AccueilPenser l'alimentation de demain

Penser l'alimentation de demain

Thinking the food of tomorrow

*  *  *

Publié le mardi 12 septembre 2017 par João Fernandes

Résumé

Ce séminaire du pôle Alimentation, risques et santéde l'Institut des sciences cognitives (ISC-CNRS) se veut un lieu pour comprendre non seulement les controverses, mais les évolutions de fond sur les pratiques alimentaires vues par les sciences sociales. Les acteurs de ce séminaire sont aussi bien des chercheurs institutionnels (universités, Inra, Inserm, etc.) que des agences publiques (Anses), des consultants, des industriels, des décideurs des ministères (DGAL) et des ONG.

Annonce

Programme

Mercredi 4 octobre 2017 (17h)

  • Food and Utopia: Transforming Gastronomy to Build a Better World, Jane Levi, Ph.D. est actuellement Visiting Research Fellow au King’s College à Londres.

Food and utopianism as intellectual companions have more in common than it might seem: both are objects of the most elaborate fantasy and imagination, simultaneously embedded in the mundane routine of the everyday. Few utopian thinkers represent this duality of thought as explicitly as Charles Fourier (1772-1837), yet his ideas are little known in the English-speaking world. Generally bundled together with Robert Owen and Saint-Simon as a non-existent trio of so-called pioneering ‘Utopian Socialists’, Marx’s dismissive comments are more often noted than Engels’ more sympathetic critique.

For those interested in food, it is generally Fourier’s most eccentric ideas, such as the poorly translated notion that the sea would turn to ‘lemonade’ in The Theory of the Four Movements that catches the attention. Yet the social structure in Fourier’s future world, Harmony, is potently expressed through his radical, compassionate and practical ideas that put the food cycle at the heart of existence. His gastrosophic system provides a model for growing, cooking, eating, health and self-expression that offers a compelling alternative to the consumerist model of gastronomy that developed in his own time and remains with us today. This talk will examine Fourier’s ideas in the context of an intellectual history of utopianism. It will consider both how food in general can provide a valuable object for thinking about building a better world, and how the shortcomings of gastronomy in particular might be remedied through a more Fourierist, gastrosophic approach.

Vendredi 20 octobre 2017

  • Toute la chimie qu'il faut savoir pour devenir un Chef ! Christophe Lavelle est chercheur au CNRS et au Muséum National d’Histoire Naturelle, à Paris. Il est également formateur à l’ESPE pour les professeurs de cuisine et co-fondateur du Food 2.0 LAB.

A l’occasion de la sortie de son dernier livre, Christophe Lavelle, co-fondateur du Food 2.0 LAB vient présenter Toute la Chimie qu’il faut savoir pour devenir un Chef !

Vous voulez vous faire plaisir en cuisine et réussir ces plats que vous avez toujours ratés jusque-là ? Vous brûlez de comprendre les principes qui se cachent derrière vos recettes favorites ? C’est simple, comme les plus grands chefs, il vous faut savoir un peu de chimie !

Quel est le secret d’une marinade réussie ? D’un glaçage à blanc ? D’une crème fouettée ? D’une gelée de fruits ? L’«œuf parfait», ça existe vraiment ? Comment rendre les légumineuses digestes ? Le tempérage du chocolat, c’est indispensable ?

Toutes ces questions, et bien d’autres encore, trouveront leur réponse dans 55 recettes, déclinées à travers 11 familles de produits – œufs, légumes, viandes, poissons, fruits, pâtisseries… Chaque famille est présentée par un chef étoilé, candidat Top Chef, Bocuse d’or, Meilleur ouvrier de France, etc. qui détaille sa façon de travailler le produit et donne toutes ses astuces – ainsi qu’une recette inédite… Non seulement vous ne raterez plus jamais votre sauce meurette, mais l’espuma, le foie gras cuit à basse température et la gelée de thym fumé seront désormais à votre portée !

Mercredi 15 novembre 2017 (17h)

  • Devenir par l'assiette : Cuisine, politique et société entre l'Empire ottoman et la République turque,Özge Samancı, Ph.D., est Associate Professor à Özyeğin University à Istanbul. Elle est l’auteure de La Cuisine d’Istanbul au XIXe siècle paru dans la Collection « Tables des hommes » aux Presses universitaires de Rennes (2015).

La cuisine turque reflète à la fois des anciens héritages culinaires venant d’un long passé historique, notamment ottomane, et en même temps des nouveautés inspirées de la culture européenne depuis la dernière époque de l’empire ottomane. La modernisation qu’engage l’empire ottoman au tournant des années 1850 marque une rupture importante dans l’histoire d’un empire dont l’influence et le pouvoir commencent alors à vaciller. Prenant les sociétés européennes en exemple, l’administration ottomane se donne pour objectif de faire évoluer des secteurs aussi variés que l’administration, l’armée, l’économie, l’éducation, la culture… mais aussi la cuisine.

A travers l’étude des transformations que connurent alors les pratiques alimentaires à Istanbul, cette présentation montrera comment les élites ottomanes firent progressivement de la cuisine un outil fondamental dans l’affirmation d’une nouvelle modernité inspirée des normes occidentales. Dans l’intimité des palais et des maisons bourgeoises, l’influence de la culture européenne fit émerger de nouvelles manières de table de style occidental (appelées alla franca), de nouveaux types de menus, techniques culinaires – sur le modèle français – et de nouvelles formes de sociabilité autour du repas, qui se superposèrent aux techniques culinaires, aux recettes et aux manières de table traditionnelles (appelées a la turca). Dans l’espace public, restaurants, pâtisseries, cafés, brasseries et grands magasins virent le jour à Péra, le quartier moderne de la ville. Une dualité culinaire et une évolution des modèles alimentaire qui se poursuivront après 1923, date de fondation de la République turque.

Mercredi 13 décembre 2017 (17h)

  • Anxious Appetites: Food and Consumer Culture, Peter Jackson est professeur dans le département de géographie à l’Université de Sheffield.

Drawing on his recent book, Anxious Appetites: food and consumer culture (2015), Peter Jackson will explore the social dimensions of food-related anxieties. Rather than approaching anxiety as a personal pathology, at the individual level, anxiety is seen as a social condition that varies from time to time and from place to place. Events like the 2013 horsemeat incident which caused widespread anxiety in the UK and elsewhere are significant as they rupture the fabric of everyday life, disrupting established routines and rhythms, persisting until order is re-established.

Events show how anxieties are framed by different communities of practice (government, media, retailers etc.), how they move between social fields (public health, animal welfare, consumer trust), implicating people who may not themselves be anxious (as when products are recalled or goods are removed from supermarket shelves). Food anxieties proliferate in conditions of ambivalence and uncertainty (such as in the gaps between expert advice and lay understanding) and are moralized to varying degrees.

Lieux

  • ISCC-CNRS - 20 rue Berbier-du-Mets
    Paris, France (75013)

Dates

  • mercredi 04 octobre 2017
  • vendredi 20 octobre 2017
  • mercredi 15 novembre 2017
  • mercredi 13 décembre 2017

Mots-clés

  • alimentation, food, Fourier, utopia, chimie, empire ottoman, Turquie, anxiété, perception des risques

Contacts

  • Pierre Raffard
    courriel : pierre [dot] raffard [at] food20 [dot] fr

Source de l'information

  • Pierre Raffard
    courriel : pierre [dot] raffard [at] food20 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Penser l'alimentation de demain », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 12 septembre 2017, http://calenda.org/415771