AccueilRetours critiques sur les sociologies numériques

Retours critiques sur les sociologies numériques

Critical responses to digital sociologies

*  *  *

Publié le mardi 05 septembre 2017 par Céline Guilleux

Résumé

Pendant deux demies-journées, les participants auront l’occasion d’engager une réflexion sur les façons dont la sociologie cherche à saisir les opportunités offertes par les nouvelles médiations numériques. Ce, à partir de la présentation et discussion d’un ensemble de travaux originaux soumis dans le cadre de la préparation d’un numéro thématique de la revue Sociologie et société.

Annonce

Université de Lausanne, Bâtiment Geopolis, salle 2227

Présentation générale

Le but de ce colloque est de réunir des chercheurs travaillant en Suisse romande et en France afin d’engager une réflexion sur les façons dont la sociologie cherche à saisir les opportunités offertes par les nouvelles médiations numériques pour produire des connaissances sociologiques.

Cette réflexion prend comme point de départ l’annonce lancé en 2007 par les sociologues Mike Savage et Roger Burrows (Savage et Burrows, 2007), à savoir celui de l’avènement d’une crise imminente pour la sociologie empirique. Pour cause de celle-ci : l’obsolescence proche des méthodes de collecte de données qui ont fait la spécificité de leur discipline. Les méthodes d’enquêtes couteuses et souvent laborieuses des sociologues, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives, seraient progressivement déclassées avec l’accès supposé facilité à un nombre important de données de transactions sociales enregistrées au quotidien par les acteurs publics certes, mais de plus en plus par les acteurs de l’économie marchande et d’internet. Pour survivre à un contexte de concurrence accrue entre différents types de savoir sur le social, la sociologie doit, selon les auteurs, se préparer aux évolutions numériques en marche.

La même année, David Beer et Roger Burrows publient Sociology and, of and in Web 2.0: Some Initial Considerations, (Beer et Burrows 2007) article proposant les orientations que pourrait prendre cette préparation. Les auteurs imaginent de passer d’une sociologie du web à une sociologie qui, pour ainsi dire, se love dans le web. Les réseaux sociaux, par exemple, doivent dépasser le statut « d’objet de recherche » pour devenir des instruments de recherche à part entière. En 2007, les données du web paraissent encore facilement accessibles et les réseaux sociaux sont vus comme des archives ouvertes sur la vie quotidienne des individus. Ainsi, avant l’engouement médiatique autour des méga-données (big data), les sociologues avaient déjà commencé à s’interroger sur les enjeux de l’adaptation de leurs pratiques de recherche aux nouvelles opportunités offertes par les données numériques.

Dix ans plus tard, les questions et défis soulevés par ces deux articles invitent à engager un retour critique sur les diverses évolutions numériques de la sociologie avec le développement d’approches plus intégrées du numérique dans production de connaissance.

A cette aune, le colloque « Retours critiques sur les sociologies numériques » propose d’interroger les effets concrets de la mise en numérique sur la sociologie et ses usages, en abordant, entre autres, les questions suivantes : Dans quelle mesure avons-nous accès à des modes de compréhension inédits des phénomènes sociaux par le biais de nouvelles entités, qu’elles soient natives du web ou objets numérisés ? Comment ces nouvelles entités numériques sont-elles en train de transformer la pratique et la connaissance sociologique ? Et, notamment, comment la sociologie s’équipe-t-elle pour se saisir d’objet numérique en constante évolution ? Comment la sociologie gère-t-elle le caractère éphémère des outils et stratégies mis au point dans ce sens ? Comment les équipements développés se relient-ils à des approches spécifiques du social ? Que font les nouvelles techniques quantitatives de data-mining à la visée interprétative de la sociologie ? Dans ce contexte comment s’articulent les tensions nouvelles entre approches quantitatives et qualitatives ? Quelles sont les conditions d’accès et de collecte de données pour faire de la recherche numérique ? Quels sont les lieux où ces nouvelles sociologies prennent forme ? Autrement-dit, quelles sont les organisations spécifiques dans lesquelles elles s’ancrent ? Quelle est la spécificité du regard sociologique sur le numérique par rapport à d’autres domaines qui s’en saisissent (journalisme, marketing, urbanisme etc.) ? Quelles sont les limites, les apories et les déceptions rencontrés par cette mise en numérique de la sociologie, notamment au vue de l’économie des promesses qui accompagne cette transformation ? A l’aune des résultats obtenus à l’heure actuelle, dans quelles directions la nature du savoir sur le social évolue-t-elle ?

