturels de changement en République d’Irlande
  • 16h15-16h45 : Discussions

Vendredi 29 septembre

Matinée : Appréhender des parcours de désistance

  • 9h-10h : Anthony Bottoms (Université de Cambridge) et Joanna Shapland (Université de Sheffield) Présentation des résultats d’une enquête longitudinale : the Sheffield desistance study (titre provisoire)
  • 10h-10h30 : Discussions

10h30-10h45 : Pause

  • 10h45-11h15 : Alice Gaïa (CESDIP, UVSQ) Les sorties de délinquance juvénile : entre débrouille et précarité
  • 11h15-11h45 : Géraldine Bugnon (Université de Neuchâtel) Sortir de la délinquance au Brésil. L’impact de l’expérience du monde du crime et du système pénal pour mineurs
  • 11h45-12h15 : Discussions

12h15-13h45 : Pause déjeuner

Après-midi : L’impact des dispositifs institutionnels

  • 13h45-14h15 : Valérian Benazeth (CESDIP, UVSQ) Desinstitutionnaliser le cadre afin d’investir la relation : le paradoxe d’un effet ténu de l’action institutionnelle sur les processus de désistance
  • 14h15-14h45 : Philippa Tomczak (Université de Sheffield) Les associations socio-judiciaires et la désistance
  • 14h45-15h15 : Discussions
  • 15h15-15h30 : Conclusion des travaux

Comité d'organisation

  • Valérian Benazeth (CESDIP, UVSQ)
  • Alice Gaïa (CESDIP, UVSQ)
  • Xavier de Larminat (Université de Rouen)

Inscription

Inscription gratuite et obligatoire avant le 15 septembre 2017 (nombre de places limitées) à l'adresse suivante :  seminardesistance@gmail.com

Lieux

  • Hôtel de Ville de Paris, salle Xavier Lacoste - 5 rue de Lobau
    Paris, France (75004)

Dates

  • jeudi 28 septembre 2017
  • vendredi 29 septembre 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • désistance, sortie de délinquance, institution judiciaire

Source de l'information

  • Alice Gaïa
    courriel : alice [dot] gaia [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les processus de désistance : une perspective comparative », Colloque, Calenda, Publié le mardi 18 juillet 2017, http://calenda.org/411784