AccueilVisibilités / invisibilités publiques

Visibilités / invisibilités publiques

Public visibilities and invisibilities

*  *  *

Publié le jeudi 07 septembre 2017 par João Fernandes

Résumé

La question première de cette journée tournera autour de la notion de visibilité et de ce qui « vaut d’être vu », comme le formule Hannah Arendt (1983). Ainsi, un phénomène, un problème public, un événement, une catégorie d’individus peuvent-ils apparaître sur une « scène de visibilité publique » et comment y parviennent-ils ? au terme de quel processus ? de quelles actions ? de l’engagement de quels acteurs ?

Annonce

Argumentaire

L’invisibilité publique : une expression qui semble prendre les attributs d’un oxymore, or l’accessibilité à l’espace public n’infère pas inéluctablement une visibilité publique. La publicité n’engage pas la visibilité mais l’accessibilité, deux notions sensiblement distinctes selon Dominique Cardon (2010).

L’invisible n’est pas non plus l’opposé du visible, selon Maurice Merleau-Ponty (1964), il se situe « au creux » de celui-ci. Une membrure rattache naturellement le visible et l’invisible. Ils sont donc tous les deux liés, formant un tout et ce de manière nécessairement transverse.

La question première de cette journée tournera autour de cette notion de visibilité et de ce qui « vaut d’être vu », comme le formule Hannah Arendt (1983). Ainsi, un phénomène, un problème public, un événement, une catégorie d’individus peuvent-ils apparaître sur une « scène de visibilité publique » et comment y parviennent-ils ? au terme de quel processus ? de quelles actions ? de l’engagement de quels acteurs ? Sans ce préalable, « pas d’action politique, pas de public et donc pas de communauté de citoyens destinataires de l’action » (Voirol, 2005 ; Arendt, 1983).

Partant de ce cadrage théorique, l’une des problématiques de la journée concernera la mobilisation de publics qui se constituent afin de rendre visible leur action, dans différentes arènes (politique, médiatique, numérique, urbaine, etc.), dans des contextes politiques et culturels variés en articulant l’approche arendtienne à l’épistémè pragmatiste, essentiellement fondée sur la théorie de l’action de John Dewey. Dès lors, il s’agira en particulier d’étudier le rôle des medias dans ces procédés de visibilisation et d’invisibilisation.

Les communications questionneront diverses médiations, notamment les outils de modération numérique qui permettent de faire émerger une thématique au détriment d’autres, ou encore la presse écrite et les médias audiovisuels en ce qui concerne les auteurs et les victimes d’attentats. Qu’il s’agisse de la visibilisation des exclus, des victimes d’un tremblement de terre ou d’un attentat, d’un problème de santé publique latent ou de la reconnaissance d'une expression artistique alternative et subversive, la journée sera scandée en trois panels consacrés fondamentalement aux problématiques suivantes : les catégorisations des victimes, les controverses et l’émergence de problèmes publics, les articulations des arènes numériques dans l’espace public.

Programme

8h30 : Accueil des participants

9h00 : Introduction de la journée : Jocelyne Arquembourg

9h30 Premier panel : Arène numérique et espace public

Modération : Tristan Mattelart

  • Clément Douam « Publics numériques et tirage au sort en politique. Discours d’identification des obstacles à la visibilité d’une pratique politique ».
  • Mohammad Abdelhamid « Accessibilité numérique du street art en Egypte : entre invisibilités et visibilités publiques ».
  • Camila Pérez Lagos « « Je n’ai rien à cacher ». Le panoptique numérique et les conséquences pour les démocraties ».

11h00 Pause :

11h15 Deuxième panel : catégorisation des victimes Modération : Matteo Treleani

  • Saif Youssouf Ahamada « Visibilités publiques des enfants mineurs isolés à mayotte, conséquence de « l’immigration clandestine » ».
  • Modjtaba Najafi « La reconnaissance des victimes dans le tremblement de terre en azerbaïdjan. L’analyse de la stratégie médiatique de l’organisation non gouvernementale d’Imam Ali ».
  • Camila Cabral Salles « Le traitement de la population dite sans domicile fixe (SDF) dans les médias en été et en hiver en France : un « émerger-immerger » médiatique ».

12h45 Pause déjeuner

14h00 Conférencier invité : Olivier Voirol « Voir autrement »

14h45 Troisième panel : controverses et émergence de problèmes publics

Modération : Claire Sécail

  • Estera Badau « Rendre visible l’impact de l’antibiorésistance sur l’alimentation ».
  • Thierno Barry « La visibilisation des effets des OGM comme enjeu de constitution du problème public ».
  • Emilie RocheClément Douam et Mohammad Abdelhamid « Controverses publiques autour des médiatisations des auteurs d’attentats en France 2015-2017 ».

16h15 Clôture de la journée : Sophie Moirand 

Catégories

Lieux

  • Maison de la Recherche - salle Claude Simon - 4 rue des Irlandais
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 29 septembre 2017

Mots-clés

  • médias, pragmatisme, arène numérique, problème public, catégorisation des victimes

Contacts

  • Mohammad Abdel Hamid
    courriel : ercomesje [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Mohammad Abdel Hamid
    courriel : ercomesje [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Visibilités / invisibilités publiques », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 07 septembre 2017, http://calenda.org/415274