Pendant deux demies-journées, ces questions et d’autres seront abordées à partir de la présentation et discussion d’un ensemble de travaux originaux qui ont été soumis dans le cadre d’un projet de numéro thématique de la revue, « Sociologie et Société » coordonné par Nicolas Baya-Laffite (STSLab et Ladhul, ISS, Université de Lausanne) et Bilel Benbouzid (LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée). En pj vous trouverez les resumés des présentations.

Programme

Mercredi 6 septembre 2017

(13h00-19h00), Geopolis, salle 2227 

Introduction - 13h

Nicolas Baya-Laffite (UNIL) et Bilel Benbouzid (UPEM) : Retours critiques sur les sociologies numériques

Penser les transformations de la sociologie à l’aune du numérique - 13h30

  • Boris Beaude (UNIL) : (Re)médiations numériques
  • Dominique Boullier (EPFL) Distribution du pouvoir d’agir des entités sociales dans les études informatiques sur Twitter

Sociologies des sujets et des objets algorithmiques - 15h-16h30

  • Francis Jaureguiberry (Université de Pau) : L’individu hypermoderne face aux big data
  • Olivier Glassey (UNIL). Aux limites conceptuelles de formes sociologiques des collectifs   numériques : notre vie, déjà commune, avec les bots

Sociologies et l’analyse de réseaux 16h45-18h

  • Julien Mésangeau (Université Sorbonne-Nouvelle) : Analyser le capital social sur les réseaux sociaux numériques professionnels
  • Discussion autour du texte de Francis Chateauraynaud (EHESS) & David Chavalarias (ISCPIF) : La sociologie pragmatique des controverses et l’analyse des grands réseaux évolutifs

Discussion intermédiaire -18h-19h 

Jeudi 7 septembre

(9h-13h00), Geopolis, salle 2227 

Enquêtes et terrains numériques I : approches algorithmiques, approches ethnographiques. 9h-10h30

  • Jérémie Garrigues (UNIL) : Moissonner Internet en sciences sociales. Automatiser le recueil de données
  • Anne-Sophie Béliard (Université de Grenoble Alpes) & Coralie Le Caroff, (Université Panthéon Assas) : Immersion prolongée en terre numérique. L’approche ethnographique de l’expression enligne des goûts culturels et des opinions politiques

Enquêtes et terrains numériques II : de nouvelles conditions de travail scientifique. 10h45 - 12h

  • Célya Gruson-Daniel (Centre Virchow-Villermé) & Constance de Quatrebarbes : Du hack et des sprints en sociologie(s). Des tensions aux inter-médiations
  • Discussion autour du texte de Clément Rénaud (EPFL) : Systèmes techniques de lecture et d'écriture. Retour d’expérience sur l'usage des données pour l’étude d'un réseau social chinois

Discussion finale de l’ensemble des papiers et de leurs articulations. 12h - 13h

Organisation

Ce colloque est organisé par Nicolas Baya-Laffite (STSLab et Ladhul, ISS, Université de Lausanne) et Bilel Benbouzid (LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée) avec le soutien de l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne, du Laboratoire d’étude des sciences et des techniques (STS-Lab), du Laboratoire de cultures et humanités digitales (LADHUL) de l’Université de Lausanne (Suisse) et du Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS) de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (France)

Laboratoire d'étude des sciences et des techniques (STS-Lab) Laboratoire de cultures et humanités digitales (LADHUL)Université de Lausanne (UniL) Faculté de Sciences Sociales et Politiques (SSP) Institut des Sciences Sociales (ISS) Quartier UNIL-Mouline Bâtiment Géopolis - bureau 5351 CH- 1015 Lausanne Tel: +41 (0)21 692 3687

Inscription

Pour participer à la discussion, vous êtes invités à vous inscrire sur ce Doodle https://doodle.com/poll/rz4amsk5n89nvamq

Lieux

  • Université de Lausanne, Bâtiment Geopolis, salle 2227
    Lausanne, Confédération Suisse

Dates

  • mercredi 06 septembre 2017
  • jeudi 07 septembre 2017

Fichiers attachés

Mots-clés

  • epistemologie du numérique, sociologie numérique, méthode numérique, internet, big data, algoritme

Contacts

  • Nicolas Baya Laffite
    courriel : nicolas [dot] bayalaffite [at] unil [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Nicolas Baya-Laffite
    courriel : nicolas [dot] bayalaffite [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Retours critiques sur les sociologies numériques », Colloque, Calenda, Publié le mardi 05 septembre 2017, http://calenda.org/414830