AccueilY a-t-il encore de la place en bas ?

Y a-t-il encore de la place en bas ?

Le paysage contemporain des nanosciences et des nanotechnologies

*  *  *

Publié le mardi 01 août 2017 par João Fernandes

Résumé

En décembre 1959, Richard Feynman lança le mouvement nano avec son slogan devenu légendaire « il y a plein de place en bas ». Presque 60 ans plus tard, il existe de nombreuses raisons de penser que les nanosciences atteignent ou ont déjà atteint leur maturité : un volume grandissant de publications dans le domaine, des programmes de premier cycle et d’études supérieures, des conférences internationales et une large gamme de projets de recherche sur différents aspects des nanosciences et des nanotechnologies. Quand on le compare à la chimie, à la physique ou à la biologie, on doit reconnaître qu’il s’agit d’un domaine relativement jeune, mais nous souhaitons profiter de cette publication pour faire le point sur ce qui a été réalisé et sur la façon dont le domaine a évolué au cours de sa courte histoire.

Annonce

Cahier thématique de Philosophia Scientiæ 23/1 (fév. 2019)

Argumentaire

En décembre 1959, Richard Feynman lança le mouvement nano avec son slogan devenu légendaire « il y a plein de place en bas ». Presque 60 ans plus tard, il existe de nombreuses raisons de penser que les nanosciences atteignent ou ont déjà atteint leur maturité : un volume grandissant de publications dans le domaine, des programmes de premier cycle et d’études supérieures, des conférences internationales et une large gamme de projets de recherche sur différents aspects des nanosciences et des nanotechnologies. Quand on le compare à la chimie, à la physique ou à la biologie, on doit reconnaître qu’il s’agit d’un domaine relativement jeune, mais nous souhaitons profiter de cette publication pour faire le point sur ce qui a été réalisé et sur la façon dont le domaine a évolué au cours de sa courte histoire. Ainsi, nous invitons les philosophes, les sociologues et les anthropologues des sciences à réfléchir à l’origine des nanosciences, à leur situation actuelle et à l’orientation de leur développement au cours des décennies à venir.

Une manière d’aborder ce sujet serait de demander si la nanoscience a accédé au statut de « science normale » telle que Kuhn la décrit, basée sur un paradigme partagé et consensuel. Compte tenu de sa nature hétérogène, on pourrait soutenir que la nanoscience ne peut ou ne doit pas prétendre à un tel statut. Une autre question est de savoir si cette nature hétérogène ou essentiellement interdisciplinaire de la nanoscience devrait nous amener à s’attendre à de nouvelles configurations du champ, même au-delà des nombreuses « convergences » déjà prédites dans un avenir relativement proche. En d’autres termes, y-a-t-il toujours plein de place en bas ?

Thèmes proposés

  • Les contours actuels des nanosciences et des nanotechnologies.
  • L’évolution probable des nanosciences et des nanotechnologies.
  • La promesse de la NBIC et d’autres convergences.
  • Clarification de la relation entre les nanosciences et les nanotechnologies.
  • Les applications industrielles réelles des nanosciences.
  • L’importance des techniques fondamentales (notamment le microscope électronique à effet tunnel) et les orientations qu’elles donnent à la recherche et à la théorie.
  • La relation entre les disciplines scientifiques traditionnelles et les nano, notamment en ce qui concerne les hypothèses de convergence (en particulier la convergence NBIC).
  • L’histoire et la fonction de matériaux spécifiques - tels que les nanotubes.
  • L’interaction entre les interrogations éthiques autour des nanosciences et des sciences elles-mêmes. Les réflexions éthiques ont-elles eu un effet sur le domaine (et vice versa) ?

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Les manuscrits doivent être soumis, en anglais, en français ou en allemand, et préparés pour une évaluation anonyme.

Un résumé en français et un résumé en anglais (200-300 mots) doivent être inclus.

La longueur des articles est limitée à 50 000 caractères (espaces, bibliographie et notes comprises).

Adresse pour l’envoi des soumissions : jonathan.simon@univ-lorraine.fr

Format de l’article, voir les instructions aux auteurs : http://philosophiascientiae.revues.org/452

Dates importantes

  • Date limite de soumission : 01/12/2017

  • Date de notification : 01/03/2018
  • Version finale : 01/05/2018

Editeurs invités

  • Bernadette Bensaude-Vincent
  • Jonathan Simon

Dates

  • vendredi 01 décembre 2017

Mots-clés

  • nanotechnologie, nanoscience

Contacts

  • Jonathan Simon
    courriel : Jonathan [dot] Simon [at] univ-lorraine [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sandrine Avril
    courriel : sandrine [dot] avril [at] univ-lorraine [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Y a-t-il encore de la place en bas ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 01 août 2017, http://calenda.org/413083